Showing posts with label internetactu. Show all posts
Showing posts with label internetactu. Show all posts

Dec 3, 2013



. A lire ailleurs du 17 au 30 mai 2013
Dans A lire ailleurs, Revue de web, le 30/05/13, 3 commentaires, 614 lectures, Impression.
. Mary Meeker : l’avenir est portable, conduisable, volant, et scannable – LinkedIn
Mary Meeker vient de publier, comme chaque année, son rapport des tendances internet, validé par le cabinet Kleiner Perkins Caufield Byers. 117 pages bourrées d’informations. Retenons-en une. Sur l’internet, en 1993, personne ne savait que vous étiez un chien. Aujourd’hui, tout le monde le sait ! La présentation : http://www.slideshare.net/slideshow/embed_code/22135327?rel=0#

. Idate : les opérateurs européens doivent se réinventer sous peine de “bain de sang” – Zdnet.fr
A l’occasion de la publication de la 13e édition de son Digibook, l’Idate tire le signal d’alarme : “On arrive à un épuisement du modèle télécom européen”. En France notamment, les approches commerciales sont aujourd’hui dépassées…

. La DRH en 2020: 6 prédictions audacieuses – Le blog de Dokker
1-La RH en interne va décroître et le recours à l’externalisation s’amplifier
2-La réflexion stratégique deviendra la nouvelle compétence de la DRH
3-Le pendule va revenir vers le spécialiste
4- La DRH utilisera de plus en plus le décisionnel et le Big Data pour accroître sa valeur dans l’entreprise
5- Gérer du personnel à distance deviendra la nouvelle norme
6- La DRH va devoir émuler le marketing
Article original : http://new-talent-times.softwareadvice.com/the-hr-department-of-2020-413/

. Bonus.ly
Bouns.ly est une start-up américaine qui a imaginé un système de pair-à-pair d’attribution des primes. Une fois le budget prime établi (financier ou non), les personnes évaluent le travail de leurs collègues et les récompensent sous forme de points, le décompte final permet de définir le montant à verser à chacun. L’avantage du système : une meilleure reconnaissance du travail par ses collègues, une répartition plus transparente des primes et au final une communication plus positive.

. Mes cartes ou les vôtres ? – Slate.com
Evgeny Morozov revient sur la personnalisation des Google Maps annoncée récemment par Google. Annoncent-elles la fin de l’espace public ? La meilleure façon de conserver la publicité comme pilier de son activité, pour Google, “est de nous transformer en créatures hautement prévisibles en limitant artificiellement nos choix”. Mais l’enjeu n’est pas que sur les cartes, avec les voitures autonomes et les lunettes de réalité augmenté, Google s’apprête à modifier profondément la façon dont nous faisons l’expérience du monde extérieur. Reste que Google mesure mal son impact sur l’espace public en le traitant de la même façon qu’il traite les livres ou les prévisions météo. L’enrichissement de sa base de données plutôt que de notre expérience urbaine demeure ! le principal objectif de la société. Dans la personnalisation des cartes de Google, ce qui disparait, c’est bien l’espace public, cette intrication de différences qu’évoquait Richard Sennett. Le manque de contrôle est le prix à payer pour vivre dans les environnements complexes, diversifiés, cosmopolites que nous appelons villes. Google préfère la banlieue pavillonnaire.

. Retour sur les mythes et vérités de l’impression 3D – Wired.com
Pour Carl Bass, les technologies d’impression 3D ne remplaceront pas les technologies de fabrication ni ne ramèneront la fabrication aux Etats-Unis, mais elles seront utiles pour les produits en série limitée.

. Le gourou du web et hippie Jaron Lanier nous joue-t-il du pipeau? – Slate.fr
Jean-Laurent Cassely pour Slate.fr revient sur le dernier livre de Jaron Lanier, “Who owns the future”. Pour Lanier, interne menace la classe moyenne américaine en détruisant plus d’emplois qu’il n’en créé, rejoignant par là, les propos d’Erik Brynjolfsson dans “Race against the machine”. Kodak employait 14 000 personnes, quand Instagram n’en emploie que 13. Le capitalisme généré par internet est un capitalisme de monopole ou le gagnant emporte tout : “C’est un type de capitalisme qui est totalement autodestructeur car sa base est trop étroite. C’est un capitalisme du winner-take-all, un capitalisme qui n’est pas durable”. Pour Lanier, la seule façon de répondre à cela c’est de rétribuer les créateurs de contenus.

. Privacy Alert #1 : le consentement explicite | La Quadrature du Net
La Quadrature du Net initie une série de billets pour expliquer les enjeux de la nouvelle législation sur les données que s’apprête à voter la Commission européenne. Premier enjeu, défendre le consentement explicite : “Le contrôle des utilisateurs semble être problématique pour les géants de l’Internet, dont les bénéfices reposent largement sur la quantité de données personnelles qu’ils collectent. Ils redoutent qu’un plus grand contrôle donné aux utilisateurs amoindrisse les quantités de données qu’ils traitent. Ceci nous montre bien comment notre vie privée est considérée par ces entreprises : si leurs activités respectaient véritablement notre vie privée, pourquoi craindraient-elles que nous n’y consentions pas ? Exiger un consentement explicite ne porterait at! teinte qu’aux entreprises qui ne respectent pas notre vie privée. Les autres, en revanche, ne pourraient que bénéficier du gain de confiance résultant du véritable contrôle donné aux utilisateurs.”

. Critique des démarches agiles – Christian Fauré
Christian Fauré fait une critique philosophique des démarches agiles. Il rappelle notamment qu’à chaque fois que le système technique évolue, il se retrouve en désajustement par rapport aux autres systèmes et que tout l’enjeu légal et social est alors de procéder à un réajustement. Sauf que la fréquence d’évolution du système technique s’est tellement accéléré que ces ajustements deviennent impossibles et que la politique publique a baissé les bras. Serons-nous laissés aux mains du “marketing stratégique”, nous demandant de nous adapter sans cesse ? C’est là que ce situent les méthodes agiles, estime le philosophe, dans l’ajustement permanent de l’offre à la demande. Certes, l’agilité n’a pas que des défauts, mais certaines choses ne pe! uvent pas être adaptées aux démarches agiles… Celles-ci échouent notamment dans le passage à l’échelle, car plus on multiplie les intervenants, plus le rythme des itérations et la synchronisation nécessaire entre les individus devient ingérable. Le Lean, cet hyper-taylorisme, ne conserve des méthodes agiles que le principe d’ajustement permanent… au risque qu’il tourne en boucle, sans objectif ni enjeux. Le défi des démarches agiles est de savoir comment les articuler avec des logiques à moyen et long terme et avec des logiques de rupture qu’elles ne savent pas introduire.

. Ces fétichistes du papier qui sont au pouvoir – Erwann Gaucher
“Elus, annonceurs, investisseurs… Ceux qui détiennent les leviers du pouvoir sont en grande majorité des fétichistes du papier. Quitte à créer plus ou moins volontairement un monde médiatique à deux vitesses : le numérique pour les masses, le papier pour les élites.”

