Showing posts with label tractatus logico philosophicus. Show all posts
Showing posts with label tractatus logico philosophicus. Show all posts

Mar 5, 2018


Wittgenstein et la vie véritable : 
le Tractatus, les Carnets et l’Abrégé de l’Évangile de Tolstoï






Le 2 septembre 1914[1] Wittgenstein fait mention de sa première lecture de l’Abrégé de l’Évangile de Tolstoï[2]. Il l’emporte avec lui partout où la Guerre le mène. Le philosophe est connu de ses camarades comme « l’homme à l’Évangile », et Wittgenstein lui-même l’affirme : le livre lui aurait « sauvé la vie »[3]. Dans les remarques plutôt intimes de ce carnet, on voit des formules et des prières sans doute inspirées de l’œuvre de Tolstoï, et il est évident que le caractère de Wittgenstein souffre de l’influence de la doctrine chrétienne telle qu’étalée sur les douze chapitres où est enseignée la leçon d’abandon et d’humilité du Christ. Son admiration presque mythique pour Tolstoï, le contexte de la Première Guerre et le fait qu’il recommandait la lecture de l’Abrégé à tous comme s’il s’agissait d’une sorte de remède – comme plus tard plusieurs autres textes littéraires de l’écrivain russe – semblent suggérer à quelques commentateurs une influence fortement, mais simplement, personnelle, et que pourtant j’aimerais appeler ici, « périphérique » – par contraste à la influence reconnue « directe » de, par exemple, Schopenhauer[4].
Mais s’il est vrai que l’Abrégé a pu servir au soldat Wittgenstein à « ne pas se perdre » dans la folie (extérieure et intérieure) du combat, ce que je voudrais montrer dans le présent article est que l’influence de ce livre sur le Tractatus Logico-Philosophicus et les autres œuvres de la même période est beaucoup plus dogmatique que l’on pourrait le croire. Plus qu’une sorte d’« esprit commun », ces œuvres partagent un même but et une même signification morale et moralisante – pour ne pas parler d’un même « contenu »  éthique[5]. L’influence est donc dogmatique dans la mesure où les remarques du Tractatus et des Carnets sur l’éthique et le mystique peuvent être mieux comprises à la lumière de l’Abrégé, en affirmant une attitude « positive » et « définitive » – impérative et catégorique – à l’égard de la bonne manièrede vivre une vie pleine de sens. C’est là la « vision correcte du monde » telle qu’affirmée par Wittgenstein à la fin du Tractatus, ou bien la « vie véritable » de l’Abrégé. En effet, ce qu’il y a de dogmatique chez Tolstoï comme chez Wittgenstein est ce qui précisément constitue la vraie vie de l’esprit, une vie qui n’est heureuse que lorsqu’elle se conforme aux principes d’une vie digne d’être vécue, une vie atemporelle, vouée à la volonté du Père. Le but partagé par les auteurs est donc celui de trouver une réponse au « problème de la vie », de manière telle que cette réponse soit vécue plutôt qu’expliquée.

Le chemin
Le chemin même de la quête amène à la bonne réponse. Les deux œuvres peuvent d’une certaine manière être considérées comme des pièces nécessaires à l’établissement de la pratique de la vie véritable et de la manière correcte de vivre[6]. Si d’une part elles montrent le parcours jusqu’à ce que l’abandon de la volonté à celle du Père ne soit possible, elles enseignent d’autre part cette possibilité elle-même. Et la tâche moralisante qui concerne cet enseignement se rapporte à la fois à l’incapacité de certains domaines à répondre aux besoins de notre esprit ou à faire face à la simplicité même de la réponse.
Il ne s’agit donc pas, pour les œuvres en question, de fournir la solution au problème de la vie comme s’il s’agissait d’un problème de la science ou de la philosophie. Le chemin commun vécu par Tolstoï comme par Wittgenstein ne passe par le langage scientifique ou philosophique que pour prouver son immense insuffisance et son inaptitude à apporter une résolution aux problèmes supposément « les plus profonds ». La science et la philosophie engendrent plutôt l’embarras le plus grand, nous laissant incommensurablement insatisfaits[7]. D’où l’angoisse et la longueur de la quête. Et d’où, aussi, la nécessité que la quête s’arrête ou qu’elle s’accomplisse d’une autre manière.
En effet, pour Wittgenstein il ne s’agit pas d’arriver à une vraie réponse, mais bien de dissoudre toute question. L’insuffisance du langage étant ici étroitement liée à la distinction centrale du Tractatus entre dire et montrer, la séparation des domaines (de la science, de la philosophie, de l’art, du mystique, etc.) suit justement la possibilité d’apporter (ou non) une explication sensée à la fois de la question et de la réponse. Si les réponses de la science n’apaisent pas l’angoisse liée à la quête du sens de la vie, c’est qu’en vérité on cherche depuis toujours au mauvais endroit. Et si une réponse ne peut être donnée, c’est que la question est elle-même illégitime. Ainsi, lorsqu’on parle du « problème de la vie », ce n’est pas un problème de la science de la nature qu’il s’agit de résoudre (6.4312). D’après les critères établis par Wittgenstein, il est clair que le « problème de la vie » doit disparaître en tant que « problème ». Cela devient manifeste dans ce passage du Tractatus :
6.5 – D’une réponse qu’on ne peut formuler, on ne peut non plus formuler la question. Il n’y a pas d’énigme. Si une question peut de quelque manière être posée, elle peut aussi recevoir une réponse.
N’est-ce donc pas la raison pour laquelle la science n’est pas en mesure de combler ce besoin de l’esprit humain de comprendre le sens de sa propre existence ? En effet, la science n’explique pas le quoi, mais ne peut rendre compte que du comment[8] :
6.52 – Nous sentons que, à supposer même que toutes les questions scientifiques possibles soient résolues, nos problèmes de vie demeurent encore intacts. À vrai dire, il ne reste plus alors aucune question ; et cela même est la réponse[9].
6.521 – La solution du problème de la vie, on la perçoit à la disparition de ce problème.
(N’est-ce pas la raison pour laquelle les hommes qui, après avoir longuement douté, ont trouvé la claire vision du sens de la vie, ceux-là n’ont pu dire alors en quoi ce sens consistait ?)
La réponse est de n’avoir alors aucune « réponse ». Et la solution de tout problème est ainsi de le faire disparaître. Ici, l’observation du paragraphe 6.521 entre parenthèses pourrait nous faire croire que la solution est acquise de manière tout à fait inattendue, ou bien que l’arrêt pur et simple de la recherche pourrait nous donner tout d’un coup et intégralement le sens de la vie. Pourtant, comme on verra dans la section suivante, ce n’est pas le cas. L’arrêt de la quête n’entraîne pas forcément la clarté de la solution, puisqu’il ne s’agit pas là d’une conséquence fortuite, ni même à proprement parler d’une « conséquence ». Or, dit Wittgenstein dans les Carnets 1914-1916, « l’homme ne peut se rendre heureux sans plus » (14.7.16) : il s’agit de comprendre et de considérer la dissolution d’emblée comme la vraie solution, en comprenant par là le « contenu éthique » impliqué dans une telle vision de la vie. Dans ce sens, la dissolution du problème de la vie demande un changement à part entière. Il ne suffit pas ainsi d’arrêter de poser des questions illégitimes, – simplement parce qu’on ne trouve pas des réponses – mais d’accepter cela comme une partie essentielle de la manière de vivre qui est proprement non-problématique.
Ce n’est pas autrement pour le domaine de la philosophie – quoique celle-ci soit distincte de la science[10]. Pour Wittgenstein la philosophie ne peut être dorénavant qu’une activité de clarification du langage – une critique du langage (4.0031)[11]. En fait, le rôle qui lui a toujours été attribué n’était dû qu’à l’incompréhension des limites de notre langage et, on pourrait aussi dire, en suivant déjà la critique faite également par Tolstoï, que cela tient à une prétention vaine et chimérique de vérité et de légitimité (plus que) scientifique. En ce sens, les « problèmes les plus profonds » auxquels la philosophie était supposé répondre – y compris le « problème de la vie » – ne sont pas à proprement parler des « problèmes » :
4.003 – La plupart des propositions et des questions qui on été écrites touchant les matières philosophiques ne sont pas fausses, mais sont insensées. Nous ne pouvons donc en aucune façon répondre à de telles questions, mais seulement établir leur non-sens. La plupart des propositions et questions des philosophes découlent de notre incompréhension de la logique du notre langage.
(Elles sont du même type que la question : le Bien est-il plus ou moins identique que le Beau?)
Et ce n’est pas merveille si les problèmes les plus profonds ne sont, à proprement parler, pas des problèmes. (Traduction modifiée).
Ce ne peut donc pas être une quelconque théorie ou une explication métaphysique qui peut rendre compte du sens de la vie, de la raison de l’existence du monde, de la souffrance de l’âme. Comme dans le cas de la science, la « question philosophique » est mal posée, et ce n’est pas ce genre de conclusion recherchée. D’où le refus et le mépris de Wittgenstein pour toute tentative d’explication de ce qu’est l’éthique. Une dizaine d’années après le Tractatus, c’est encore la même raison qui l’amène à affirmer qu’une « théorie éthique »  ne peut aucunement l’intéresser[12] :
La valeur est-elle un état d’esprit déterminé? Ou une forme, qui s’attache à n’importe quelle donnée de la conscience? Je répondrais : quoi que l’on puisse me dire, je le refuserai, non pas parce que l’explication serait fausse, mais parce que c’est une explication.
Quoi que l’on me dise, du moment que c’est une théorie, je répondrai : non, non! Cela ne m’intéresse pas. Même si la théorie était vraie, elle ne m’intéresserait pas – elle ne serait en aucun cas ce que je cherche.
Ce qui est l’éthique, on ne peut l’enseigner. Si je ne pouvais expliquer à quelqu’un l’essence de ce qui est éthique que par une théorie, alors ce qui est l’éthique n’aurait absolument aucune valeur. (…) Pour moi la théorie n’a aucune valeur. Une théorie ne me donne rien[13].
Effectivement, en étant en quête du sens, et plus encore en faisant face à ce qui peut rendre manifeste le manque de sens de la vie, une théorie ne peut apporter aucun apaisement ni réconfort. Outre le refus catégorique de toute « théorie éthique » ou de toute « philosophie morale », Wittgenstein exprime cette impossibilité de manière très personnelle dans les Carnets secrets à propos de l’incident survenu pendant la Première Guerre à son frère Paul, le pianiste qui a perdu sa main droite : « Quelle est la philosophie qui permettra jamais de surmonter un fait de ce genre ? » (CS 28.10.14).
C’est précisément l’absence de réponse à cette question spécifique ce qui amène Tolstoï à la même conclusion : le problème de la vie n’obtient aucune explication sensée, aucune justification théorique possible qui ne soit elle-même d’emblée absurde. Parce que l’absurdité demeure dans le désir de trouver la paix dans « une superstition » quelconque, tel que, par exemple, le progrès. Devant la mort de son frère, Tolstoï semble affirmer la même chose que Wittgenstein, c’est-à-dire qu’une théorie ne lui apporte rien :
Une autre fois, l’insuffisance de cette superstition du progrès me fut révélée par la mort de mon frère. Intelligent, bon, sérieux il tomba malade jeune, souffrit plus d’un an et mourut dans de grands tourments sans comprendre pourquoi il avait vécu. Aucune théorie ne pouvait donner de réponse a ces questions ni a moi, ni a lui, durant sa lente et pénible agonie[14].
Ce sont dans les questions posées par Wittgenstein dans les Carnets 1914-1916 qu’on trouve le rapprochement le plus manifeste avec le récit de Ma Confession concernant le chemin parcouru par Tolstoï et Wittgenstein jusqu’à la « réponse » souhaitée. Si pour Tolstoï le « problème de la vie » se pose à travers les questions suivantes, pour Wittgenstein la « vie problématique » est elle-même mise en question : « ‘Que sert de vivre, de désirer quelque chose, de faire quelque chose?’ Et l’on pouvait donner a cette question une autre expression encore : ‘Est-il dans ma vie un sens qui ne soit détruit par l’inévitable mort qui m’attend ?’ »[15]; « Mais peut-on vivre de telle sorte que la vie cesse d’être problématique ? » (6.7.16). Certes, la réponse à cette question, qui entraîne en même temps la réponse au sens de la vie, exige en même temps la compréhension d’autres questions encore : Que sais-je de Dieu et du but de la vie ? (11.6.16); N’est-ce pas la raison pour laquelle les hommes à qui, après de longues périodes de doute, le sens de la vie était devenu clair, ne pouvaient dire alors en quoi consistait ce sens ? (7.7.16) Comment l’homme peut-il seulement être heureux, puisqu’il ne peut se défendre de la misère du monde ? (13.8.16) Quelle sorte de statut a proprement la volonté humaine ? (21.7.16) Peut-on désirer, et cependant ne pas être malheureux si le désir n’est pas exaucé ? (29.7.16) La volonté est-elle une prise de position à l’égard du monde ? (4.11.16)[16]. Peut-on toutefois chercher leurs réponses dans les tentatives d’explication les plus ambitieuses de la raison humaine, ou faut-il penser que leurs réponses suivent plutôt une certaine manière de vivre qui porte déjà en elle-même la pleine signification de la vie?
Or, cette quête amène Tolstoï – de façon apparemment encore plus pénible que pour Wittgenstein – à chercher dans chaque petit coin de la connaissance humaine, pour ne rien y trouver. Ou bien, pour ne trouver qu’encore la même conclusion désespérée, que la vie n’a pas de sens et que ce « problème » n’a pas de solution :
Longtemps, je ne pus croire que la science ne répondait rien d’autre que ce qu’elle répond à la question de la vie. Longtemps, il me sembla, au vu du ton important et sérieux avec lequel la science affirmait ses postulats n’ayant rien à voir avec les questions de la vie humaine, que quelque chose m’échappait. Longtemps, intimidé par la science, je crus que l’absence de correspondance entre ses réponses et mes questions venait non pas d’une défaillance de la science, mais de mon ignorance ; il ne s’agissait pas d’une plaisanterie, ni d’un amusement, toute ma vie était en jeu, et bon gré mal gré je dus me rendre à l’évidence que mes questions étaient les seules questions légitimes, qui posaient la base de toute science, et que ce n’était pas moi avec mes questions qui étais en cause mais la science, dans la mesure où elle prétendait répondre à ces questions[17].
Ce n’est alors qu’en s’apercevant que la quête elle-même est insensée, ou bien que les domaines de recherche n’apportent rien d’autre chose qu’illusion et vanité, que Tolstoï parvient à comprendre la nature même de sa question et l’exigence faite par là, maintenant, à sa propre attitude :
Aussi, j’aurais beau tourner dans tous les sens les réponses spéculatives de la philosophie, je n’obtiendrais rien qui ressemble à une réponse ; non pas, comme c’est le cas des domaines empiriques, parce que leurs réponses ne concernent pas ma question, mais parce que, bien que tout le travail de l’esprit soit précisément centré sur ma question , il n’y a pas de réponse, et qu’à la place de la réponse, on obtient toujours la même question, mais sous une forme plus complexe[18].
Pour Wittgenstein, une « vraie réponse » se heurte inévitablement contre l’impossibilité définitive de son expression[19] :
De toute évidence, la solution de toutes les questions de la vie possible ne pouvait me satisfaire, car aussi simple que semblât ma question au début, elle impliquait que l’on expliquât le fini par l’infini et inversement.
J’avais demandé quel était le sens non temporel, non causal, non spatial de ma vie ; or j’avais répondu à la question : « Quel est le sens temporel, causal, spatial de ma vie ? »  Il en résulta qu’après un long travail de la pensée je répondis : aucun[20].
Bien sûr, pour Tolstoï le « problème de la vie » se dissipe avec l’affirmation de la foi chrétienne – et c’est là où réside pour lui ce qui pour Wittgenstein est la manière non-problématique de vivre. Pourtant, même là cette réponse ne peut être que la vie elle-même, la vie vécue de manière correcte selon la volonté du Père. Après le parcours de Ma Confession, le sens est trouvé dans la leçon du Christ, laquelle est présentée de façon limpide dans l’Abrégé comme constituant la seule vie véritable. Le statut de ce dernier n’est pas un statut théorique, théologique, métaphysique ou argumentatif. Tolstoï y insiste sur le fait que l’enseignement du Christ tel qu’il est montré tout au long du livre n’est pas identique à la doctrine « chrétienne »  ordinairement conçue par les savants de l’Église, laquelle contiendrait ainsi des erreurs grossières et des éléments superflus. L’auteur l’affirme :
Je cherchais une réponse au problème de la vie, mais non pas une réponse théologique ou historique. (…) Ce qui m’importe, c’est cette lumière qui, voilà 1800 ans, éclaira l’humanité, qui m’a éclairé et m’éclaire encore; quant à savoir quel nom donner à la source de cette lumière, quels en sont les éléments et par qui elle a été allumé, cela m’importe peu[21].
Et en outre :
Il ne s’agit pas de démontrer que Jésus-Christ n’était pas Dieu et que c’est la raison pour laquelle sa doctrine n’est pas d’origine divine; il ne s’agit pas non plus de démontrer qu’il n’était pas catholique, mais il s’agit de comprendre en quoi consiste cette doctrine qui fut si grande et si chère aux hommes qu’ils ont reconnus et reconnaissent comme Dieu l’homme qui a prêché cette doctrine[22].
C’est donc la lumière – dans la vie elle-même – de l’enseignement du Christ que Tolstoï prétend montrer, et non la prétendue clarté ecclésiastique d’un Christianisme qui n’est fait pour personne.