. Désormais les annonceurs publicitaires de la télé savent que vous tweetez ! – Technology Review
Pour Michael Fleishman de BlueFin – http://advertising.twitter.com/2013/05/Amplify-TV-commercials-on-Twitter-Premiering-TV-ad-targeting.html?m=1 – il est désormais simple de faire le lien entre les tweets et les émissions de télé. Ne soyez pas surpris si la prochaine fois, une publicité vous tweet en retour !

. Qui est ton père ? – Slate Magazine
Daniel Engber nous conte une histoire arrivée à deux frères ayant fait une analyse génomique sur 23andMe et qui leur a montré qu’ils n’étaient pas frères… Combien de clients sur les 250 000 de 23andMe ont déjà eu cette mauvaise surprise ? Bien sûr, ce type d’information peut aussi être trouvée ailleurs ou autrement… Même si 23andMe demande un double consentement à ses utilisateurs, est-ce suffisant ?

. Un visage dans la foule : dites aurevoir à votre anonymat – CBS News
CBS News propose une enquête vidéo de son magazine d’investigation 60 minutes sur la reconnaissance faciale. Glaçant.

. A l’intérieur du laboratoire secret de Google – Businessweek
Brad Stone pour Bloomberg BusinessWeek livre une longue et passionnante enquête que GoogleX, le laboratoire de Google dirigé par Astro Teller, le laboratoire à l’initiative des Google glass ou de la voiture autonome. Sans dévoiler beaucoup de secrets autre que donner la parole à un discours d’innovation assez exaspérant (“on va changer le monde”), l’enquête pointe vers nombre de projets et de partenaires de Google, permettant d’esquisser la diversité des objets sur lesquels travaille le laboratoire… sans en révéler aucun.

. Miinome propose une nouvelle ère au marketing du Genome – Technology Review
Le profil de vos relations sociales et de vos activités en ligne n’est qu’une étape vers la personnalisation Marketing. Miinome – https://angel.co/miinome – propose de construire une place de marché autour de notre génome. Le but, vendre notre information génétique aux marketing. Vous portez une intolérance au lactose dans vos gènes, Lactaid, un lait sans lactose, a un coupon de réduction pour vous ! Miinome propose de conserver l’analyse de votre génome et de vous permettre de l’échanger avec des entreprises.

. Home Tweet Home – Technology Review
A San Francisco, Tom Coastes, fondateur d’une start-up de l’internet des objets, Product Club, a branché nombre de capteurs de sa maison sur Twitter : https://twitter.com/houseofcoates Selon lui, l’arrivée de produits connectés comme la serrure Lockitron – https://lockitron.com/preorder -, le thermostat Nest – http://nest.com – ou des objets comme Twine – http://www.supermechanical.com– ou WeMo – http://www.belkin.com/us/wemo – qui permettent d’ajouter une connectivité internet à la domotique la transforment. Ma maison est devenue une sorte d’animal de compagnie qui s’exprime. Un Tamagotchi.”

. Le fondateur de Second Life imagine un nouveau monde virtuel en utilisant des technologies de traçage du corp – Technology Review
Philip Rosedale, l’inventeur de l’univers virtuel Second Life, met au point un nouvel univers virtuel dans lequel l’interaction aura lieu grâce aux données de nos corps et aux gestes… Son nom, High Fidelity : http://highfidelity.io

. Intel alimente la rebellion autour de nos données – Technology Review
Intel a lancé la Data Economy Initiative, une étude pluriannuelle dont le but est d’explorer les nouveaux usages des technologies quand les gens bénéficient directement de leurs propres données, explique Ken Anderson, l’anthropologue en charge du projet à la Technology Review. Natasha Singer pour le NYTimes – http://www.nytimes.com/2013/05/26/technology/for-consumers-an-open-data-society-is-a-misnomer.html – revient sur toutes ces sociétés qui collectent des données par devers nous, sans nous y donner accès : données de son club de gym ou données de son fournisseur d’électricité. Elle conclut également en citant Ken Anderson qui tente de convaincre les entreprises de la valeur de l’ouverture…

. Même la CIA bataille avec les Big Data – Tech News and Analysis
Le responsable technique de la CIA Ira Gus Hunt, lors que la conférence GigaOM’s Structure:Data conference revient sur comment l’agence de renseignement américaine utilise les données. A lire.

. Traitement des causes ou exploitation des effets ? – Christian Fauré
Un marché ne résout rien, ce n’est pas son intérêt, il s’attache à exploiter – le plus longtemps possible – un problème. Car s’il le résolvait, il n’aurait plus lieu d’être. C’est particulièrement le cas dans le militantisme, où la majorité des propos tenus sont des oppositions à des groupes d’intérêts opposants, jusqu’à risque de n’exister que comme opposant, plutôt que comme force de proposition. Ils se battent sans fin contre les effets. Pour Christian Fauré, si l’on pousse se paradoxe à son bout, les idéologies ne réalisent que le contraire de ce qu’elles annoncent. Alors comment changer quand tout le système repose sur des rentes de situations nées de l’exploitation des effets dont nous souffrons et nous voulons nous défaire ?

. Votre travail est-il « scalable » ? – Christian Fauré
Scalable signifie “qui peut passer à de très grandes échelles” mais aussi “qui peut bénéficier d’un effet de levier important”. Il est le nouvel eldorado du numérique : un effort minimal pour un bénéfice maximal. Ceux qui ont des métiers non scalables sont ceux qui sont payés directement ou indirectement de leurs temps. Un chirurgien, un boulanger, un consultant, un ouvrier ou un enseignant ne peuvent pas bénéficier des logiques du passage à l’échelle même si certains peuvent être très bien payer. A l’inverse, JK Rowling, ceux qui font du cinéma, les traders, ceux qui travaillent dans la conception ont des entrées d’argent décorrélées du temps de travail : qu’on vende un livre ou des milliions, la quantité de travail pour le faire est resté la même. L! es métiers scalables sont ceux où la disparité des rémunérations est la plus importante. Ils reposent tous sur des métiers d’écritures.

. Presse web : un rédacteur en chef nommé Google – Arrêt sur images
Pourquoi tous les sites de presse se ressemblent ? Pour plaire à Google, qui a indiqué la disposition de page idéale : http://www.intestable.org/2013/04/optimiser-son-referencement-dans-google-news-143372089 à laquelle tout le monde se conforme. Quant à la titraille, elle doit faire environ 70 caractères, doit comporter les principaux mots de l’article et intègre des signes de ponctuation, notamment les deux points. Autre critère de Google News, la nouveauté. Certains sites d’info publient ainsi des articles avant qu’ils ne soient terminé et n’hésitent pas à retitrer ou réécrire le chapeau à intervalle régulier pour faire croire à une mise à jour… et donc à de la pertinence potentielle. Quant aux arti! cles trop long, le moteur pourra les déférencer de Google News car ils ne correspondent pas à l’actualité. Au final, 3% des articles proposés par Google News sont des sujets rares, c’est-à-dire des sujets qui ne sont traités que par 5 sites d’info ou moins dans la journée !

. Dominique Depoortère (Quinte et sens) : “Les entrepreneurs peuvent utiliser notre marque gratuitement” – JDN Média
Après la franchise, voici la freechise.

. Les Tableaux de Bord des Territoires : un outil pratique à base de milliers d’indicateurs open data – Data Publica
Data Publica revient sur les tableaux de bords des territoires que l’entreprise à développer pour des partenaires, permettant aux acteurs publics de sélectionner et visualiser les indicateurs publics les plus pertinents pour leur activité.

. Pourquoi SAP va embaucher des centaines d’autistes – Challenges.fr
“Le géant allemand des logiciels professionnels SAP a indiqué mardi 21 mai vouloir embaucher dans les années à venir des centaines de personnes autistes dans le monde pour travailler dans la programmation ou le test de logiciels. “C’est seulement en employant des gens qui pensent différemment et suscitent l’innovation que SAP sera prêt à faire face aux défis du 21ème siècle”, considère, dans le communiqué, Luisa Delgado, responsable des ressources humaines chez SAP.

En Allemagne, les entreprises de plus de 20 salariés ont l’obligation d’employer 5% de personnes handicapées. En France, cette obligation est de 6% et les autistes entrent dans ce quota, mais font aussi partie de ceux qu’on embauche le moins, selon l’association française Vaincre l’autisme.”

. Faute de données chiffrées fiables, l’enseignement supérieur se pilote à l’aveuglette | Focus Campus
Combien d’ingénieurs ont été diplômés en France l’an dernier ? Estimez-vous heureux si vous obtenez le chiffre approximatif pour 2011. Combien de thèses de doctorat de gestion sont réalisées chaque année sous convention Cifre (Convention industrielle de formation par la recherche) ? C’est simple : personne n’en sait rien. Et Jean-Claude Lewandoswki d’en appeler à des études, des observatoires et des chiffres.

. Infographie : le service de bus vraiment intelligent – BBC
La BBC imagine le service de bus via mobile qui calcule son itinéraire à la demande…

. Hadopi : comment la suspension sera retuée en juin par décret – PC INpact
“La seule survie de l’amende, bientôt reclassée dans les sanctions administratives, permettra au CSA, futur héritier d’Hadopi, de mitrailler des prunes de 60 euros à tour de bras, quand aujourd’hui Hadopi n’a pu que péniblement sécréter trois jugements, dont une seule contravention de 150 euros.” Marc Rees

. Comment sommes-nous supposés savoir ce que fait le gouvernement – VICE
Harry Cheadle livre un belle tribune sur la montée de la sécurité d’Etat aux Etats-Unis. Les agences d’espionnages toutes puissantes qui coûtent 75 milliards de dollars par an sans que l’on sache à quoi cet argent est dépensé. Qui nous menace le plus ?

. Et Apple inventa l’iTaxe – Pertes et Profits
“Le Congrès a bien compris qu’il ne pouvait plus se payer le luxe de fermer les yeux sur les fuites de son système fiscal” dont Apple est devenu le symbole, maximisant l’optimisation fiscale globale. “Maintenant que le constat sur l’inadaptation de la fiscalité des Etats à la mondialisation est à peu près partagé, reste à réformer.” Voir également :http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/05/21/apple-accuse-de-detournements-d-impots_3400356_651865.html Et ce n’est pas mieux du côté de Google :http://www.macg.co/news/voir/259931/un-ancien-de-google-denonce-les-pratiques-fiscales-de-la-societe&nbs! p;Et Paul Jorion de conclure – http://www.pauljorion.com/blog/?p=53711 – : En d’autres temps, le fait que l’« optimisation fiscale » n’est pas illégale aurait assuré à Apple une indifférence bienveillante des États à l’égard des techniques auxquelles la compagnie recourt. Les temps ont changé : ce ne sont pas seulement les États-Unis, mais également le Royaume-Uni, l’Australie et l’Union européenne qui poussent ces jours-ci l’« optimisation fiscale » dans ses derniers retranchements. Tim Cook, PDG d’Apple, s’est visiblement bien sorti des débats de la commission américaine rappelle le Monde : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/05! /22/apple-face-au-congres-tim-cook-a-reussi-a-defendre-l-indefendable_3415118_651865.html Pour le portail d’information Quartz, cette audition n’est que la manifestation d’un problème qui dépasse largement le cadre d’Apple : “Les Etats-Unis sont en train de devenir une économie post-industrielle dont les entreprises les plus florissantes ont plus de clients en dehors des frontières qu’à l’intérieur.”

. Le dessous des “labs” – La 27e Région
Marre des Labs ? Alors que les annonces de nouveaux laboratoires ne cessent de s’accumuler, la déception est d’autant plus grande que leurs ambitions sont bien souvent surévaluées. Si tous pratiques des méthodes comparables (ethnographie, design, technos…), aucun ne semble avoir la solution sur la durée idéale d’une transformation. Peu expriment des valeurs, comme s’ils étaient apolitiques. Tous partagent des questions sur le business model, la mesure de leur impact, la capitalisation de leurs travaux… Tous ont la même obsession : le passage à l’échelle.

. Privacyfix – Maîtriser sa vie privée
Un outil pour gérer ses paramètres de vie privée sur plusieurs plateformes…

. 2 milliards d’internautes, 1 milliard de dollars, 100 millions de blogs – Affordance.info
“Quand Apple décide de retirer un BD de son catalogue c’est 400 millions de comptes bancaires actifs qui sont immédiatement concernés. Quand Facebook décide de supprimer l’origine du monde de Courbet pour pornographie ou encore d’interdire des campagnes de lutte contre le cancer du sein au motif que l’on y voit un téton, c’est un milliard d’individus qui subissent immédiatement ce nouveau code moral sans aucune possibilité de recours. Tel est le risque des jardins fermés du web, des enclosures non plus seulement informationnelles mais “morales”. ”

. De l’autoroute publique aux péages privés, par Philippe Descamps – Le Monde diplomatique
“La privatisation des autoroutes illustre le capitalisme de connivence à la française. L’Etat impose le système coûteux du péage, assume l’essentiel des risques, puis organise la captation de la rente par les grands groupes.”

. Horaires, salaires : la Cour des comptes critique la gestion des enseignants – LeMonde.fr
La Cour des comptes propose sa refondation de l’école en proposant de gérer autrement les enseignants : “Plus une école, un collège ou un lycée accueilleraient d’élèves en difficulté, plus ils bénéficieraient d’un nombre élevé d’enseignants.”

. uMap
uMap permet de créer des cartes personnalisées avec OpenStreetMap, bref faire ce que permet déjà de faire Google Maps, mais avec des cartes plus détaillées et libres.