La vie véritable – La vie heureuse I
Mais en quoi une manière correcte de vivre consiste-t-elle?
Dans ce qui suit, je voudrais montrer que pour Wittgenstein la manière non-problématique de vivre peut être comprise à la lumière de certains éléments qui composent aussi chez Tolstoï la vie véritable[23]. Le but même de l’existence humaine est évidemment une telle vie apaisée, et les termes « vie heureuse » (la vie de la tranquillité de l’âme), « vie correcte »  et « vie véritable »  sont en ce sens employés de manière presque synonyme.
Remarquons d’emblée qu’en dépit de l’opposition des auteurs à toute position théorique, métaphysique ou « théologique », l’affirmation de la vie heureuse est une affirmation positive et « dogmatique » d’un point à l’autre : elle est la vraie vie de l’esprit ou la seule vie correcte à vivre. Si la vie heureuse se justifie par elle-même, une vie malheureuse n’a aucune justification possible et ne peut être que mauvaise. C’est en ces termes que Wittgenstein parle dans les Carnets 1914-1916 des « raisons » pour le bonheur :
30.7.16 – J’en reviens toujours à ceci : que, simplement, la vie heureuse est bonne, et mauvaise la vie malheureuse. Et si maintenant je me demande pourquoi je devrais être heureux, la question m’apparaît de soi-même être tautologique; il semble que la vie heureuse se justifie par elle-même, qu’elle est l’unique vie correcte.
Or, les traits qui caractérisent ici le bonheur et le malheur aboutissent à un contraste incontestablement absolu : on ne peut pas être « plus ou moins » heureux, comme on ne peut pas voir la vie comme « plus ou moins » problématique. Une vraie vie est définitivement libre du malheur ou bien elle est une fausse vie. En des termes tolstoïens par excellence, l’opposition faite ici n’est toutefois pas une simple affirmation des faits tels qu’ils sont, mais porte en elle une valeur normative. Il semble qu’on ne puisse pas être malheureux sans conséquence. Peut-on vraiment choisir d’être malheureux sans blâme ? S’agirait-il réellement là d’un choix indifférent ? Il semble en effet que non : Wittgenstein non seulement qualifie la vie heureuse comme vraie et la vie malheureuse comme fausse, mais aussi respectivement comme bonne et mauvaise[24]. Ces qualificatifs ne sont pas axiologiquement neutres et ne décrivent pas un simple état de choses parmi d’autres, mais expriment eux-mêmes un jugement de valeur. Quoiqu’une expression telle que « je suis heureux ou malheureux, c’est tout » (8.7.16) pourrait nous suggérer que l’opposition est optionnelle et que rien n’est à faire concernant notre propre disposition d’esprit, « bon » et « mauvais » caractérisent chez Wittgenstein le sujet du vouloir, celui qui est le porteur de la valeur morale (le bien et le mal). Et dans ce sens, « bon » et « mauvais » doivent être compris comme moralement bon ou mauvais[25]. L’opposition engendre par conséquent une rectitude et une obligation morale envers le bonheur : vouloir être heureux ou bien avoir une bonne volonté est dans ce sens moralement obligatoire, et toute infraction tombe alors dans ce que Wittgenstein nomme à plusieurs reprises, dans l’esprit de l’Abrégé, comme le « péché ». C’est donc d’une condamnation et d’un blâme moral dont il s’agit ici :
CS 20.2.15 – Les pensées lâches, les fluctuations craintives, l’indécision angoissée, les gémissements féminins ne changent rien à la détresse et ne te rendent pas libre!
CS 7.3.15 – Je me sens, pour ainsi dire, spirituellement las, très las. Qui y faire? Je suis consumé par les circonstances contraires. La vie extérieure toute entière fond sur moi, de toute sa vulgarité. Je suis intérieurement plein de haine, incapable d’accueillir l’esprit en moi.
CS 11.8.16 – Je continue à vivre dans le péché, ce qui veut dire dans le malheur. Je suis las et sans joie. Je vis en discorde avec tous ceux qui m’entourent.
Une vie malheureuse pèche dans ce sens contre la signification (on pourrait aussi dire « justification ») de la vie elle-même : elle est absolument injustifiable vis-à-vis du but de l’existence. Dans les Carnets 1914-1916 ce but est explicité comme suit :
6.7.16 – Et en ce sens Dostoïevski a parfaitement raison, qui dit que l’homme heureux parvient au but de l’existence.
On pourrait encore dire que celui-là parvient au but de l’existence qui n’a plus besoin de buts hors de la vie. C’est-à-dire celui qui est apaisé.
La solution du problème de la vie se marque par la disparition du problème.
Mais peut-on vivre de telle sorte que la vie cesse d’être problématique?
Si la « définition » ici offerte par Wittgenstein se fait par le biais de Dostoïevski, le « contenu »  de cette existence ainsi accomplie est bien pourtant celui de la vie de l’esprit telle que dessinée dans l’Abrégé : la vraie vie de celui qui suit la leçon du Christ telle que tirée de l’étude (non-théologique et non-historique) des Évangiles. Selon Tolstoï lui-même, cet enseignement peut être condensé de la façon suivante à travers les titres des douze chapitres de son œuvre :
1. L’homme est le fils d’un principe infini, fils de ce Père, non par la chair, mais par l’esprit.
2. Aussi, c’est en esprit que l’homme doit servir ce principe.
3. La vie de tous les hommes a un principe divin, qui seul est saint.
4. C’est pourquoi l’homme doit servir ce principe dans la vie des tous les hommes, car telle est la volonté du Père.
5. Seul le service de la volonté du Père de vie donne la vie authentique, c’est-à-dire raisonnable.
6. Aussi, pour avoir la vie véritable, point n’est besoin de satisfaire à sa propre volonté.
7. La vie temporelle (charnelle), est la nourriture de la vie véritable, le matériau qui permet la vie raisonnable.
8. Aussi la vie authentique est-elle en dehors du temps, elle (n’) est (que) dans l’authentique réel.
9. Le mensonge de la vie est dans le temps ; la vie passée et a venir cache aux hommes la vie véritable du réel authentique.
10. C’est pourquoi l’homme doit tendre à réduire le mensonge de la vie temporelle du passé et du futur.
11. La vie véritable est la vie de l’authentique réel, commune à tous les hommes et se manifeste par l’Amour.
12. Aussi, celui qui vit par l’amour dans le réel authentique, qui vit de la vie commune à tous les hommes, s’unit-il au Père, principe et fondement de la vie[26].
Étant donné que l’Abrégé est le dénouement de la quête de Tolstoï lui-même pour le sens de la vie et que la réponse à toute question demeure uniquement dans la foi de la leçon du Christ, l’interprétation des Évangiles aboutit ainsi à une sorte de doctrine d’apaisement et de conviction à la fois morale et religieuse selon laquelle la seule vie véritable est la vie qui accomplit la volonté du Dieu Père qui nous a donné le monde et la vie telle qu’elle est ; cet accomplissement se trouve à son tour dans l’esprit de celui qui le partage avec l’esprit de Dieu :
Celui qui fait la volonté du Père, il est toujours content et ne connaît ni faim ni soif. L’accomplissement de la volonté de Dieu satisfait toujours, portant sa récompense en lui-même. On ne peut pas dire : je ferai la volonté du Père plus tard. Tant qu’il y a la vie on peut et l’on doit accomplir la volonté du Père. (…) Ce qui est véritable, c’est que nous ne nous donnons pas la vie à nous-mêmes, mais c’est quelqu’un d’autre qui nous la donne[27].
Et pour que les gens ne croient pas que le royaume des cieux est quelque chose de visible mais pour qu’ils comprennent que le royaume de Dieu consiste dans l’accomplissement de la volonté du Père, et que l’accomplissement de la volonté du Père dépend de l’effort de tout homme; pour que les gens comprennent que la vie ne leur est pas donnée pour accomplir leur volonté propre, mais celle du Père, et que le seul accomplissement de la volonté du Père sauve de la mort et donne la vie (…)[28].
Si le but de l’existence est ainsi l’apaisement de la vie de l’esprit telle que déterminée par la volonté du Père, une « fausse conception de la vie » penche pour ce qui Wittgenstein appelle l’« animalité ». Cette vie animale, dit Wittgenstein, est déraisonnable, et c’est précisément en cela que consiste, encore une fois, « le péché » :
CS 29.7.16 – Hier on nous a tiré dessus. J’étais découragé. J’avais peur de la mort. Maintenant, mon seul souhait est de vivre! Et il est difficile de renoncer à la vie lorsqu’on en a goûté le plaisir. C’est en cela, précisément, que consiste le « péché », la vie déraisonnable, la fausse conception de la vie. De temps en temps, je penche vers l’animalité. Dans ces moments-là, je ne peux penser à rien d’autre qu’à manger, boire, dormir. Horrible! Et alors, je souffre aussi comme une bête, sans la possibilité d’une délivrance intérieure. Je suis à la merci de mes désirs et de mes penchants. Une vraie vie devient alors impensable. [Je souligne].
C’est en effet pour ne pas se perdre dans l’« animalité »  que Wittgenstein prie dans les Carnets secrets. Ici, l’accomplissement de la vraie vie en tant que but propre de l’existence humaine est lié à une sorte de dignité personnelle qui ne se distingue pas d’une obligation morale envers soi-même. Et c’est la raison pour laquelle cette obligation est aussi une obligation morale envers le bonheur : tout péché est avant tout un péché contre soi-même. Dans ce sens, une vie « dépourvue de sens »  n’est pas simplement « désagréable » parce que malheureuse, mais malheureuse aussi parce qu’« indigne » :
CS 8.12.14 – Mais qu’advient-il dans l’hypothèse où l’on refuse ce type de bonheur? Ne vaudrait-il pas mieux périr dans le malheur, en s’opposant désespérément au monde extérieur? Mais une telle vie est dépourvue de sens. Pourquoi, cependant, ne pourrait-on pas vivre une vie dépourvue de sens? Est-ce une chose indigne? Comment cela s’accorde-t-il avec le point de vue rigoureusement solipsiste? Mais que faut-il faire pour que ma vie ne soit pas perdue? Je dois toujours être conscient de l’esprit – en être toujours conscient[29].
Or, le « type de bonheur » souligné ici est justement le bonheur offert par le biais du Christianisme : « Il est clair que le Christianisme est la seule voie certaine vers le bonheur ». C’est la raison pour laquelle la remarque finale de cette citation peut être interprétée depuis un double point de vue : que l’on doive être conscient de l’esprit signifie d’une part que l’on doive « être conscient de son propre esprit », être celui qui s’oppose à la simple « animalité » , c’est-à-dire (en des termes stoïciens) que l’on doive « être conscient » d’être « ni chair ni poils, mais une personne morale »[30] ; cela signifie, d’autre part, qu’on doit « être conscient de l’esprit du Père », dont la volonté est précisément ce qui donne sens et raison à la vie. D’où le fait que les prières de Wittgenstein ne soient pas seulement faites « pour ne pas se perdre », mais aussi pour que la volonté du Père soit faite. C’est donc de l’accord de l’esprit avec l’esprit du Père dont on « doit être conscient » ; et c’est également par là qu’on ne doit pas s’opposer au monde extérieur : ce serait ne pas comprendre qu’il n’y a de liberté que celle donnée par la volonté du Père – ce n’est que Lui qui donne la vie. Voilà pourquoi, selon Wittgenstein, le désaccord avec le monde tel qu’il est « ne rend pas libre » (CS 20.2.15) : puisque la volonté du Père est le principe à partir duquel il y a un monde et il y a la vie, il n’est même pas « nécessaire » à l’être humain d’avoir une volonté propre (conformément au sixième chapitre de l’Abrégé).
C’est donc une chose « indigne » que de vivre une vie dépourvue de sens ou une vie malheureuse. On pourrait ajouter : cela est indigne vis-à-vis de l’existence humaine telle que déterminée par la volonté du Père. Et il est également indigne de se perdre et de ne pas être « conscient de l’esprit ». En refusant ce « type de bonheur » on refuserait cette conscience même, s’égarant par là hors de la sécurité offerte par la volonté du Père, en vivant à la merci du hasard. C’est précisément là la chose indigne : être à la merci du malheur, quand on est libre par la volonté du Père d’être heureux. C’est là aussi où réside la faiblesse et la lâcheté marquées par Wittgenstein : être toujours à la merci de ses désirs et de ses penchants sans possibilité d’autocontrôle. On inverse ainsi la résignation : au lieu de renoncer à toute influence sur les faits du monde (et vice-versa : des faits du monde sur l’âme), on renonce à la paix intérieure en vue d’un accomplissement tout à fait passager et périssable. Et pourtant cela n’est pas effectivement le but de la vie : le but propre à l’homme est de « devenir homme », de « devenir meilleur », de vivre dans la paix intérieure et non dans la simple animalité. Ainsi, dit Wittgenstein encore : « Je ne suis qu’un vers, mais grâce à Dieu, je deviendrai un homme » (CS 4.5.16); « Dieu fasse de moi un homme meilleur »  (CS 21.5.16).
Pour Wittgenstein ce perfectionnement de l’esprit est incontestablement un devoir envers soi-même, et un devoir qui ne prend donc pas une forme simplement abstraite, mais une forme tout à fait personnelle liée à une stricte rectitude morale ; ce n’est pas pour rien qu’on doit devenir « homme », mais parce que c’est un devoir vis-à-vis du but de l’existence humaine, une fonction propre à la vraie vie de l’esprit. Ce perfectionnement moral est somme toute la seule manière de parvenir à la paix intérieure :
CS 7.10.14 – Je ne parviens toujours pas à me convaincre de faire seulement mon devoir parce que c’est mon devoir, tout en préservant toute mon humanité pour la vie de l’esprit. Je peux mourir dans une heure, je peux mourir dans deux heures, je peux mourir dans un mois ou seulement dans deux ans. Cela, je ne peux le savoir et je ne peux rien faire ni pour ni contre : c’est la vie. Comment faut-il donc que je vive pour ne pas lâcher prise en chacun de ces moments? Vivre dans le bien et dans le beau jusqu’à ce que la vie s’arrête d’elle-même.
C’est dans ce sens particulier que Wittgenstein affirme que « seule la mort donne à la vie sa signification » (CS 9.5.16) : mais non pas dans le sens selon lequel la vie n’a de signification qu’« en opposition »  à la mort. La conscience de la mort – plus ou moins imminente – éclaire le fait que la vie est la seule occasion possible vis-à-vis de l’accomplissement de son but[31]. Ainsi, cette remarque des Carnets secrets ne doit pas être prise de manière isolée, mais doit être comprise en accord avec d’autres sur le même sujet :
CS 4.5.16 – Peut-être la proximité de la mort m’apportera-t-elle la lumière de la vie.
CS 13.9.14 – Si mon heure est venue, j’espère que j’aurai une belle mort et que je penserai à moi-même. J’espère ne jamais me perdre.
CS 15.9.14 – Maintenant, la possibilité me serait donnée d’être un homme décent, car je suis face à face avec la mort. Puisse l’esprit m’illuminer.
CS 28.5.16 – Je pense au but de la vie. C’est encore ce que tu peux faire de mieux. Je devrais être plus heureux. Ah, si mon esprit était plus fort!!!
CS 20.4.16 – Dieu, fais-moi meilleur. Ainsi je serai aussi plus gai.
La manière dont la mort rend signification à la vie se fait donc par rapport à la vie elle-même, lorsque celle-là montre que l’accomplissement de la vie véritable doit se faire dans la vie vécue dans le temps présent ou bien dans l’instant même qui nous est accordé par Dieu. Et parce qu’on est d’une certaine manière toujours « face à face avec la mort »  et qu’on ne sait pas combien de temps il nous reste, « devenir homme »  ou « devenir meilleur »  (et par là devenir heureux) doit être une tâche déjà accomplie en chacun des moments de la vie à travers la manière correcte de vivre. D’où l’importance de la question de Wittgenstein : « Comment faut-il donc que je vive pour ne pas lâcher prise en chacun de ces moments? » (CS 7.10.14).