. Vous êtes vos données : l’effrayant avenir du Quantified Self- PandoDaily.com
Michael Carney pour PandoDaily s’affole de voir des gens partager avec autant de désinvolture des données de santé hautement personnelles avec des constructeurs d’appareils, sans même sembler regarder les implications potentielles. Or toutes ces données intéressent du monde, comme nos assureurs, nos banquiers… Nous faudra-t-il arrêter d’acheter des hamburgers avec nos cartes bancaires pour éviter toute menace d’augmentation de son assurance santé ? Beaucoup attendent du gouvernement qu’il protège les consommateurs des atteintes à leur vie privée, mais le plus souvent le législateur se contente de réagir aux problèmes. C’est donc à chacun d’entre nous de protéger ses données. Or, quand on regarde les CGU des appareils qui nous mesurent, pour l’instant elles sont souvent assez favorable au consommat! eur, mais elles peuvent rapidement être modifiées. Pas tous. Reste que les politiques de confidentialités des outils sont très différentes. Jawbone se réserve le droit de partager les informations des utilisateurs avec des tiers. Nike essentiellement avec les autres services de Nike. Fitbit ne partagera que des données cumulatives ne permettant pas d’identifier les utilisateurs, mais aussi à des annonceurs… Peut-être est-il tant de faire le ménage ?

. Pourquoi Google va écraser Nielsen – Guardian.co.uk
Pour Frédéric Filloux, pourquoi quand il s’agit de mesurer la valeur commerciale d’un spectateur unique utilisons-nous encore les méthodes des sondeurs plutôt que celles des outils de suivi numériques ?

. Angelina Jolie, et la fin de l’assurance – Classe éco
Pour Alexandre Delaigue, le développement de tests génétiques qui déterminent des risques de santé pose un problème sur le fonctionnement de nos sociétés et notamment de l’assurance. L’asymétrie d’information entre la victime du risque et celui qui l’indemnise ont une influence majeure sur la forme que prennent les institutions.. “il est fort possible qu’Angelina Jolie préfigure, dans une cinquantaine d’années peut-être, un monde dans lequel il sera aussi difficile de trouver des assurances décès, des assurances-santé, que des assurances-divorce aujourd’hui.”

. Obsolescence programmée et asymétrie de l’information – Un grain de sable
Quentin Ruyant revient sur l’obsolescence programmée pour interroger le concept. La durée de vie d’un produit n’est ni visible, ni certaine. Les conditions de production ne valorisent pas cet aspect là du produit et les consommateurs eux-mêmes ne sont pas vertueux. Sans compter que d’autres aspects viennent biaiser ce marché, comme le fait que les déchets ne soient pas gérés par les entreprises qui les produisent. “Affirmer que l’obsolescence programmée est un mythe ne tient que pour peu qu’on parte du principe indiscuté que le marché tendra nécessairement vers un optimum pour les différents acteurs. C’est donc un acte de foi.” Reste que pour y remédier, il faudrait des mesures plus radicales, estime le philosophe : interdire la publicité, rétablir une symétrie d’information entre constructeurs et ! consommateurs, obliger les entreprises à gérer l’intégralité du cycle de vie de leurs produits, voir passer à un système tout-locatif…

. Angelina Jolie et le 1% – Scientific American
Pour le docteur Gayle Sulik, la double masectomie d’Angelina Jolie illustre notre entrée dans un nouveau temps de l’information médicale. Bien sûr, du fait de la présence du gene BRCA1 et de ses antécédents familiaux, Angelina Jolie a plus de chances que d’autres de développer un cancer du sein (mais seulement 5 à 10 % des cancers du sein impliquent ce gène), mais seulement une femme sur 600 qui ont cette variante sur leur gène augmentent leur risque de cancer. La médecine ne propose pas de boule de cristal pour savoir si le cancer va se développer, malgré les facteurs de risque : 70 % des personnes diagnostiquées avec le cancer du sein n’ont aucun facteur de risque connus. En conséquence, estime le docteur Gayle Sulik, de nombreuses femmes surestiment leur risque de cancer du sein. Beaucoup choisissent une double masectomie quand le cancer est d&! eacute;tecté dans un sein, sans aucune raison médicale de le faire, autre que le surdiagnostic, le surtraitement et la surabondance de l’autosurveillance. Les tests génétiques explosent sur ce marché, mais avec plus de 1000 mutations identifiées des gènes BRCA (et d’autres à découvrir), les profils génétiques et la plupart des options de traitement ne sont pas si simples. On parle assez peu des difficultés post-opératoires des chirurgies de reconstruction mamaire, estime encore le docteur. Recommander les tests génétiques pour les profils à risque, comme le fait la société qui a breveté les gènes responsables du cancer du sein (et oui!), c’est oublier que la plupart des cancers du sein ne résultent pas de mutations génétiques héréditaires. Angelina Jolie peut recevoir les meilleurs so! ins. Ce n’est pas le cas de tous les autres et nous m&ea! cute;ritons une meilleure information médicale que les convictions de laboratoires cherchant à profiter de nos peurs.

. Don’t Be a Google Glasshole : Laptop Mag
Molly Klinefelter pour LaptopMag propose une liste de 10 conseils comportementaux pour ne pas devenir un salaud de porteur de lunettes de Google. Où comment la technologie redéfinit l’étiquette, ce que nous avons le droit de faire ou ne pas faire en société.

. La science des données dans un monde Facebook – Wolfram Blog
Stephen Wolfram revient sur l’analyse des données issues de Facebook que les utilisateurs ont autorisés pour regarder la distribution des amis en fonction de l’âge par exemple, celle du statut relationnel, la répartition du nombre d’amis selon sa localisation, de quoi l’on parle en moyenne sur son mur (sport, famille, humeur, philosophie et évènements…)…

. Aveuglés par les donnés : c’est les modèles, idiots ! – ReadWrite
Par définition, les Big Data ne savent pas prédire les “cygnes noirs”, plus nous avons de données, plus il devient difficile de trouver le signal dans le bruit, rappelle Nassim Taleb et plus nous risquons de nous focaliser sur des corrélations erronées.

. Pour la défense de nos libertés numériques – Marietje Schaake
La député européenne Marietje Schaake publie une défense de nos libertés numériques afin que l’avenir ne soit pas une course au cyberarmement au détriment de nos libertés individuelles.

. Dans un monde programmable, tous nos objets agiront comme un seul – Wired.com
Pour Bill Wasik, tout comme avec les réseaux sociaux, les préoccupations que font peser un monde de capteurs connectés sur la vie privée sera rapidement compensés par les satisfactions que nous en retireront. Euh… Un peu court, non ?

. “L’optimisation fiscale”, pratique courante des géants du numérique – LeMonde.fr
LeMonde, suite à une longue enquête du New York Times sur la stratégie fiscale d’Apple, revient sur les techniques utilisées par les géants du numérique pour faire de l’optimisation fiscale.

. La périurbanisation de la pauvreté – The Atlantic Cities
Emily Badger pour Atlantic Cities souligne, qu’en Amérique, les banlieues s’appauvrissent plus vite que les centre ville. Or, les programmes pour lutter contre la pauvreté initiés dans les régions urbaines denses auront du mal à se répéter dans les banlieues, comme la question des transports en commun par exemple. La banlieue, l’autre défi du 21e siècle ?

. Comment Google l’emporte en donnant moins – Co.Design
Pour Alan Siegel et irene Etzkorn, auteurs de “Simple : conquering the crisis of complexity”, les recherches montrent que souvent le consommateur veut plus de choix. Or, Google qui ne les écoute pas, est en tête du classement des marques… Paradoxe ou conséquence ? Les gens ont toujours tendance à en vouloir plus, même si ce n’est pas bon pour eux, estiment les designers. Bien des produits échouent car ils proposent trop de fonctionnalités d’une manière trop complexe. Une étude récente a révélé que la moitié des gadgets retournés sont effectivement en bon état de fonctionnement, car les clients ne peuvent pas comprendre comment les utiliser et que nul ne passe plus d’une vingtaine de minutes à tenter d’en comprendre le fonctionnement.

. Est-ce que vivre près d’un fast food augmente votre risque d’obésité ? – The Atlantic Cities
Oui, surtout si vous êtes noirs ou pauvres, estime une étude :http://ajph.aphapublications.org/doi/abs/10.2105/AJPH.2012.301140?prevSearch=Reitzel&searchHistoryKey= Parce que pour eux, alors, la restauration rapide est la meilleure et la plus économique des solutions…

. Les grands acteurs des télécoms freinent-ils notre avenir ? – NYTimes.com
Pour la juriste Susan Crawford, auteur de “Captive Audience: The Telecom Industry and Monopoly Power in the New Gilded Age”, les opérateurs télécoms sont devenus des monopoles qui résistent à l’innovation et surchargent les utilisateurs.

. Les critiques sur les Big Data sous-estiment le facteur de vitesse – Guardian.co.uk
La vélocité, plu que le volume, détermine de plus en plus le besoin en logiciel et matériel pour les organisations qui font du traitement de Big Data.

. Pas influent sur les réseaux sociaux ? Quechua ne vous embauche pas – Numerama
La marque de sports de montagne Quechua exige que ses candidats au poste de Community Manager aient un “klout score” d’au moins 35. Un indice censé refléter l’influence personnelle sur les réseaux sociaux. Chez American Airlines, un Klout de 55 vous permet d’accéder aux clubs Lounge de l’avioneur : http://www.psfk.com/2013/05/klout-score-american-airlines-vip.html

. Comment la théorie des réseaux est utile pour lutter contre les pandémies – Atelier des médias
Pour Francis Pisani, comprendre les aspects biologiques des nouvelles épidémies ne suffit pas, il faut aussi comprendre comme elles se répandent. Car c’est en comprenant la logique des réseaux qu’on peut mettre en place des quarantaines et des mesures sanitaires efficaces.

. Jeux vidéo : dans la peau d’un contrôleur à l’immigration | Le blog de Romain Baro
Le jeu vidéo Please Papers – http://dukope.com – vous invite à incarner un contrôleur au frontière pour vous pousser dans l’engrenage des décisions et de votre rapport à la fois à la morale et à votre employeur….

. “Comment favoriser l’innovation sociale?” – L’Express
Pour Olivia Lisicki et Louis-David Benyayer, pour favoriser l’innovation sociale, nous avons besoin de leader charismatiques du secteur, mais plus encore, changer nos façons de concevoir et d’expérimenter, notamment en s’appuyant sur la conception innovante (design thinking) et enfin, créer les conditions de l’innovation, c’est-à-dire créer une culture organisationnelle qui favorise la prise de risque individuelle

. Le problème de la vidéo sur le web – Adam Westbrook
On ne peut pas faire de la vidéo pour le cinéma et la mettre sur YouTube, ce serait comme faire un billet de blog et le mettre sur la télé. Ce qui signifie qu’il faut faire la vidéo pour le web autrement… A moins que cela ne signifie qu’il manque peut-être un outil adapté à ces formes de vidéo, questionne Adam Westbrook.

. Rapport Lescure : et si on écoutait ceux qui piratent la culture ? – Rue89
“Les auteurs du blog J’voulais pas pirater, cité par le rapport Lescure, ne font pas que critiquer l’offre légale de contenus, ils ont aussi des solutions.”

. Comment la technologie redéfinie-t-elle les normes de la société ? – Felix Salmon
La techno a tendance à créer ses propres normes, estime Felix Salmon de Reuters. Et les Goole Glass – tout comme l’informatique qui se porte) va transformer les normes sociales de ce que nous considérons comme privé ou public.

. Comment l’impression 3D va bouleverser l’économie de demain – Bloomberg
Dans un dossier consacré à l’impression 3D, la rédaction Bloomberg rappelle que 29% des objets issus de l’impression 3D ne sont pas des prototypes mais ont pour but de devenir des produits finis incorporés dans nos objets, comme c’est le cas d’une buze permettant d’aliment la chambre de combustion des jets de General Electric. L’avantage principal de l’impression 3D dans l’industrie, outre son coût, est de rendre la complexité gratuite, c’est-à-dire de pouvoir créer des formes qui n’étaient pas possibles jusqu’à présent et pour un coût très faible. Reste à faire progresser la certification de ce type de produits.

. Amesys et la surveillance de masse : du fantasme à la dure réalité : Reflets
Bluetouff revient, dans un billet pédagogique, sur le fonctionnement des outils de surveillance massifs (à l’échelle d’une Nation) et leur fonctionnement et notamment sur l’affaire Amesys.

. La ville trop intelligente – The Boston Globe
Nous sommes déjà en train de construire les métropoles du futur, mais souhaitons-nous vraiment y vivre ? Un nombre grandissant de penseurs des sciences sociales, de l’architecture, de l’urbanisme et du design commencent à sonner une note de prudence, estime Courtney Humphries pour le Boston Globe. La ville qui surveille ces concitoyens, même pour des raisons “utiles” empiète sur la liberté individuelle et ce d’autant que ces services seront demain au mains de partenaires privés. Le risque est que ces programmes de ville intelligentes nous détournent également d’autres solutions, non technologiques. Un changement massif dans les priorités urbaines menées en grande partie hors de la vue du public est en cours. Pour ces critiques, nous devons discuter de l’avenir de la ville avec les usagers, estime Anthony Townsend auteur de “Villes intelligentes! : Big Data, les pirates citoyens et la quête d’une nouvelle utopie”. Selon lui, ce sont les algorithmes de gouvernement qui doivent être mis en évidence plus que les données”, or les villes sont plus préoccupées d’ouvrir leurs données que d’ouvrir les logiciels et les algorithmes des outils propriétaires qui façonnent la ville de demain. “Ce qui m’inquiète sont les lois de facto qui sont codées dans les logiciels des villes intelligentes sans examen du public.” Les attentats de Boston ont montré combien la vidéosurveillance était omniprésente dans nos vies. Que se passerait-il si les sociétés qui les exploitent pouvaient les agréger et les analyser comme l’a fait la CIA ? Pour Townsend, nous devons nous méfier d’une approche centralisée des villes. Pour Adam Greenfield, le risqu! e est celui d’une nouvelle planification urbaine, qui ri! sque d’être aussi dévastatrice que celle du XXe siècle. Pour Townsend, le bureau des nouvelles mécaniques urbaines créées par la ville de Boston –http://www.newurbanmechanics.org – est un bon exemple de construction d’un débat citoyen autour de l’avenir de nos villes, en promouvant l’innovation citoyenne. Dernière question : comment vit-on dans ces espaces intelligents ? Rob Kitchin mène un projet visant à étudier comment le logiciel affecte la vie à Dublin et Boston : http://www.nuim.ie/nirsa/people/admin/kitchin.shtml

. La France championne du stress au travail – LeMonde.fr
Pour Martin Richer, consultant en responsabilité sociale des entreprises et membre du think tank Terra Nova, le stress au travail en France est plus élevé que dans les autres pays européens, tant pour les revenus les plus modestes que pour les revenus les plus élevés. Le manque de reconnaissance est l’un des facteurs de stress les plus significatifs tout comme l’insécurité de l’emploi.