[1] Entrée du 2.9.14 des Carnets secrets. Les références à l’œuvre de Wittgenstein seront signalées par le numéro du paragraphe lorsqu’il s’agit du Tractatus, et par la date d’entrée pour ce qui est des Carnets 1914-1916. Dans le cas des Carnets secrets, la date sera précédée des initiales ‘CS’. Pour toute autre citation de Wittgenstein ou d’autres auteurs, les références seront données en notes de bas de page.
[2] Selon le récit de Russell dans une lettre envoyée à Lady Ottoline, Wittgenstein aurait acheté l’œuvre de Tolstoï dans une librairie de Tarnov, tout simplement parce que c’était le seul livre disponible à la vente : « Then during the war a curious thing happened. He went on duty to the town of Tarnov in Galicia, and happened to come upon a bookshop which however seemed to contain nothing but picture postcards. However, he went inside and found that it contained just one book: Tolstoy on The Gospels. He bought it merely because there was no other. He read it and re-read it, and thenceforth had it always with him, under fire and at all times ». (McGuinness, B. (ed.) Wittgenstein in Cambridge, Letters and Documents 1911-1951, Blackwell Publishing, 2008, p.112).
[3] Cf. Monk, R. Ludwig Wittgenstein: The Duty of Genius. New York: Free Press, 1990, p.116.
[4] Cf. Philip Shields pour qui l’« influence » non seulement de Tolstoï, mais aussi d’autres auteurs plus ou moins proches de la philosophie, n’est pas directe, mais d’« esprit »: « While the majority, like St. Augustine, Kierkegaard, Tolstoy and William James, were clearly read by Wittgenstein and in some sense deeply admired by him, there generally appears to be little direct influence. It is usually more the case that Wittgenstein admired these writers because he recognized them as kindred spirits; they each expressed something Wittgenstein had independently come to feel was important. No doubt there are some strands of influence in places, but, with the possible exception of Schopenhauer, Wittgenstein’s view of religious matters seem to be fairly well developed long before we have clear evidence of his having read particular writers. » (Shields, P. R. Logic and Sin in the Writings of Ludwig Wittgenstein. Chicago: University of Chicago Press, 1993, p.07). Une autre affirmation d’influence « périphérique » provident de Walter Kaufman: « Among philosophers, Ludwig Wittgenstein, whose influence on British and American philosophy after World War II far exceeded that of any other thinker, had the profoundest admiration for Tolstoy; and when he inherited his father’s fortune, he gave it away to live simply and austerely. But his philosophy and his academic influence do not reflect Tolstoy’s impact. » (Kaufman. W. Religion from Tolstoy to Camus. New York & Evanston: Harper & Row, 1961, p.07). Selon l’hypothèse de Caleb Thompson ce genre de conclusion de la part des commentateurs pourrait être dû, entre autres choses, au fait que Tolstoï n’est pas un « penseur » ou un philosophe – d’où, par exemple: « Commentators have hesitated, however, to extend Tolstoy’s influence to Wittgenstein’s philosophy. The view may arise out of a sense that Tolstoy is unworthy as a thinker to be an influence on a philosopher so original as Wittgenstein. » (Thompson, C. « Wittgenstein, Tolstoy and the Meaning of Life. » Philosophical Investigations 20:2 April 1997, p.98). Thompson lui-même n’est pas favorable à une telle affirmation. Il établit dans son texte une comparaison (structurelle) très intéressante entre le Tractatus et Ma Confession. – Même l’analyse attentive de Cometti ne semble attribuer une teneur personnelle et « spirituelle » à l’influence de l’Abrégé sur Wittgenstein: Cometti, J.-P. La maison de Wittgenstein. Paris: Presses Universitaires de France, 1998. – L’exception parmi les commentateurs est J. D. Woodruff qui établit dans son œuvre une analogie entre ce qu’est la vie hors du temps et ce qu’est la vie de connaissance chez Tolstoï et chez Wittgenstein : Woodruff, J.D. « Tolstoy and Wittgenstein: The Life Outside of Time ». The Southern Journal of Philosophy, 2002, vol. 40, No. 3, p.421-435.
[5] Évidement, il n’est pas unanime que le Tractatus ait un « contenu », et c’est la raison pour laquelle je mets le terme entre guillemets. D’après les critères de l’œuvre, il est manifeste que ce contenu ne peut pas être descriptif, mais qu’il peut certainement être montré.
[6] Dans le cas du Tractatus cela expliquerait le statut même de l’œuvre par rapport à la métaphore de l’échelle (6.54): le livre ne serait nécessaire que pour l’établissement de la manière (logiquement et moralement) correcte de voir de monde, après quoi il devrait être écarté comme n’importe qu’elle œuvre de la philosophie-métaphysique.
[7] C’est la raison pour laquelle, dit Wittgenstein, on se tourne plutôt vers le mystique: 25.5.15 – « La tendance vers le mystique vient de ce que la science laisse nos désirs insatisfaits. Nous sentons que, lors même que toutes les questions scientifiques possibles sont résolues, notre problème n’est pas encore abordé. »
[8] Et pour l’affirmation contraire: 6.44 – « Ce n’est pas comment est le monde qui est le mystique, mais qu’il soit. »
[9] Voir ci-dessus la version des Carnets 1914-1916 pour cet extrait à l’entrée du 25.5.15.
[10] 4.111 – « La philosophie n’est pas une science de la nature. (Le mot « philosophie » doit signifier quelque chose qui est au-dessus ou au-dessous de sciences de la nature, mais pas à leur côté.) »
[11] Cf. le paragraphe du Tractatus qui « définit » la tâche de la philosophie: 4.112 – « Le but de la philosophie est la clarification logique des pensées. La philosophie n’est pas une théorie mais une activité. Une œuvre philosophique se compose essentiellement d’éclaircissements. Le résultat de la philosophie n’est pas de produire des « propositions philosophiques », mais de rendre claires les propositions. La philosophie doit rendre claires, et nettement délimitées, les propositions qui autrement sont, pour ainsi dire, troubles et confuses. »
[12] On trouve de nouveau les mêmes raisons dans la Conférence sur l’éthique, également datée d’une dizaine d’années plus tard. Les deux métaphores suivantes montrent bien l’incapacité du langage à contenir une valeur absolue ou bien ce qui est « le plus haut » (6.432): « Il me semble évident que rien de ce que nous pourrions jamais penser ou dire ne pourrait être cette chose, l’éthique; que nous ne pouvons pas écrire un livre scientifique qui traiterait d’un sujet intrinsèquement sublime et d’un niveau supérieur à tous autres sujets. Je ne puis décrire mon sentiment à ce propos que par cette métaphore: si un homme pouvait écrire un livre sur l’éthique qui fût réellement un livre sur l’éthique, ce livre, comme une explosion, anéantirait tous les autres livres de ce monde. » (Wittgenstein, L. « Conférence sur l’éthique ». In Leçons et conversations sur l’esthétique, la psychologie et la croyance religieuse, Éditions Gallimard, 2000. p.147); « Nos mots, tels que nous les employons en science, sont des vaisseaux qui ne sont capables que de contenir et de transmettre signification et sens – signification et sens naturels. L’éthique, si elle existe, est surnaturelle, alors que nos mots ne veulent exprimer que des faits; comme une tasse à thé qui ne contiendra jamais d’eau que la valeur d’une tasse, quand bien même j’y verserais un litre d’eau. » (Ibid.) – Et on trouve la même teneur critique chez Tolstoï : « Et je compris que ces sciences étaient très intéressantes, très attirantes, mais que leur précision et leur clarté étaient inversement proportionnelles a leur possibilité de s’appliquer aux questions de la vie : moins elles étaient applicables aux questions de la vie, et plus elles étaient précises et claires, plus elles essayaient d’y répondre, et plus elles devenaient floues et dépourvues d’attrait. S’adressait-on aux disciplines qui tentaient de donner des réponses aux questions de la vie : physiologie, psychologie, biologie, sociologie – on y trouvait une indigence de pensée consternante, un total manque de clarté, des prétentions absolument injustifiées a résoudre des questions qui se trouvent hors de leur champ et des contradictions incessantes entre penseurs et dans les propos de chaque penseur ». (Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section V).
[13] Wittgenstein, L. Wittgenstein et le Cercle de Vienne. Mauvezin: Trans-Europ-Repress, 1991 p.90-91.
[14] Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section III.
[15] Idem, section V.
[16] Je n’ai pas ici la prétention de répondre à chacune de ces questions en détails (ce qui a été fait ailleurs: Sattler, J. Non-sens et stoïcisme dans le Tractatus Logico-Philosophicus, thèse de Doctorat, Université du Québec à Montréal, 2011), mais de ne donner qu’une réponse générale, et donc, brève, à l’ensemble de la discussion.
[17] Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section V.
[18] Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section V.
[19] Beaucoup plus que les « thèses positives » à l’égard de l’éthique et de la religion, c’est en effet là le point de contact souligné par certains commentateurs entre Wittgenstein et Tolstoï. Ainsi, pour Jeff Love, Tolstoï aurait inspiré chez Wittgenstein la même méfiance qu’envers la philosophie et le langage: « Tolstoy’s influence on Wittgenstein seems to have been pervasive. Wittgenstein carried Tolstoy’s Gospel in Brief with him everywhere during the First World War and credited it with “saving him.” But the exact contours of that influence are hard to define. Tolstoy’s ethical concerns and praise of simplicity seem to have made a deep impression on the young Wittgenstein, who belonged to a very wealthy Viennese family. Yet it is Tolstoy’s concern with the limits of language, with the possibility of achieving knowledge of the most important things through language, that seems to have had a more durable impact. Indeed, as I noted, Wittgenstein’s formidable mistrust of philosophy as a way of coming to terms with the world has much in common with Tolstoy: both Tolstoy and Wittgenstein cast doubt on the efficacy of philosophy, on the resources available to the latter to effect change, to address questions that may bring about a new orientation to the world. » (Love, J. A Guide for the Perplexed. London, New York: Continuum Publishing, 2008, p.151). – Thompson, pour sa part, met le Tractatus et Ma Confession en correspondence selon les traits communs suivants: « What we see then if we place the Tractatus and A Confession alongside of one another is a cluster of shared ideas. (1) Philosophy is not science. (2) Philosophy is an activity of clarification. (3) That clarification allows us to see what sentences have meaning, what sentences are coherent but contentless uses of symbolism (tautology) and what senses are constructions to which no clear meaning has been given (nonsense). And (4) this clarification does not depend upon any special technical knowledge; it simply engages our native abilities. » (Thompson, C. « Wittgenstein, Tolstoy and the Meaning of Life. » Philosophical Investigations 20:2 April 1997, p.98).
[20] Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section IX – Cf. dans ce sens le paragraphe 6.4312 du Tractatus: « La solution de l’énigme de la vie dans le temps et dans l’espace se trouve en dehors de l’espace et du temps. »
[21] Tolstoï, L. Abrégé de l’Évangile. Paris: Éditions Klincksieck, 1969, p.16.
[22] Idem, p.30.
[23] Sans pouvoir ici m’attarder à une approche détaillée de ce qu’est le « stoïcisme », je voudrais seulement souligner que le Christianisme de Tolstoï semble porter aussi une teneur stoïcienne dans sa quête de l’apaisement de l’âme. Cet aspect de la tranquillité de l’âme est ce qui le caractérise essentiellement à travers l’accomplissement d’une vie pleinement vertueuse. Dans ce qui suit une telle approche ne sera pourtant qu’implicite.
[24] Cf. aussi 8.7.16 – « La crainte de la mort est le meilleur signe d’une vie fausse, c’est-à-dire mauvaise. »
[25] Bonheur et malheur ne se rapportent alors au bien et au mal qu’en relation à la bonne ou à la mauvaise volonté, et c’est pour cette raison que Wittgenstein ajoute à « je suis heureux ou malheureux, c’est tout » la phrase: « il n’y a ni bien ni mal » (8.7.16). Certes, il n’y a ni bien ni mal « en soi » ou dans le monde. – Je ne peux pas ici trop m’attarder au concept (sans doute très important) de sujet du vouloir, mais on doit certainement le comprendre sous une influence schopenhauerienne: le sujet ne se trouve pas dans le monde, mais est limite du monde et en tant que tel tout ce qui peut vraiment être changé par l’attitude morale correcte vis-à-vis du monde (contingent) des faits.
[26] Tolstoï, L. Abrégé de l’Évangile. Paris: Éditions Klincksieck, 1969.
[27] Idem, p.124.
[28] Idem, p.132.
[29] C’est parce que Wittgenstein a une conception très particulière de Dieu et du « Christianisme », par le biais justement de Tolstoï, que le « Dieu Père » n’est pas moins identifié au « Destin » et au « monde en sa totalité ». Il ne s’agit donc pas d’une conception typique et traditionnelle – en conformité avec « les savants de l’Église » – de Dieu. C’est en effet par là que ce « type de bonheur » s’accorde finalement avec le point de vue solipsiste du Tractatus, vu que le sujet est ce point sans extension auquel s’accorde toute la réalité (5.64).
[30] Épictète, 2004, III, 1, 40. – Cela n’est pas sans rappeler la distinction faite par Wittgenstein entre la vie de l’esprit et la vie « physique ou psychologique »: « Le monde et la vie ne font qu’un. La vie physiologique n’est naturellement pas « la vie ». Pas plus que la vie psychologique. La vie est le monde. » (24.7.16). Ici, la « vie » qui s’identifie au monde est assurément la vie du sujet du vouloir en tant que limite; et « monde » ne signifie clairement pas le « monde des faits », mais précisément la « totalité du monde » (6.45).
[31] Une compréhension qui dépasse ainsi la mise en question de sa propre existence: il ne s’agit pas de tout considérer sous la menace de la mort. On dépasse donc la question même pour le sens de la vie telle que posée par Tolstoï: «  Est-il dans ma vie un sens qui ne soit détruit par l’inévitable mort qui m’attend ?  » (Tolstoï, L. Confession. Paris: Pygmalion, 1998, section V).

  
Janyne Sattler,(Post-doctorante, Université Fédérale de Santa Catarina, Brésil)

Janyne Sattler est D. Phil. en Philosophie (Université du Québec à Montréal) sous la direction du professeur Mathieu Marion. (Titre de la thèse: Non-sens et stoïcisme dans le Tractatus Logico-Philosophicus.) Elle s’intéresse plus particulièrement au «premier» Wittgenstein, à la littérature, l’éthique, le stoïcisme et le cosmopolitisme. Sa recherche porte actuellement sur les possibilités pédagogiques chez Wittgenstein, liées au cosmopolitisme et à la responsabilité morale. Elle a entres autres publié :
“Atividade pedagógica e o Tractatus : Estoicismo, Literatura e Responsabilidade Moral.” Ethic@ (UFSC), vol. 9, n. 3, 2010, p.93-118; http://www.cfh.ufsc.br/ethic@/etesp.art%207%20Janyne.pdf.
“Moral judgments as part of what ethics must show.” Image and Imaging in Philosophy, Science, and the Arts. Papers of the 33rd International Wittgenstein Symposium, vol. xviii, Kirchberg am Wechsel, 2010, p.288-289.
“Kantian Anthropology and the Feminine Task of Morality”. Ethic@ (UFSC), vol.6, 2007, p.189-203; http://www.cfh.ufsc.br/ethic@/et62art3.pdf.
“A tarefa positiva da ética tractariana.” Dissertatio [23] (UFPel), inverno 2006, p.115-135.


Dec 14, 2014


[about zero-method]

-------------about abstract accident accidental action activity addition adjective adjectival advance in advance aesthetics affirmation affix agreement analysis analytic anatomize apparent application a priori arbitrary argument argument-place arithmetic arrow articulate articulated ascribe assert asymmetry axiom axiom of infinity axiom of reductibility bad basis beautiful belief bound boundary brackets build calculation cardinal (number) case be the case causality certainty certainty chain clarification class clear make clear colour colour-space combination common comparison complete analyse completely describe completely complex composite compulsion concatenation concept conceptual notation concept-word concerned with concrete condition configuration connexion consequences conservation constant constituent construct construction contain content continuity contradiction convention co-ordinate copula correct correlate correspond creation critique of language cube deal with death deduce definition delimit depiction derive description description of the world designate determinate determine difference display dissect doctrine doubt dualism duration dynamical model effort least (law) element elementary proposition elucidation empirical employment enumeration equal value of equal value equality numerical sign of equality equation equivalent essence eternity ethics everyday language existence experience explanation exponent expression mode of expression external fact fairy tale false fate feature feeling finite follow foresee form logical form logico-pictorial form pictorial form representational form formal formal concept formal property formal relation formulate free will fully generalized function future general general form generality-sign notation for generality general validity generalization geometry give given God good grammar happy hierarchy hieroglyphic script higher hold how how what hypothesis idea musical idea idealist identical identity sign for identity illogical imagine immortality impossibility incorrect independent indeterminateness indicate individuals induction infer infinite infinity (axiom) inner internal intuition intuitive judgement judgement-stroke know language law law of causality law of conservation law of contradiction law of least action law of nature law of continuity law of least effort life limit logic logical logical addition logical constant logical grammar logical multiplication logical object logical picture logical place logical product logical space logical sum logical syntax logico-pictorial logico-syntactical manifest material mathematics mean meaning equivalent in meaning meaningful meaningless mechanics mention metaphysical method microcosm minimum-principle mirror mirror-image misunderstanding mode model modus ponens monism multiplicity music mystical name general name proper name of a person nature natural phenomena natural science necessary negation negative negative fact network nexus non-proposition nonsense notation number cardinal number number-system object obtain obvious occur opposed opposite order paradox particle perceive phenomenon philosophy physics pictorial picture place point-mass positive postulate predicate pre-eminent pre-eminent numbers present presuppose primitive idea primitive proposition primitive sign principle of sufficient reason probability problem product projection projective method of projection proof proper property proposition propositional form propositional sign prototype pseudo-concept pseudo-proposition pseudo-relation psychology punishement question range real realism reality reducibility relation stand in a relation to one another are related represent representative be the representative of requirement resolve reward riddle right rule combinatory rule rule dealing with signs say say clearly said say nothing saying go without saying scaffolding scepticism schema science scope the self self-evidence sense have the same sense have no sense lack sense without sense sense of touch series series of forms series of numbers set show sign be a sign for combination of signs sign for a logical operation sign-language signify mode of signification similarity simple simple sign simplex sigillum veri situation solipsism solution soul space speak about speak for itself how things stand stand for state statement make a statement state of affairs state of things stipulate structure subject subject-predicate propositions subject-matter subsistent sub specie aeterni substance substitute method of substitution successor sum sum-total superstition supposition survival symbol symbolism system tableau vivant talk about tautology tell term theory theory of probability theory of classes theory of knowledge theory of types thing think thinkable thought thought-process time totality transcendental translation true come true truth-argument truth-combination truth-condition truth-function truth-ground truth-operation truth-possibility truth-value type unalterable understand make oneself understood undetermined unit unnecessary unthinkable use useless validity value value of a variable variable propositional variable variable-name variable-number variable-proposition visual field whole will wish word put into words    world    wrong    zero-method

May 26, 2014

1 Le monde est tout ce qui est le cas .
1.1 Le monde est la totalité des faits , et non pas de choses .
01:11 Le monde est déterminé par les faits , et par qui
il ya l l e faits .
1.12 Pour la totalité des faits détermine ce qui est le cas
et , qui n'est pas le cas .