. L’open data renforce-t-il le risque de désintermédiation ? | données ouvertes
Simon Chignard n’a pas eu à quitter Google pour trouver les horaires du cinéma. Pour beaucoup d’acteurs, cette désintermédiation n’est pas un bon signal. L’open data est-il un facteur d’accélération de cette désintermédiation ? Pour Simon Chignard, le risque n’est pas nouveau : les désintermédiateurs d’aujourd’hui sont les désintermédias de demain. Le groupe Accor vend aujourd’hui la plupart de ses nuitées sur des sites partenaires, mais l’ouverture de ses données lui a aussi permis de développer ses propres applications et vendre directement à ses clients. Pour Simon Chignard, chaque cycle techno rebat les cartes de l’intermédiation. Pour y répondre, il faut identifier les données qui présentent le meilleur ratio de démultiplication de l’effet réseau! par rapport à ce risque. La politique de semi ouverture des données d’Amazon a renforcé son positionnement plutôt que l’inverse. En fait, le problème n’est pas tant la question de l’intermédiaire que celle du partage de la valeur.

. Voitures autonomes, avions sans pilotes… restera-t-il du travail pour l’humanité ? – Guardian
Pour Will Hutton, à la suite du professeur d’économie Tyler Cowen, nous sommes à l’aube de la “Grande stagnation”. Nous sommes à la fin des grandes “technologies d’application générale” (ces technos qui transforment toute une économie, comme la machine à vapeur, l’électricité, la voiture …), sans nouvelles techno pour nous faire avancer, alors que les technos d’application générales sont de plus en plus robotisées et automatisées.

. Le Sharenting en question – The Guardian
Les “sharents” (néologisme formé du mot parent et share, partage) sont les parents qui bloguent, tweetent et publient des photos de leurs enfants… Mais comment ce partage parental affecte les enfants à mesure qu’ils grandissent ? Ne pas différencier ce qui est public de ce qui doit rester privé, demeure un problème, estiment certains psychologues. Les parents qui ne mentionnent pas leurs enfants sur l’internet ne sont-ils pas en passe de devenir de mauvais parents ? Pour beaucoup, les avantages immédiats du sharenting, l’emportent sur les inconvénients à plus long terme… Et le Guardian de recommander deux comportements : restez maître des paramètres de confidentialité – utilisez par exemple : Adjustyourprivacy.com – et créez une alerte sur le nom de votre enfant pour apprécier ce que les moteurs de recherche accumulent sur! lui. J’en ajouterais deux : ces partages doivent rester dans un cadre privé et le prénom ne doit jamais être associé au nom.

. Comment fouiller les données des téléphones mobiles sans envahir la vie privée – Technology Review
Des chercheurs de AT&T, la Rutgers University, Princeton et l’université Loyola ont mis au point un moyen d’extraire des données de téléphonie cellulaire pour faire des études sur la mobilité sans révéler l’identité des utilisateurs, en obfuscant les données permettant la réidentification. L’idée est de faire une représentation synthétique, proche de la représentation des données agrégées, mais sans induire les réels parcours des gens. La solution, utiliser un algorithme différentiel qui calcul le risque d’identification pour le réduire en altérant les données. L’idée est d’introduire du bruit dans le modèle pour réduire la ré-identification, explique Margaret Martonosi de Princeton. Leur méthode a été publié publi! quement afin que d’autres chercheurs puissent l’utiliser.

. Le séquençage ADN prénatal, la prochaine révolution du génome – Technology Review
Médecins et parents seront-ils demain capables de gérer le déluge d’information qui arrivera avec le séquençage ADN prénatal ? Nous nous apprêtons à ouvrir la boîte de Pandore, estime le professeur de droit spécialisé en bioéthique de Stanford, Henry Greely. Comment utiliser ces informations pour qu’elles ne génèrent pas d’anxiété ? Il va falloir penser une législation qui nous dise ce qui va être autorisé et ce qui ne le sera pas. Bienvenue à Gattaca.

. Avec les données personnelles, les applications prédictives ont une longueur d’avance – Technology Review
Les logiciels capables de nous fournir des informations avant que nous ne les leur demandions sont appelés à nous changer la vie, explique Tom Simonite pour la Technology Review. Les logiciels commencent à pouvoir nous dire qu’il nous faut partir 10 minutes plus tôt à notre rendez-vous à l’autre côté de la ville du fait des conditions de circulation… comme le fait Google Now. Pour Bill Ferrell, PDG d’Osito – http://www.getosito.com – , une application concurrente, il nous faut parler désormais d’intelligence prédictive, mais cela nécessite d’avoir toujours plus de données personnelles pour affiner la prédiction. Google est ainsi capable de vous signaler des propriétés à vendre lors de vos déplacements si vous avez cherché auparavant ce type d’inform! ations… Reste que ces systèmes ont encore du mal à dire ce qui est important à l’utilisateur : leur indiquer où se trouve le café le plus proche parce qu’ils en ont déjà pris un dans ce type d’établissement ou le passage du prochain bus juste parce qu’ils passent devant un arrêt n’est pas toujours opportun.

. Comment les capteurs et les données sociales peuvent augmenter nos lieux de travail – Technology Review
Ben Waber, auteur de “People Analytics: How Social Sensing Technology Will Transform Business”, revient pour la Technology Review sur comment augmenter la réalité sociale sur nos lieux de travail. Que se passe-t-il quand l’espace de travail, les murs qui séparent les gens, voir même la machine à café sont déterminés par les données ? Il revient sur un vieux projet du MIT, Augmented Cubicle –http://fab.cba.mit.edu/classes/MIT/863.09/people/ben/project4.html – qui avait pour objet d’influencer la dynamique sociale dans le lieu de travail via une installation favorisant les échanges distants. A l’heure où les interactions sociales deviennent plus faciles à mesurer, le prochain défi est de trouver comment utiliser ce que nous apprenons des données comporte! mentales pour influence ou améliorer les échanges entre collègues au travail. Ben Waber, à la tête de Sociometrics Solutions –http://www.sociometricsolutions.com – une spinoff du Medialab du MIT dont nous avons souvent parlé, utilise des badges pour monitorer les employés de sociétés clientes. Ces données ont ainsi montré que ceux qui mangent dans des groupes plus nombreux, ont tendance à être plus productifs. Le ton de la voix, la fluctuation de son volume, sa rapidité peut prédire combien une personne sera persuasive dans ce qu’elle dit. Sachant cela, le travail de Sociometric solutions est désormais de regarder comment peut-on indiquer à quelqu’un de moduler sa voix pour être plus persuasif ? Comment peut-on organiser des réunions afin quelles permettent de mieux m! êler les gens ? Faudra-t-il imaginer demain des machine ! à café robot itinérantes pour permettre aux groupes de mieux se rencontrer ? Faudra-t-il imaginer demain des robots lents comme SlothBots – http://www.arch-os.com/projects/slothbots/ – qui viendront subtilement refermer une conversation d’un groupe des autres travailleurs ? Est-il éthique d’utiliser des technologies de données comportementales pour persuader et influencer les gens de cette façon ? Une question que Ben Waber laisse ouverte.