1.13 Les faits dans l'espace logique sont le monde .
1.2 Le monde se divise en faits .
01:21 On peut être le cas ou pas le cas et tout le reste
rester le même .
2 Qu'est-ce que c'est le cas , le fait est l'existence de faits atomiques .
2.01 Un fait atomique est une combinaison d' objets . ( Activités ,
Les choses . )
2.011 Il est essentiel pour une chose , qui est partie d'une émission
Vous pouvez télécharger le .
2.012 Dans la logique rien n'est accidentel : si la chose dans les faits
se ka nn , il doit en être la possibilité des faits
dans la chose déjà préjuger .
2,0121 , il semble comme un accident si la seule chose pour
pourrait exister , plus tard s'adapter à une situation.
Si les choses peuvent se produire dans les faits atomiques ,
ce doit déjà être en eux .
( Une entité logique peut être non seulement possible . Traite logiques
de toute possibilité et toutes les possibilités sont ses faits . )
Comment avons-nous du tout en dehors de nous des objets spatiaux
de l'espace , le temps ne pas penser en dehors du temps
pouvons , afin que nous puissions ke objet inen en dehors de la
Possibilité de sa connexion avec d'autres pensée .
Quand je regarde l'objet dans le contexte des faits
peut se souvenir , si je ne peux pas lui en dehors du mobilier gli ch -
ke i t pense que cette association .
2,0122 La chose est un travailleur indépendant , pour autant que dans tous gli ch ch fr situations
peut se produire , mais cette forme d'indépendance
une forme de rapport avec les faits , une forme
de la dépendance . (Il est impossible que les mots en deux
différentes façons se produisent seuls et dans la phrase . )
2,0123 Si je connais un objet que je sais aussi tous les
Possibilités de son apparition dans les faits atomiques .
( Chaque telle option doit être dans la nature de l'objet
. mensonge )
Ne peut par la suite trouvé une nouvelle façon
être .
2,01231 Pour connaître un objet , même si je n'ai pas son
externe , mais je dois connaître toutes ses propriétés internes .
2,0124 Si tous les objets sont donnés , ce qui inclut également tous Ch g -
ch e l i n donné faits .
2.013 Chaque chose est , que , dans un espace d'états possibles des affaires .
Cet espace j'imagine vide , mais pas la
Chose sans l'espace .
2,0131 L'objet spatial doit être dans l'espace infini .
( Un point dans l'espace est un lieu d'argument . )
Bien que l'endroit dans le champ visuel n'a pas besoin d' être rouge , mais un
Couleur , il doit avoir: il a en quelque sorte l'espace de couleur autour d'elle .
Le son doit avoir une hauteur qui fait l'objet de contact
e i n e dureté , etc
Les éléments inclus 2014 la possibilité de toutes les situations .
2,0141 La possibilité de son apparition dans les faits atomiques est que
Forme de l'article .
02h02 L'objet est simple .
2.0201 Chaque déclaration sur les complexes peuvent être plus dans une déclaration
dont les composantes et démonter dans les propositions qui l'
Décrire complètement complexes .
Formulaire de 2.021 objets de la substance du monde . Pourquoi ne
ils ne sont pas assemblés .
2,0211 Si le monde n'a pas d'importance , il serait , si une phrase a un sens,
dépendra de savoir si une autre proposition était vraie.
2,0212 Il serait alors impossible d'obtenir une image du monde ( vrai ou faux )
à concevoir .
2.022 Il est clair que même un du réel et pourtant si différente
monde imaginaire quelque chose, une forme - avec le réel
doivent avoir en commun .
2.023 Cette forme fixe est constituée des objets .
2,0231 La substance du ka du monde nn seul formulaire et pas de matériel
Propriétés déterminent . Pour ceux-ci sont d'abord à travers la
Tarifs affichés uniquement par la configuration des objets
formée .
Parlée 2,0232 Nonchalamment : Les objets sont incolores .
2,0233 deux objets de même forme logique sont - part
à partir de leurs propriétés externes les uns des autres uniquement par
distinction qu'ils sont différents .
2,02331 Soit une chose a des propriétés qu'aucun autre n'a , alors
il peut être facilement préparé par une description de l' autre
sortir et de s'y référer ; ou , il est
plusieurs choses en commun toutes leurs propriétés
ont , il est tout à fait impossible pour l'un d'eux
à montrer .
Parce que, la chose ne se distingue pas par quoi que ce soit , donc je ne peux
pas distinguer , parce que sinon il serait mis en évidence.
2,024 Substance est celle qui est indépendant de ce que le boîtier ,
il .
2.025 Il est forme et le contenu .
2,0251 espace, le temps et la couleur ( colouredness ) sont des formes d'objets .
2026 Seulement si il ya des objets peut-il être une forme solide dans le monde
donner .
2.027 Le fixe , l'existant et l'objet ne font qu'un.
2,0271 L'objet est fixé , l'existant ; la configuration est
le changement et impermanent .
2,0272 La configuration des objets formant les faits .
02:03 Dans les objets d'information atomiques accrocher un dans l'autre , comme les liens
une chaîne .
2031 En fait , les objets se comportent d'une particulière
Chemin à l'autre .
2032 La façon dont les objets dans les faits liés ,
est la structure des faits.
Le moule 2033 est la capacité de la structure.
2034 La structure est constituée du fait de la structure des données .
2.04 L'ensemble des circonstances actuelles , c'est le monde .
2.05 La totalité des faits atomiques existantes détermine également
quelles sont les questions n'existent pas.
02:06 L'existence et non - existence d' états de choses est la réalité.
( L'existence de faits que nous appelons également positif ,
la non- existence d' un effet négatif . )
2,061 Les faits sont indépendants les uns des autres .
2062 peut de l'existence ou non - existence d'un fait
pas conclure à l'existence ou la non-existence d'un autre
être .
2063 La réalité totale est le monde .
2.1 Nous faisons à nous-mêmes des photos de faits .
02:11 L'image représente les faits dans l'espace logique , l'existence
et la non-existence de faits atomiques avant .
02:12 L'image est un modèle de la réalité .
02:13 Les objets correspondent à des éléments d'image de l'image.
2131 Les éléments de l'image représentent les objets dans l'image .
02:14 L'image est celle de ses éléments dans certains
Façon liés les uns aux autres .
2141 L'image est un fait .
02:15 , les éléments de l'image qui en quelque sorte
liés les uns aux autres introduit pour que les choses sont si
comporter un à l'autre .
Cette relation entre les éléments de l'image de sa chaude
Structure et leur possibilité de sa forme la figure.
2151 La forme de la figure est la possibilité que les choses
comporter un à l'autre comme des éléments de l'image.
2.1511 L'image est liée à la réalité ; il suffit d'
elle.
2,1512 Il est appliqué à la réalité comme une mesure .
2,15121 Seuls les points extrêmes des lignes via le câble ci-dessus pour
objet mesuré .
2,1513 Selon ce point de vue appartient donc à l'image de la même
représentant relation qui permet à l'image.
2,1514 La relation représentant comprend les mappages des éléments
l'image et les choses .
2,1515 Ces missions sont comme les antennes d'éléments d'image ,
avec laquelle l'image touche la réalité.
2.16 Le fait doit être l'image , quelque chose avec le représenté
ont en commun .
2161 Dans l'image photo et doit être quelque chose d'identique afin que
on peut être une photo de l'autre à tous.
02:17 Que doit avoir en commun avec l'image de la réalité afin
sur son chemin - bon ou mauvais - de reproduire ,
est sa forme d'illustration .
2171 L'image peut représenter toute réalité dont la forme dont il dispose.
L'image spatiale , tout l'espace , le tout de couleur , coloré,
etc
2172 Sa forme de l'image , mais l'image ne ​​peut pas représenter ;
il montre.
2173 La photo représente son objet de l'extérieur est ( sa position
est la forme de la représentation ) , donc l'image représente son objet
droite ou dénaturer
Mais 2174 L'image ne ​​peut pas appartenir à sa forme de présentation
fournir .
02:18 Qu'est-ce que chaque image , de n'importe quelle forme , en commun avec la réalité
doit avoir afin de représenter faussement jamais droit ou
peut , la forme logique qui est la forme de la
Réalité.
2181 est la forme de la figure montre la forme logique , puis la photo est appelé
image logique .
2.182 Chaque image est un ch u une logique . ( Par exemple , le contraste n'est pas toute
Une image spatiale . )
2.19 image logique peut représenter le monde .
2.2 L'image a avec la personne représentée la forme logique de la représentation
commune .
2201 Le tableau dépeint la réalité par là un moyen
l'existence et de la non - existence de faits montrant .
2202 L'image représente une situation possible dans l'espace logique
2203 Le tableau contient la possibilité de la situation qu'il représente.
02:21 L'image est d'accord avec la réalité ou non ; c'est
bon ou mauvais, vrai ou faux .
02:22 La photo représente ce qu'il représente , indépendamment de son
Vérité ou mensonge , par la forme de la représentation .
2221 Qu'est-ce que représente l'image est son sens .
En 2222 l'accord ou le désaccord de son sens
avec la réalité , est sa vérité ou de la fausseté .
2.223 Afin de détecter si l'image est vraie ou fausse , nous devons
comparer avec la réalité .
2224 à partir de l'image seule n'est pas de savoir si c'est vrai ou faux
est .
2225 qui est a priori vraie image n'existe pas .
3 L'image logique des faits est la pensée .
3001 " Un état ​​de choses est pensable » signifie: nous pouvons obtenir une image
faire.
3.01 L'ensemble des véritables pensées est une image du monde .
03:02 La pensée contient la possibilité des faits qu'il croit .
Qu'est-ce qui est pensable est également possible .
03:03 Nous ne pouvons pas penser à quelque chose illogique , parce que sinon nous illogique
pourrait penser .
3031 On a dit que Dieu pouvait créer tout simplement rien
ce que les lois logiques contraire wäre. - Nous pourrions en fait
pas dire d'un monde «illogique» comme il ressemblerait .
3032 Something " la logique du contradictoire» dans la langue représentent
vous pouvez tout aussi peu que la géométrie d'une des lois
la salle chiffre contradictoire par leurs coordonnées
représenter ; ou spécifier les coordonnées d'un point , qui
n'existe pas.
3,0321 Eh bien, nous pouvons présenter un dossier dans l'espace , qui
les lois de la physique , mais pas une des lois
Géométrie contraire .
03:04 Un a priori vraie pensée serait celui dont la capacité
sa condition de vérité.
03:05 C'est la seule façon que nous pourrions savoir a priori qu'une pensée est vrai ,
si de la pensée elle-même ( sans un objet de comparaison ) son
Vérité serait vu .
3.1 Dans la phrase exprime la pensée perceptible .
03h11 Nous utilisons le signe perceptible (son ou
Caractères , etc ) de l' ensemble comme une projection de la possible
Situation.
La méthode de projection est la pensée de la signification de l'énoncé .
03:12 Le signe par lequel nous exprimons l'idée de l'appeler ,
Je ponctuation . Et la phrase est le signe de ponctuation dans son
relation projective au monde .
03:13 Pour définir comprend tout ce qui appartient à la projection ; mais pas l'
Projetée.
Donc, la possibilité de ce qui est prévu , mais pas cette même
Dans la phrase que son sens n'est pas répertorié, mais plutôt
la possibilité pour l'exprimer.
( " Le contenu de la phrase" signifie que le contenu de la proposition significative . )
Dans la phrase sous la forme de son sens est inclus , mais pas son
Contenu .
03:14 La ponctuation est que ses éléments
Mots , en lui une certaine façon liés les uns aux autres .
Le signe propositionnel est un fait .
3141 La phrase n'est pas un mélange dictionnaire - . ( Comme le thème musical
pas un mélange de tons . )
La proposition est articulée.
Seuls 3.142 faits peuvent exprimer un sentiment , une classe de
Nom ne peut pas.
3.143 Le fait que la ponctuation est un fait , est l'ordinaire
Forme expressive de écrite ou imprimée voilée .
Dans le dossier imprimé , par exemple , ne voit pas le signe de ponctuation
essentiellement différent du mot .
( Il était donc possible que le Frege mis un composite
Noms appelé . )
3,1431 très clair, c'est l'essence même du jeu de caractère , si nous nous place
de caractères des objets spatiaux ( tels que des tables ,
Chaises , livres) pensent composé .
La position spatiale mutuelle de ces choses appuie ensuite
le sens de la phrase .
3,1432 Non : " Le signe complexe , aRb ' dit que un est en relation
R à b est », mais : Depuis ss " a " dans une certaine relation
s'élève à "b" , dit d une s s aRb .
3144 situations peuvent être décrits , ne pas appeler n
( Noms mêmes points , phrases flèches , ils ont un sens . )
3.2 Dans la proposition de la réflexion peut être exprimé de telle sorte que les objets
correspondent aux éléments idée du signe propositionnel .
3.201 Ces éléments j'appelle « cible facile » et l'expression «complètement
analysé " .
3.202 Les signes simples employés dans des propositions nom chaud .
3203 Le nom signifie l'article. Le sujet , son
Importance . ( "A" est le même que le caractère "A". )
03:21 correspond à la configuration de signes simples dans le signe propositionnel
la configuration des objets de la situation.
03:22 Le nom représente l'objet dans la phrase .
3.221 Les objets que je ne peut appeler nième caractère qui les représente.
Je ne peux parler o f eux, sieausspre ch s peuvent
Je ne sais pas . Une peine ne peut dire wi e est une chose , pas wa s
il est .
3.23 L'exigence de la possibilité de signes simples est le postulat
la détermination de la signification .
03:24 La phrase , qui est séparé du complexe se trouve dans un rapport interne
à la vitesse , qui est d'environ une partie intégrante de celui-ci .
Le complexe peut être donnée que par la description
soit , et ce n'est bon ou mauvais. La phrase en
qui est un complexe du discours , quand ce
n'existe pas , ne soyez pas stupide , mais tout simplement faux .
Le fait qu'un élément propositionnelle désigne un complexe , on peut
voir à partir d'une incertitude dans les phrases dans lesquelles il se produit .
Nous tha t , par ce kit n'est pas tout
déterminé . ( La généralité e nt h LT oui un prototype . )
Le résumé du symbole d'un complexe dans un
simple symbole peut être exprimée par la définition .
3.25 Il est une et une seule analyse complète de la phrase .
3251 La phrase exprime un nombre limité de moyens clairement définissables de ce
il le dit : La proposition est articulée.
03:26 Le nom ne peut pas être analysé par une définition plus loin: il est
un signe primitif .
3.261 Chaque chiffre défini ci-dessus au sujet de ces caractères , par
laquelle elle est définie ; et les définitions montrent la voie .
Deux personnages , un des signes primitifs , et par des signes primitifs définis ,
ne peut pas être décrit de la même manière .
Nom ka nn pas mis dehors par les définitions .
( Pas de signe , qui est le seul sens indépendant . )
3262 Ce qui n'est pas reflété dans les caractères qui montre leur
Application. Que avaler le caractère qui parle leur
Application.
3.263 La signification des signes primitifs peuvent Explications
être expliqué . Explications sont des propositions qui les signes primitifs
inclus . Vous pouvez donc être compris si les significations
ce caractère sont déjà connus.
3.3 Seules les propositions ont sens ; a que dans le cadre de la phrase
un nom de sens.
03:31 Chaque partie de la phrase qui caractérise son sens que j'appelle
une expression ( un symbole ) .
( La phrase elle-même est une expression. )
Les expressions sont tout l'essentiel pour le sens de la phrase , qui
Peut avoir des dossiers en commun .
Le terme désigne une forme et un contenu .
3.311 Une expression suppose les formes de toutes les phrases dans lesquelles
cela peut arriver. Il est la caractéristique commune
Caractéristique d'une classe de phrases.
3312 Il est donc représentée par la forme générale des ensembles ,
le caractérise .
À savoir , dans cette forme d'expression ko NSTA NT et
être quelque chose d'autre va r i a b l e .
3.313 Le terme est donc représenté par une variable dont la
Les valeurs sont les phrases qui contiennent l'expression .
( Dans le cas limite de la variable constante , l' expression est
à l'ensemble . )
J'appelle une telle variable "set variable" .
3314 Le terme n'a de sens que dans la phrase . Chaque variable peut
être conçu comme une variable de consigne.
( En outre, le nom de la variable . )
3315 si nous changeons une partie d'une phrase dans une variable ,
si il existe une classe d'ensembles dont toutes les valeurs de l'
entraînant ainsi un ensemble de variables sont . Cette classe dépend
général, ni sur ce que nous , par convention arbitraire
dire par des parties de cette proposition . Mais si nous changeons
tous ces personnages dont l'importance a été déterminé arbitrairement ,
dans la variable , donc il ya maintenant encore une telle classe . ce
mais il est maintenant dépendant d'aucun accord , mais seulement
ni de la nature de la peine . Elle correspond à une logique
Former un prototype logique .
3.316 Quelles valeurs doit accepter la variable propositionnelle est réglé .
La détermination des valeurs i s t est la variable .
3317 est le réglage des valeurs de variables définies à la tâche
tribunaux S de A, dont le point commun est la variable .
Le cadre est une description de ces ensembles .
Le cadre est donc uniquement avec des symboles , et non sur leur
Sens de la Loi .
Et nu r ce qui est essentiel à la détermination , thatthey nu r
un s ch o f S ymb friction olenistundni cht s
ü b e r d un s i z e Soyez ch n e t e s s u un t a g .
Comme la description des ensembles se fait n'est pas déterminant.
3318 La phrase I-like portée Frege et Russell en fonction de dans
elle contenait des expressions .
03:32 Le signe est le symbole perceptible par les sens .
3321 Deux symboles différents peuvent donc les caractères (personnages
ou signes phonétiques , etc ) ont en commun - ils
puis désigner de différentes manières.
3.322 Il ne peut jamais être une caractéristique commune des deux objets indiquer
que nous avec les mêmes caractères , mais par deux
Soyez différent spectacle ch nu ng swe ISEN appel. pour l'
Le caractère est si arbitraire . Donc, il pourrait y avoir deux différents
Sélectionner les caractères , et où serait la commune dans le
Désignation .
3.323 Dans le langage courant , il arrive très fréquemment que
le même mot se réfère à savoir de manière différente
différents symboles appartient, ou que deux mots qui
signifier de différentes manières, en dehors de l'
même être utilisé dans la phrase .
L'apparition du mot "est" comme une copule , comme le signe de
et comme une expression de l'existence ; " Exister" comme intransitif
Verbe tel que «aller» ; «Identique» comme un adjectif ; nous
À propos de parler de l'art , mais aussi du fait que e twa qui se passe .
( Dans la proposition « Le vert est vert " , où le premier mot du nom d'une personne ,
le dernier est un adjectif - ces mots
pas seulement des significations différentes , mais il ya ve r -
s ch i e d e n e S ymb o l e )
3324 si facilement se posent les confusions les plus fondamentaux (dont
l'ensemble de la philosophie est pleine ) .
3.325 Afin d'éviter ces erreurs , nous avons besoin d'une langue des signes
utiliser , qui les exclut par pas
même signe dans différents symboles et de signes , qui
décrite de diverses manières, pas vers l'extérieur dans le même
Tapez utilisé . Une langue des signes ainsi que la logistique en ch
Grammaire de la syntaxe logique obéit .
( Le Begriffsschrift Frege et Russell est une des langues ,
Pourtant, ce n'est pas exclu d'éventuelles erreurs . )
3.326 Afin de reconnaître le symbole sur le caractère , vous avez à
assurer une utilisation significative .
3.327 Le caractère déterminé seulement par son utilisation logique - syntaxique
ensemble une forme logique .
3.328 Si un BREW caractère ni cht cht , il n'a pas de sens .
C'est le sens de la devise d'Occam .
( Si tout se comporte comme si un sens de signe ,
il a aussi un sens . )
03:33 Dans la syntaxe logique le sens d'un signe ne doit jamais
jouer un rôle ; ils doivent être certifiés pour fonctionner sans causer
être l'importance du discours d'un personnage serait , elle doit nu r
la description des expressions présupposent .
3.331 De cette observation , nous voyons dans la « théorie des types " de Russell
sur : L'erreur de Russell reflète dans le fait qu'il en
Déclaration de règles symboliques de l'importance de caractère
besoin de parler .
3332 Aucun enregistrement ne peut nous dire quelque chose sur vous-même , parce que la ponctuation
ne peut pas être contenue en elle-même (c'est la totalité
" Théorie de types " ) .
3.333 Une fonction ne peut donc pas être son propre argument , parce
le signe de la fonction contient déjà le prototype de son argument
et il ne peut pas contenir lui-même.
Supposons savoir que F ( fx ) pourrait être sa propre fonction
Son argument ; Alors il y avait une phrase: " F ( F ( fx ) ) "
et ce doit être la fonction F extérieur et l'intérieur
Fonction F ont des significations différentes , depuis l' intérieur
sous la forme de : ( fx ) , la forme extérieure ( (fx ) ? ) . ensemble
sont les deux fonctions que la lettre "F" , mais
rien par lui-même signifie .
C'est immédiatement clair si nous écrivons au lieu de " F ( F ( u ) ) "
»( 9 ? ) : F ( u ? ) : U = Fu" .
Pour ce faire, le paradoxe de Russell .
3.334 Les règles de la syntaxe logique doivent aller sans dire,
si vous ne savez comment chacun numérique .
03:34 La proposition possède des caractéristiques essentielles et accidentelles .
Par chance les trains que de la nature spécialisée de la production
du signe propositionnel origine . Essentiels sont ceux
qui, seule, permettra à la proposition d'exprimer son sens .
3341 L'essence de la phrase est donc celle qui tous les ensembles qui
peut exprimer le même sens, est courante .
Et comme c'est généralement l'essence du symbole ,
ce que tous les symboles qui peuvent servir le même but , ensemble
avoir .
3,3411 On pourrait donc dire le vrai nom est ce que tout
Symboles qui signifient un objet , ont en commun . il
serait donc révélé successivement qu'aucune composition
est essentielle pour le nom .
3342 nos notations est en effet quelque peu arbitraire , mais il est
pas arbitraire : qui , eady nous avons déterminé un peu arbitrairement
ont , alors quelque chose doit être le cas . ( Cela dépend de
Nous l' d' e n de la notation . )
3,3421 Une terminologie particulière peut être sans importance , mais
il est toujours important qu'une telle notation de gli ch e Ch
est . Et il est donc tout à la philosophie :
La seule chose prouvé encore et encore d'être sans importance , mais la
Possibilité de chaque chose révèle quelque chose sur la
Nature du monde.
3.343 définitions des règles pour la traduction d'une langue à
un autre . Chaque langage de signe correct doit être dans toute autre
traduit par de telles règles : Tue , c'est ce qu'ils
tous ont en commun .
3.344 Que signifie le symbole est ce qui est commun à tous ceux
Symboles , par lequel le premier à les règles de la syntaxe logique
peut être remplacé selon .
3,3441 On peut , par exemple , est commun à toutes les notations de la vérité - fonctions
exprimée comme suit : Il est fréquent que les
tout- z . B. par la notation de " sp " ( " pas p" ) et " p_q "
( " P ou q " ) e r s e t t e n l s s e n ​​un
(Ceci est la façon tel
possible notation spéciale nous donne un aperçu général
possible. )
3,3442 Le caractère du complexe ne se dissout pas dans l'analyse
arbitrairement , de sorte que sur sa résolution dans chaque phrase composé
un autre le ferait .
3.4 La proposition détermine une place dans l'espace logique . l'existence
de ce lieu logique est par l'existence des constituants
que garanti par l'existence de la proposition importante .
3:41 Le signe propositionnel et les coordonnées logiques : c'est la logique
Place.
3411 Le géométrique et l'endroit logique d'accord
qu'ils sont à la fois la possibilité d' existence .
03:42 Bien que la peine de déterminer un lieu dans l'espace logique
doit, comme must, mais par lui pour l' ensemble de l'espace logique
être proposée .
( Autrement la négation , somme logique ,
le produit logique , etc toujours de nouveaux éléments en coordination
mis en place. )
( L'échafaudage logique autour de l'image détermine la logique
Espace . La proposition atteint par l' ensemble de l'espace logique . )
3.5 Le Applied imaginaire , la ponctuation est la pensée .
4 La pensée est la proposition significative .
4,001 La totalité des ensembles est la langue .
4.002 L'homme possède la capacité de construire des langues , ce qui porte
peut exprimer aucun sens , sans avoir aucune idée
comment et ce que chaque mot bedeutet. - comme on parle sans
de savoir comment les différents sons sont produits .
La langue parlée est une partie de l'organisme humain
et pas moins compliqué que cela .
Il est humainement impossible , la logique de la langue directement à partir de leur
se référer.
Langue déguise la pensée . Tant et si bien que
une fonction de la forme extérieure du vêtement et non à la forme de l'
peut fermer pensée vêtu ; parce que la forme extérieure
est formé de vêtements à des fins complètement différentes , comme alors,
pour révéler la forme du corps .
Les accords tacites à la compréhension de la
Langage courant sont extrêmement compliquée .
4003 La plupart des phrases et des questions qui les choses philosophiques
ont été écrites , ne sont pas faux , mais absurde .
Par conséquent, nous ne pouvons pas répondre à des questions de ce genre ,
mais seulement indiquer leur absurdité . La plupart des questions
et sentences des philosophes basées sur le fait que nous nous
Logique linguistique ne comprends pas.
( Ils sont de la nature de la question de savoir si le bien est plus ou
moins la même chose était que le beau . )
Et il n'est pas surprenant que les problèmes les plus profonds
fait ke i n e sont des problèmes .
4,0031 Toute la philosophie est " Critique de la langue " . ( Mais pas dans le sens
Mauthner . ) Est le mérite de Russell ont montré que
la forme apparente logique de la phrase n'est pas son vrai
doit être .
4.01 La proposition est une image de la réalité .
La proposition est un modèle de la réalité que nous nous
. penser
4011 À première vue , la phrase , comme il semble sur la même
Le papier imprimé est - pas une image de la réalité d'être des
dont il s'occupe . Cependant , la notation semble à première
Pour les yeux une image de la musique et notre caractère sonore
( Lettre ) de la police une image de notre langue parlée .
Et pourtant, ces symbolismes révèlent l'ordinaire
Sens que les images de ce qu'ils représentent .
Est 4012 Apparemment, nous avons un ensemble de la forme « arbitrage» comme une image
sentir . Ici, le signe est évidemment une ressemblance de la chose signifiée .
4.013 Et si nous pénétrons dans l'essence de cette picturale ,
Nous voyons donc que le même par s ch ei nb sont Un re -
ge LMA ment ke e ( telles que l'utilisation de ] et [ dans le
Notation) n i CHT est perturbé .
Même pour ces irrégularités font la de ce qu'ils
sont destinés à exprimer ; mais d'une manière différente .
4014 Le disque de phonographe, la pensée musicale , la police de score,
les ondes sonores sont tous en ce que pictural interne
Relation à l'autre qui existe entre le langage et le monde .
Chacun d'entre eux est la structure logique commune .
( Comme dans le conte de fées , les deux jeunes gens , leurs deux chevaux et
leurs lys . Ils sont tous dans un certain sens un . )
4,0141 Qu'il y ait une règle générale selon laquelle les musiciens de
Le score peut être trouvé dans la symphonie , par lequel on
de la ligne sur le gramophone enregistrer la symphonie et
selon la première règle à nouveau peut obtenir la note , il
précisément , la similitude interne entre ces apparemment très
différentes structures . Et cette règle est la loi de la projection ,
qui la symphonie projetée dans la langue central .
C'est la règle de la traduction de la langue dans la langue
le disque de phonographe .
4.015 La possibilité de toutes les paraboles , l'ensemble des images de notre
Expression , repose dans la logique de la figure.
4016 Pour l'essence même de la peine à comprendre , nous considérons l'écriture hiéroglyphique ,
qui les faits qu'elle décrit Cartes .
Et il en sortit l'alphabet sans l'essence
Figure perdre .
04:02 Nous voyons ce du fait que nous comprenons la signification du signe propositionnel ,
sans l'avoir expliqué.
4.021 La proposition est une image de la réalité , car je sais d'
lui montré les faits , si je comprends bien la peine . et l'
Je comprends la proposition sans moi son sens a été expliqué .
4022 L'ensemble z e l e t son sens .
La phrase montre comment il se comporte , nous nn il est vrai . et
il s un g t, d un s s il en est ainsi .
4023 Le must de la réalité fixé par le jeu de oui ou non
être .
À cette fin , ils doivent être entièrement décrites par lui .
La phrase est la description des faits .
Comme la description d'un objet par son externe
Propriétés , afin propositions décrivent la réalité après
leurs propriétés internes.
La proposition construit un monde à l'aide d'un échafaudage logique
et donc on peut vraiment mettre également voir comment tout est
Se comporte logiques , nous n n il est vrai . On peut choisir parmi une
proposition fausse S ch l u s s e c i e r e n
4.024 Pour comprendre une phrase signifie savoir qui est le cas quand il
est vrai .
( On peut le comprendre ainsi, ne sachant pas si il a remarqué
est ) .
On comprend si l'on comprend ses électeurs.
4025 La traduction d'une langue à l'autre n'est pas si avant
que chacun de vous s atz un dans un S atz l'autre
traduit, mais seulement l'ensemble des composants à traduire.
( Et le dictionnaire traduit non seulement substantifs , mais
aussi le temps , les biens et les conjonctions , etc ; et il traite
ils ont tous la même chose. )
4.026 La signification des signes simples ( les mots) doivent
être nous a expliqué que nous le comprenons .
Avec les jeux , mais nous communiquons .
4.027 C'est la nature de la peine , nous donnant un nouveau sens
peut dire .
04:03 Une peine doit communiquer avec les anciens expressions un sens nouveau .
La phrase nous dit une situation , alors il doit nous se nter -
l i ch sont liés à la situation.
Et la connexion est précisément qu'il son image logique
est .
La phrase dit que dans la mesure de quelque chose quand il est une image.
En 4031 définir une situation de fait sur ​​une base d'essai comme il compilé .
On peut dire d'emblée : la place , cet ensemble a ceci et
ce sens ; cet ensemble , ce que cette situation dar .
4,0311 Un nom est synonyme pour une chose , un autre pour une autre chose
et les uns avec les autres , ils sont connectés , de sorte que l'ensemble est , comme
un tableau vivant - les faits avant .
4,0312 La possibilité de propositions est basé sur le principe de la représentation
des objets par des signes .
Mon idée de base est que les «constantes logiques»
non représenté . Lo le fait que pas représenté gik des faits
feuilles .
4032 seulement dans la mesure où la proposition est une image de la situation, comme il est logique
est organisé .
( Même l'expression « ambulo » est composé , pour son
Résultats de la contrainte dans une fin différente et sa fin avec
une tribu différente , un sens différent . )
04:04 Sur le plateau , tout autant doit être distinguée à l'
Situation qu'elle représente.
Les deux doivent avoir la même logique ( mathématique)
Avez- collecteur . ( Comparez la Mécanique de Hertz , sur
Les modèles dynamiques . )
4.041 Cette multiplicité mathématique ne peut pas bien sûr
même reproduire à nouveau . De là on ne peut pas en cartographie
out .
4,0411 Si nous le voulions, par exemple, ce que nous exprimons par « ( x ) fx" par ,
Vorsetzen un indice avant " fx" exprimer , quelque chose comme ceci : " Alg
fx " , il ne serait pas suffisant , nous ne saurions pas ce qui généralise
été . Si nous voulions par un indice "a " show-
quelque chose comme ceci : " f ( xa) " il ne serait pas suffisant , nous savions
pas la gamme de généralité .
Si nous voulions en introduisant une marque dans les lieux d'arguments
essayez - quelque chose comme ceci : " ( A, A ) : F ( A, A ) " il serait
ne sont pas assez - nous ne pouvions pas l'identité des variables
remarquer . U.s.w.
Toutes ces notations ne sont pas suffisants parce qu'ils n'ont pas
avoir la multiplicité mathématique nécessaire .
4,0412 Pour la même raison l'explication idéaliste satisfait à la
Vision des relations spatiales à travers le "Space Lunettes "
pas parce qu'ils n'ont pas la diversité de ces relations
peut expliquer .
4.05 La réalité est comparé à l'ensemble .
04:06 C'est la seule façon de la phrase peut être vraie ou fausse par un
Image de la réalité .
4061 non Considérant que la phrase indépendante des faits
Sens a , ainsi vous pouvez facilement croire que la vraie et
relations égales mauvaises de signifiant et signifié
sont .
On pourrait alors dire , par exemple , que "p" à la vraie nature
référé à ce que " sp " dans le mauvais sens , etc