. Comment les trucs se diffusent : anatomie de 2 mèmes – FaceGroup
Intéressante étude sur 2 mèmes de l’internet d’aujourd’hui : Gangnam Style et Harlem Shake. Comment se diffusent-ils ? Comment leur popularité est-elle différente ?

. Le fusil qui tire tout seul – Triplex
Et voilà le “fusil intelligent”, l’arme qui fait mouche à tout coup à plus de 600 mètres une fois que vous lui avez dit sur quoi pointer… Demain, nous pourrons nous entretuer plus facilement en étant tous tireurs d’élites !

. Les yeux et les oreilles de l’internet signent-ils la fin de la vie privée ? – guardian.co.uk
Pour le spécialiste de la sécurité, Bruce Schneier, si à l’avenir, tous nos appareils auront des paramètres de confidentialité, ces paramètres devront se mesurer non pas pour l’intimité qu’ils offrent, mais pour ceux qu’ils nient. Nos données seront enregistrées par les sociétés qui les dispensent, traitées, achetées et vendues sans votre consentement. Vous pensez que vos paramètres de confidentialité vous garderaient que des inconnus apprennent tout de vous, mais ils ne vous protégeront que de ceux qui ne paieront pas pour ce privilège. Le pouvoir est ce qui importe ici : vous serez en mesure d’empêcher les impuissants d’envahir votre vie privée, mais vous n’aurez aucune possibilité d’empêcher les puissants de le faire encore et encore.

. L’impact des censures sur Internet, sur les sociétés – Neosting.net
“Il faut vraiment remettre en question cette façon qu’à l’Etat de vouloir empêcher les citoyens de pouvoir accéder à des contenus “préjudiciables”, et assumer qu’ils ne sont pas si préjudiciables, pour se demander ce qui est vraiment préjudiciable, et pour qui cela peut poser problème, parce qu’il y a énormément de contenus qui peuvent sauver des vies, qui sont vraiment importants, mais qui sont interprétés comme “préjudiciables”. Et c’est ce que nous essayons de déconstruire.” Jac sm Kee.

. Avec les Google Maps personnalisée, nous ne saurons jamais ce que nous ne voyons pas – The Atlantic Cities
Le plus grand atout de nos villes est leur diversité. Peut-on construire des cartes personnalisables qui ne nous orientent que vers des endroits où ils soupçonnent que nous serions heureux ?

. Internet : la fin des mots de passe pour bientôt ? – LesEchos
Un consortium baptisé FIDO Alliance cherche des alternatives technologiques aux mots de passe. Selon lui, la prolifération des codes d’accès, vulnérables, commence à « entraver le développement du Web ». La solution : s’en passer ! Comment ? Par la biométrie ou par le biais d’un objet physique. Encore faut-il que les acteurs du web parviennent à s’entendre sur un projet commun.

. Viol des données et apocalypse à venir de la vie privée – Les Virtualistes
Pour Simon Davies, fondateur de l’ONG britannique Privacy International, “Non, ça veut dire non”. Comme dans le cadre du viol, le consentement sur l’usage de nos données devrait toujours être explicite. Une relation préalable – même régulière – ne donne aucun droit à utiliser nos données par devers nous. “Aujourd’hui, dans la plupart des activités en ligne, on dirait que quasiment toutes les utilisations de données personnelles sont permises, du moment qu’elles sont spécifiées dans les CGU ou que l’utilisateur a été informé”. Ce n’est pas ainsi que la protection des données a été conçue et ce n’est pas une formule viable pour un nouvel âge de l’information illimité. Le règlement européen pour la protection des données per! sonnelles est devenu un champ de bataille. La corrosion réglementaire est globale. Le pragmatisme triomphe bien souvent sur le principe. Le dialogue entre les Etats-Unis et l’Europe est en panne. Il est temps de prendre une position plus ferme et plus agressive sur la question de la vie privée…

. Bibliographie – Governing Algorithms
La conférence sur la gouvernance des algorithmes propose une impressionnante web/bibliographie sur le sujet.

. MesInfos : cahier d’exploration (.pdf) – Fing
La Fing publie une première synthèse de son travail sur le retour des données personnelles aux individus. Quelles formes de création de valeur partagée peut-elle produire ?

. Rewire – David Sasaki
David Sasaki revient sur le nouveau livre d’Ethan Zuckerman, “Rewire” sur nos barrières culturelles, politiques et linguistiques, qui montre combien le brouillage des frontières internationales est un processus lent, progressif, inégal. Nous surestimons la mondialisation, prévient Ethan Zuckerman.

. Le moment Mooc et la fin de la réforme – The New Inquiry
Pour Aaron Bady, la moocification de l’enseignement supérieur n’est ni une très bonne chose ni une très mauvaise. Les moocs sont plus une fin qu’un commencement. Certes, ils ne coûtent pas cher, parce qu’on enregistre une fois les cours et qu’on peut les réutiliser… Leur risque est de solidifier les hiérarchies et le panthéon académique, réifier la connaissance en marchandise. La méthode scientifique est tout l’inverse.

. “Régulons le crowdfunding mais ne le bridons pas !” – Les Echos
Vincent de Ricordeau, président de la plateforme de financement collaboratif Kiss Kiss Bank Bank, revient sur la proposition de réglementation des plates-formes de financement participatif lancé par l’autorité de contrôle prudentielle et l’autorité des marchés financiers –http://www.economie.gouv.fr/mise-en-ligne-dun-guide-financement-participatif-crowdfunding -, les contraignants à des démarches longues, un capital social élevé et surtout une limitation de leurs activités (pas de montant supérieur à 100 000 euros, portant sur 50 % du capital et ne pouvant pas toucher plus de 150 personnes). Le crowfunding a besoin d’un cadre, pour être plus clair et plus crédible ? Mais doit-elle rester dans le cadre réglementaire des é! tablissements bancaires ?

. L’intelligence artificielle et la loi – New Scientist
Les programmes informatiques pourraient bientôt prendre des décisions de justice… Le pire est qu’ils pourraient le faire mieux que les humains. On se souvient d’une étude –http://www.internetactu.net/2011/05/11/nos-decisions-en-questions/ – qui soulignait que le jugement des juges était influencé par leur humaine condition. Tom Gordon du Fraunhofer Institute de Munich en partenariat avec la société Init a développé un logiciel pour automatiser les demande d’aides à l’agence fédérale de l’emploi pour les parents avec enfants. Chaque demande est automatiquement analysée par rapport aux arguments de droits. Anna Ronkainen d’Onomatics en Finlande a elle construit un outil appelé TrademarkNow qui estime les similarité entre marques exist! antes et nouvelles marques déposées.