4062 Peut-on pas avec de fausses propositions , comme avant avec vrai ,
communiquer ? Tant que vous ne connaissez que qu'ils voulaient mal
sont . Non! Après tout , c'est vrai une phrase quand il en est ainsi,
comment nous le dire par lui ; et si l'on entend par "p" sp ,
et il se comporte comme nous l'entendons , puis " p" dans le nouveau
Considère vrai et faux pas .
4,0621 Mais que le caractère "p" et " sp " disent la même kö n -
n s est important . Pour cela montre que le caractère "s" dans le
La réalité ne correspond à rien .
Que dans une négation de phrase se produit , n'est pas encore
Fonction de sa signification ( ssp = p ) .
Le phrases "p" et " sp " ont le sens opposé , mais
il leur correspond une seule et même réalité .
4.063 Une image pour expliquer le concept de la vérité : tache noire
sur du papier blanc ; la forme de la tache peut être décrit ,
en précisant pour chaque point de la surface , qu'il le sache ou
est noir. Le fait qu'un point est noir correspond à
un positif de ce seul point blanc ( pas noir) , un
fait négatif . Je note un point de la surface ( un
Frege'schenWahrheitswert ) , ce qui correspond à l'hypothèse que l'
est proposé pour le jugement , etc etc
Mais dire qu'un point est noir ou blanc ,
Je dois savoir d'abord quand un point noir et
quand vous l'appelez blanc ; pouvoir dire : "p" est vrai
( Ou mal ) , je dois avoir déterminé dans quelles circonstances
I " p" véritable appel , et donc je ne peux déterminer le sens de
Phrase .
Le point où la comparaison se décompose est la suivante: nous pouvons
pointer vers un point sur ​​le papier , même sans savoir ce que
est blanc et noir ; une phrase sans aucun sens du tout, mais correspond
rien, car il ne nomme pas une chose ( valeur de vérité ) dont les propriétés
comme "faux" ou " vrai " ont été appelés ; le verbe d'un
Phrase n'est pas «vrai» ou «faux» comme Frege pense ,
mais ce qui " est vrai " le verbe doit déjà inclus .
4.064 Chaque ensemble a s ch o n ont un sens ; affirmation peut
pas lui donner , pour ce qu'il affirme est le sens lui-même. et
la même chose est vraie de la négation , etc
4,0641 On pourrait dire que la négation se réfère à l' avant
endroit logique déterminé par la phrase inversée .
La proposition nier détermine une autre logique
Ville nié que l' .
La proposition nier détermine un endroit logique à l'aide de
l'endroit logique de la proposition niée par ceux de l'extérieur
Il décrit le mensonge.
Que l'on ne peut nier les spectacles refusé régler à nouveau
déjà , que ce qui est nié est déjà une proposition et non seulement
la préparation d'une phrase est .
4.1 Le dossier représente l'existence et de la non - existence des faits
dar .
04:11 La totalité des propositions vraies est la science naturelle totale
( Ou toutes les sciences naturelles ) .
4.111 La philosophie n'est pas l'une des sciences naturelles .
( DasWort «philosophie» doit signifier quelque chose de plus ou
est ci-dessous , mais pas à côté des sciences naturelles . )
4.112 Le but de la philosophie est la clarification logique de la pensée .
La philosophie n'est pas une théorie mais une activité .
Un travail philosophique consiste essentiellement en des explications .
Le résultat de la philosophie n'est pas «principes philosophiques» ,
mais la volonté claire de phrases.
La philosophie est l'idée qui, autrement , comme si trouble ,
sont floue et claire et délimiter nettement .
4.1121 psychologie n'est pas la philosophie liée à une
une autre science naturelle .
L'épistémologie est la philosophie de la psychologie .
N'est-ce pas mon étude de la langue des signes à l'étude
des processus de pensée , que les philosophes de la philosophie
la logique de tant de pensée ? Seulement ils participent
surtout dans les examens psychologiques mineures
et un risque similaire existe aussi dans ma méthode .
4,1122 théorie de Darwin n'a pas plus à la philosophie
créer de toute autre hypothèse dans les sciences naturelles .
4.113 philosophie limite le domaine discutable des sciences naturelles .
4114 vous devez limiter le pensable et donc l'impensable .
Vous devriez limiter l'impensable de l'intérieur par le pensable .
4115 signifiera l'indicible par clairement le dicible
représente .
4.116 Tout ce qui peut être pensé , peut être clairement pensé
être . Tout ce qui peut être prononcée , peut être dit clairement .
4.12 Propositions peuvent représenter l'ensemble de la réalité , mais il peut
ne représentent pas ce qu'il a en commun avec la réalité
doit, afin de les présenter à la forme logique .
Afin de représenter la forme logique , nous aurions
peut mettre en place avec la peine en dehors de la logique , c'est à dire
en dehors du monde .
4.121 propositions ne peuvent pas représenter la forme logique , il reflète
eux-mêmes en elle.
Ce qui est reflété dans la langue , ils ne peuvent pas représenter .
Que si ch exprime dans le langage, wi ne peut être r
les exprimer .
L'ensemble montre la forme logique de la réalité .
Il les a .
Alors 4,1211 montre un ensemble de " fa" qui dans son esprit l'objet d'une
se produit , deux séries de " fa" et " bc " , que de deux d'entre eux dans
même sujet est évoqué .
Si deux phrases se contredisent , il montre leur
Structure ; comme si l'on suit l'autre. U.s.w.
4.1212 Que peut-on indiqué ka nn , nn ka pas être dit.
4,1213 Maintenant nous comprenons notre sentiment que nous sommes en possession d'un
vue logique correcte sont , si une seule fois dans toute
notre droit en langue des signes .
4.122 Nous pouvons , dans un sens de propriétés formelles des
Objets et faits bezw . Propriétés de l'
Structure des faits et de parler dans le même sens de mise en
Les relations et les relations de structures .
(Au lieu de la propriété de la structure que je dis aussi « bien interne »;
la place de la relation des structures des " relations internes " .
Je vous présente ces expressions à la raison qu'à l'
Philosophes confusion très fréquente entre la interne
Les relations et les relations réelles (externes) à
montrer . )
L'existence de ces propriétés internes et les relations
mais ne peut pas être réclamé par des ensembles , mais il montre
dans les phrases , qui présentent les faits et
agir ces objets.
4.1221 Une propriété interne d'un fait , nous pouvons également utiliser un
Appelez former ce fait . ( Dans le sens où nous sommes sur le
parler des traits du visage . )
4123 Une propriété est interne si il est impensable que son objet
il ne possède pas .
( Cette couleur bleu et qui se tiennent dans la relation interne
de plus léger et plus sombre eo ipso . Il est impensable que d i s e s
deux objets ne seraient pas debout dans ce rapport . )
( Ce qui correspond à l'utilisation itinérante derWorte "propriété"
et «relation» de l'utilisation itinérante du mot
"Objet" . )
4.124 L'existence d' une propriété interne d'une situation possible
n'est pas exprimé par une proposition , mais l'expression
dans lequel ils exercent ensemble par une propriété interne
cet ensemble de fichiers.
Il serait tout aussi absurde la proposition d'une propriété formelle
prix à lui refuser .
4,1241 formes ne peuvent pas être ainsi distingués les uns des autres ,
que vous que l'on a obtenu ce raconte , mais l'autre que la propriété ;
car cela implique qu'il a un sens, à la fois
Témoigner propriétés des deux formes .
4.125 L'existence d' une relation interne entre les situations possibles
s'exprime dans la langue par une relation interne entre
ils réaliser des ensembles de .
4,1251 Ici, maintenant réglé la question de savoir «si toutes les relations à l'intérieur
ou externe "sont .
4,1252 série qui sont commandées par i nt relations ERN appellent ,
Je forme des lignes .
La série de nombre n'est pas à un externe , mais en fonction de
une relation interne triée .
De même , le nombre de jeux " ARB ", " ( 9x ) : arx : XRB "
" ( 9x , y) : arx : xRy : YRB , " & c f
( Si b se trouve dans l'une de ces relations à une , j'appelle ba
Successeur de a)
4.126 Dans le sens où l'on parle de propriétés formelles ,
on peut aussi parler de concepts formels .
( J'attribue cette expression pour effacer la confusion
les concepts formels avec des concepts propres qui
tous les vieux logique imprègne , à préciser . )
C'est quelque chose sous un concept formel que son sujet
chutes , ne peut pas être exprimé par une phrase .
Mais il est évident dans le caractère de cet objet lui-même
(Le nom montre qu'il désigne un objet , la référence numérique ,
qu'il désigne un nombre , etc )
Concepts formels peuvent ne pas savoir comment le réel
Les concepts sont représentées par une fonction .
Pour leurs caractéristiques , propriétés formelles ,
pas exprimé par des fonctions .
La durée de la propriété formelle est un certain train de
Symboles .
Le signe des caractéristiques d'un concept formel est donc
un train caractéristique de tous les symboles dont la signification
tomber sous le concept .
Le terme de la notion dire formelle , une variable propositionnelle
dans laquelle seul ce train caractéristique est constante .
4.127 La variable propositionnelle signifie le concept formel , et ses valeurs
les objets qui tombent sous ce terme.
4,1271 Chaque variable est le signe d'un concept formel .
Pour chaque variable représente une forme constante , qui
toutes ses valeurs possèdent , et comme une propriété formelle de cette
Les valeurs peuvent être envisagées.
4,1272 Ainsi, le nom de la variable «x» est le signe approprié du concept apparent
Ge g e n t s a n d
Partout où le mot «objet» ( «chose» , «chose» , etc )
est correctement utilisé, il est dans la notation conceptuel par le
nom de la variable exprimée .
Par exemple , dans la phrase " il ya deux objets qui
. . . " Avec " ( 9x , y) ::: " .
Partout où il différemment à-dire utilisé comme un mot réel à long terme
se posera pseudo- propositions absurdes .
Donc, vous ne pouvez pas dire " Il ya des objets " , par exemple , que
sur un dit " Il ya des livres " . Ni «Il ya 100
Objets " , ou " Il ya @ 0 articles " .
Et il est absurde de le sur zahlaller Ge Genst ä n -
d e la parole.
La même chose est vraie de , 'fonction' «complexe» , «fait» denWorten ,
" Nombre " , etc
Ils ont tous signifient concepts formels et sont présentés dans le Begriffsschrift
par des variables , pas par des fonctions ou des classes
montré . ( Comme Frege et Russell cru. )
Des expressions telles que " 1 est un nombre ", " il n'y a que zéro " et
tous semblables absurde .
( Il est aussi absurde de dire " il n'y a qu'un seul 1 " , comme il
serait absurde de dire : 2 + 2 est égal à 4 par 3 horloge )
4,12721 Le terme officiel est un objet qui tombe sous lui ,
déjà été donnée. Donc vous ne pouvez pas les objets d'un officiel
Concept et le concept formel lui-même comme concepts de base
présenter. Ainsi, vous pouvez par exemple pas la notion de fonction ,
et des fonctions spéciales ( telles que Russell ) que les concepts de base
à introduire ; ou la notion de nombre et de certains numéros .
4,1273 Si nous voulons que la proposition générale : « b est un successeur d'un "
exprimée en notation conceptuel , nous avons besoin pour celui-ci
Expression pour le terme général de la série formelle : aRb , ( 9x ) :
Arx : XRB , ( 9x , y) : arx : xRy : YRB . . . Le terme général d'une
Série formelle ne peut s'exprimer que par une variable , car
Le terme de terme de cette série formelle , est une fo rma ler terme .
( Cette Frege et Russell négligés : la manière dont
ils veulent exprimer des propositions générales comme celle-ci est donc
false; il contient un cercle vicieux . )
Nous pouvons déterminer le terme général de la série formelle
en donnant son premier mandat et le général
Formulaire de fonctionnement qui le lien suivant de la précédente
Phrase générée .
4,1274 La question de l'existence d'un concept formel est absurde .
Pour aucune peine ne peut répondre à une telle question .
Donc ( On peut , par exemple , ne demandent pas : «Est-il non analysable
Phrases sujet-prédicat ? " )
4.128 Les formes logiques sont nombreuses l o s
Par conséquent , il n'est pas logique dans les excellents chiffres et
il n'est donc pas monisme philosophique ou dualisme ,
etc
4.2 Le sens de la phrase est sa concordance et la disparité
avec les possibilités de l'existence et de la non -existence
des faits .
4.21 L'ensemble simple de la proposition élémentaire , affirme l'existence d'
des faits .
4211 Un signe de la proposition élémentaire est qu'aucune proposition élémentaire
peut être en conflit avec elle .
4.22 La proposition élémentaire se compose de noms . Il s'agit d'un contexte ,
une concaténation , des noms .
4.221 Il est évident que l'analyse des phrases que nous sur les propositions élémentaires
doit venir des noms en rapport immédiat
exister .
Il se pourrait bien remettre en question ici est de savoir comment ce type de jeu dressing.
4,2211 Même si dieWelt est infiniment complexe , de sorte que tous les faits
se compose d' un nombre infini de faits et circonstances de chaque
est composé d'une infinité de nombreux objets ,
même alors, il faudrait que ce soit des objets et des états de choses .
04:23 Le nom vient dans le kit que dans le cadre de la proposition élémentaire
avant .
04:24 Les noms sont les symboles simples , j'indique par personne
Letters ( "x ", " y ", " z " ) à .
La proposition élémentaire j'écris en fonction des noms dans
la forme « fx », « ? ( x , y) " , etc
Ou je tiens à lui à travers les lettres p , q , r .
4241 Gebrauche J'ai deux personnages dans un seul et même sens , de sorte
J'exprime ce que je entre deux par signe "="
lois .
" A = b " que l'on appelle : le caractère "a" est par le caractère "b"
remplaçable .
( Si je vais par une équation d'un nouveau caractère "b" un ,
par je détermine qu'il doit remplacer un caractère déjà connu "a" ,
si j'écris l'équation de définition ( comme Russell )
sous la forme d'un « b = Def . " La définition est un article consacré à des signes . )
4242 expressions de la forme " a = b " mots ne sont que facilite la représentation ;
ils ne disent rien sur le sens de l' caractères "a" ,
"B".
4.243 Pouvons-nous comprendre deux noms sans savoir si ce sont les mêmes
Chose ou deux choses différentes appelé ? - Can
nous avons une proposition dans laquelle deux noms se produisent , comprendre , sans
à savoir si elles font même ou différent ?
Je sais que le sens d'un Anglais et un
tout aussi important mot allemand , il est donc impossible que
Je ne sais pas ce que les deux sont synonymes ; il est impossible
que je ne peux pas traduire l'autre .
Des expressions telles que " a = a " , ou dérivé de ceux-ci sont
ni propositions élémentaires ni d'autres caractères significatifs . (Il s'agit d'
le verra plus loin . )
04:25 Si la proposition élémentaire est vrai, alors il ya la question ; est l'
Proposition élémentaire est fausse , la situation n'est pas .
04:26 La spécification de tous les vrais propositions élémentaires décrit le monde
complètement . Le monde est complètement décrit par les informations
toutes les propositions élémentaires ainsi que l'indication lequel d'entre eux
vrai et qui sont fausses .
04:27 Quant à l'existence et non - existence d' états de choses n
il existe Kn =
pn
? = 0
􀀀 n
?
?
Möglichkeiten.Es peuvent exister toutes les combinaisons de circonstances ,
pas les autres existent .
04:28 Ces combinaisons correspondent à autant d'occasions
de la vérité et de la fausseté de n - propositions élémentaires .
4.3 la vérité, les possibilités de propositions élémentaires signifient la
Possibilités de l'existence et de la non - existence d' états de choses .
04:31 La vérité - possibilités de schémas de ce qui suit nous pouvons
Type de représenter ( " W " signifie " vrai ", " F " , "mauvais" . Lignes
"W" et "F" signifie , dans la ligne des phrases élémentaires
dont la vérité - possibilités dans un des symboles facilement compréhensibles ) :
p q r
W W W
F W W
W F W
W W F
F F W
F W F
W F F
F F F
p q
W W
F W
W F
F F
p
W
fa
4.4 La phrase est l'expression d' accord et de désaccord
avec denWahrheitsmöglichkeiten de propositions élémentaires .
04:41 La vérité - possibilités de propositions élémentaires sont les conditions
la vérité et de la fausseté des peines.
4,411 Il est probable a priori , que l'introduction d'
Propositions élémentaires pour comprendre tous les autres types de disques
est fondamentale . Oui , la compréhension des propositions générales
dépend f ü choisi à la liberté de celle des propositions élémentaires .
04:42 Quant à la concordance et la disparité des
Enregistrer avec la vérité, les possibilités de n propositions élémentaires