. Vendre la publicité par le temps plutôt que l’espace — BuzzMachine
Jeff Jarvis a rencontré le patron de Chartbeat – https://chartbeat.com – qui monitore l’activité des internautes et qui estime que le temps d’exposition à la publicité est la meilleure indication de la mémorisation du message publicitaire. Alors, si on rémunérait la pub non plus à l’espace, mais au temps passé à la regarder ?

. Bientôt 10 millions de tablettes en France – Terminaux Alternatifs.fr
La France serait au second rang des pays les plus équipés en terminaux alternatifs. On estime que le nombre de tablettes déjà vendues serait de 5 millions et que ce chiffre devrait doubler en 2013 ! 58% des français utiliseraient une tablette plusieurs fois par jours.

. Financial Cryptography : Vos Skype leur appartiennent
Skype transmet les messages que nous échangeons à Microsoft, pour identifier le spam parait-il… “D’abord ils s’en sont pris aux jihadists, mais je n’ai rien fait, je n’étais pas un jihadist. Ensuite, ils s’en sont pris aux cyberpunks, mais je n’ai rien fait, je n’étais pas un cyberpunks. Ensuite, ils s’en sont pris aux bloggueurs, mais je n’ai rien fait, je n’étais pas un bloggueur. Enfin, ils s’en sont pris à moi, et il n’y avait plus personne… ”

. Vous pouvez désormais envoyer de l’argent avec Gmail – Mashable
Et voilà, via Google Wallet, vous pouvez désormais envoyer de l’argent via Gmail. Forcément “disruptif” !

. N’arrêtons pas de penser à l’avenir : une modeste défense de la prospective – Nesta
Le Nesta britannique publie un court rapport de défense de la prospective alors que les critiques à son encontre n’ont jamais été aussi fortes. Penser l’avenir n’est ni futile ni dangereux. La prospective doit expérimenter plus avant la prospective via les données. Doit favoriser les scénarios plausibles pour se prémunir contre la fragilité. Imaginer et partager craintes et désirs au sujet de demain est un moyen de façonner l’avenir et d’innover.

. Les succès et les échecs du partage de voiture – CityMinded
Vidéo et transcription d’une conférence sur le sujet du partage de l’automobile.

. L’Académie des sciences propose d’enseigner l’informatique dès le primaire – 01net
Dans son dernier rapport, l’Académie des sciences préconise de lui accorder une place du primaire jusqu’au lycée au même titre que les mathématiques ou le Français. Il ne s’agit pas d’expliquer aux élèves comment se servir de logiciel comme Excel mais bien de leur apprendre les concepts de base de l’informatique. http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/rads_0513.pdf

. Pourquoi Google investit dans l’inspiration des développeurs ? – FastCoLabs
Parce qu’ils savent que l’obtention de développeurs enthousiastes s’appuyant sur la technologie de Google est la clé de la réussite de l’entreprise, et l’équipe Google Data Arts est chargée de mettre en valeur le potentiel créatif des outils de Google pour électriser l’inspiration…

. Les métadonnées comptent : comment l’enregistrement des conversations téléphoniques et les lois obsolètes nuisent à la liberté de la presse et à la vie privée – Verge
Le gouvernement américain via son service fiscal a espionné les lignes téléphoniques des journalistes d’Associated Press. Sans avoir accès au contenu, l’administration fiscale a eu accès aux numéros, aux durées des appelles, au localisations (pas au contenu) : voir cet article du Monde pour les explications : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/05/14/benghazi-irs-ap-les-affaires-qui-fragilisent-barack-obama_3200459_3222.html. Mais rappelle The Verge, il y a des catégories entières d’informations pour lesquelles les métadonnées sont aussi sensibles que les contenus, estime Chris Soghoian de l’ACLU. L’administration peut-elle accéder sans mandats à des données montrant uniquement des m&eacu! te;tadonnées ?

. Rapport Lescure: qu’en pense Nicolas Colin, inspecteur des finances ? | FrenchWeb.fr
Pour Nicolas Colin, coauteur du rapport sur la fiscalité numérique, le rapport Lescure a le mérite de promouvoir la gestion collective et de prendre en compte la contribution des internautes à la création de valeur.

. La neutralité de Google jugée dangereuse pour la santé – Numerama
Un rapport de la Commission sénatoriale d’enquête sur les Mouvements à caractère sectaire pointe du doigt le rôle de Google dans la visibilité des “méthodes thérapeutiques non traditionnelles”, sur lesquelles les sectes s’appuieraient pour recruter des victimes. Il regrette que les résultats officiels des services de l’Etat ne soient pas systématiquement mis en avant par le moteur de recherche. Mais plutôt que de demander à Google de fausser les résultats, ne vaudrait-il pas plutôt que les pouvoirs publics adaptent et intègrent le Search Engine Optimization dans leurs objectifs de travail ou modifient leurs méthodes de publications pour améliorer leur référencement ?

. [BBS] L’Internet caché du monde de l’ombre – Ecrans.fr
Brillant billet de Laurent Chemla qui montre que c’est la criminalisation des usages du web qui pousse les utilisateurs vers les espaces en marge du réseau et vers les techniques d’anonymisation. “Lorsque le simple citoyen est tracé, traqué, marqué”, filtré, surveillé… alors il a le droit (voir le devoir) de se protéger de son mieux et ceci même – surtout – s’il n’a rien à cacher. Pourtant, rappelle Chemla, les outils d’anonymisation ne sont pas une panacée, pour naviguer peut-être, mais par pour s’exprimer. Car quel crédit peut-on donner à un billet anonyme dont rien ne nous permet d’identifier la source ou de croiser les sources ? Aucun, rappelle Chemla. Les opposants des régimes s’expriment dont le plus souvent en pleine lumière – en connaissance des risques – ou via des ONG qui ! engagent leur crédibilité pour eux. “La publication anonyme, dans la lutte contre le totalitarisme, a autant de valeur qu’un torchon”. Ce ne sont pas les réseaux anonymisant qui ont permis les révolutions arabes, ce sont d’abord les téléphones portables et les réseaux sociaux, outils fort peu anonymes. Les réseaux anonymisant servent à se garantir un espace de navigation en dehors de toute surveillance. “S’il existe un « droit à l’anonymat », c’est dans la consultation du contenu qu’il doit s’exercer, pas dans sa diffusion.”

. Une start-up dépoussière le monde des caisses enregistreuses | Alp ICT
iKentoo – http://www.ikentoo.com – remplace les caisses enregistreuses par des iPad.

. Cartographie des controverses – Tommaso Venturini
Tommaso Venturini, coordinateur du projet Medialab de science Po a recueilli une brassée de liens pour comprendre les controverses, accéder aux outils d’exploration –http://www.tommasoventurini.it/web/index.php?page=exploring-controversies – et à ceux permettant de les représenter : http://www.tommasoventurini.it/web/index.php?page=representing-controversies
more from www.tommasoventurini.it

REVUE DE WEB

Abonnez-vous à le revue de web d'InternetActu : http://groups.diigo.com/group/internetactu (RSS ou email) ou via SeenThis.