PKn
? = 0
􀀀 Kn
?
?
= Possibilités Ln .
04:43 Le respect de la vérité, les possibilités peuvent
nous exprimons le fait en leur offrant dans le schéma que l'
(Vrai) attribuer insigne "W" .
L'absence de cette marque désigne un désaccord .
4.431 L'expression de l'accord et de désaccord
avec la vérité, les possibilités de propositions élémentaires exprime l'
Conditions de vérité de la phrase .
La phrase est l'expression de ses conditions de vérité .
( Frege est donc tout à fait raison de symboles
son Begriffsschrift envoyé devant . Seule la définition de l'
Notion de vérité dans Frege mal : Il y avait la «vérité» et
" La mauvaise chose " vraiment des objets et des arguments de sp
etc alors vous par la détermination de Frege de la signification de «SP» pas
déterminé . )
04:44 Le personnage représenté par la cession de cette marque "T"
et la vérité, les possibilités se dégage est un signe de ponctuation .
4441 Il est clair que le complexe du caractère "F" et "W" n'est pas
Objet ( ou complexe d'objets ) correspond ; si
peu, comme les lignes horizontales et verticales , ou
N'existe pas " Objets logiques » - entre parenthèses. .
C'est la même chose pour tous les personnages qui expriment la même
que les motifs de « W » et « F » .
4442 Il est , par exemple :
"
p q
W W W
F W W
W F
F F W
"
un signe de ponctuation .
( « Le coup de l'arrêt de Frege " "` " est logiquement assez vide de sens ;
il montre dans Frege ( et Russell ) à seulement ces auteurs
phrases ainsi désignés comme vrai. "` " Est donc autant
peu à la structure de la phrase , tel que le numéro de la phrase . A
Phrase ne peut pas éventuellement témoigner d'eux-mêmes , qui , il est vrai . )
Est de l'ordre de la vérité - possibilités dans le schéma
un énoncée par une règle de combinaison pour tous,
est la dernière colonne en soi, une expression des conditions de vérité .
Si nous écrivons cet article, la rangée arrière , de sorte
le signe de ponctuation à :
" (WW -W ) (p, q)" ou plus clairement " ( WWFW ) ( p, q) .
( Le nombre de chiffres dans le support gauche est donnée par l'
Nombre de liens dans l'utilisation de droite . )
04:45 Pour propositions n élémentaires y sont Ln groupes possibles de conditions de vérité .
Les groupes de conditions de vérité qui peuvent affecter
Vérité - possibilités d' un certain nombre de propositions élémentaires sont ,
peut être commandé dans une série .
04:46 Parmi les groupes possibles de conditions de vérité sont
il ya deux cas extrêmes .
Dans un cas, est l'ensemble de toutes les possibilités de vérité
les propositions élémentaires vraies . Nous disons aux conditions de vérité
sont un t u t o l o g i s c h
Dans le second cas , la peine pour toutes les possibilités de vérité
faux: Les conditions de vérité sont co nt radikto -
r i s c h
Dans le premier cas, nous appelons la proposition d'une tautologie , dans la deuxième
Cas , une contradiction .
4.461 La proposition montre ce qu'elle dit , la tautologie et la contradiction ,
qu'ils ne disent rien .
La tautologie n'a pas de conditions de vérité , car ils
est inconditionnellement vrai ; et la contradiction n'est pas dans
Condition est vraie .
Tautologie et la contradiction sont sans sens .
( Comme le point des deux flèches en face
Divergente direction . )
( Je sais , par exemple , rien sur le temps quand je sais que
il pleut ou il ne pleut pas . )
Mais 4,4611 tautologie et la contradiction ne sont pas déraisonnables ; ils appartiennent
le symbolisme , bien que similaire à la "0" au symbolisme
de l'arithmétique .
4462 tautologie et la contradiction ne sont pas des images de la réalité .
Ils ne représentent pas possible situation dar . Car ils peuvent chacun
possible situation à cet e ke i n
Dans la tautologie les conditions de l'accord augmentation
les - le monde des relations de la scène à l'autre
sur , de sorte qu'ils en aucune relation de représentation de la réalité
peuplements .
4.463 Les conditions de vérité de déterminer la portée de la
Faits est laissé par la phrase .
( L'ensemble , l'image , le modèle , sont dans le sens négatif
comme un corps solide, le déplacement de l'autre
limité ; dans un sens positif , comme la zone délimitée par substance solide
L'espace, dans lequel un corps a sa place. )
Tautologie laisse à la réalité tout -infini-
espace logique ; la contradiction remplit tout l'
espace logique et laisse la réalité est inutile . aucun
peut donc à la fois la réalité de déterminer en quelque sorte .
4.464 La vérité d'une tautologie est vrai de la peine possible , la
Contradiction impossible .
( Certes possible , impossible : nous avons ici les signes
que gradation dont nous avons besoin dans la théorie des probabilités . )
4.465 Le produit logique d'une tautologie et une phrase dit la même chose ,
comme la phrase . Alors que le produit est identique à la
Phrase . Parce que vous ne pouvez pas changer l'essence du symbole ,
sans son sens de changer .
4.466 Une combinaison logique particulière des signes
une combinaison logique spécifié de leur signification ; j e d e
tout composé correspond uniquement aux caractères non connectés.
C'est , phrases qui sont vraies pour chaque situation , peut
en fait, être des combinaisons de signes , autrement pourrait
elles correspondent aux seules certaines combinaisons d'objets .
( Et pas de lien logique correspond connexion ke ine
des objets. )
Tautologie et la contradiction sont les cas limites de la connexion de caractère ,
à savoir leur résolution.
4,4661 sont certes aussi des personnages tautologie et la contradiction
encore reliée à l'autre, c'est à dire qu'ils sont dans une relation
à l'autre, mais ces relations n'ont pas de sens ,
S ymb o l immatériel .
4.5 Or, il semble être possible de donner la forme propositionnelle plus général :
c'est une description des documents de toute
Pour donner la langue des signes , de sorte que tous les sens possible par une
Symbole , qui relève de la description peut être exprimée
peut , et que chaque symbole qui correspondait à la description ,
peut exprimer un sens, si la signification des noms
être sélectionné en conséquence.
Il est clair que dans la description de la forme générale de la proposition
nu r ihrWesentliches elle peut être décrite ailleurs serait
ils ne mettent pas la plus courante .
Qu'il y ait une forme générale est prouvé par le fait
qu'il ne devrait pas être une proposition dont la forme ne pouvait pas
ont été prévus ( c.-à- construit ) . le général
Forme de la phrase est : Il se comporte et ainsi de suite .
4:51 Disons , je serais toutes les propositions élémentaires donné : Alors
est facile à poser : qu'est-ce que je peux faire des phrases sur eux.
Et ce sont tous ensembles et si elles sont limitées.
4:52 Les phrases sont tout de l'ensemble de toutes les propositions élémentaires
suivante (bien entendu également du fait que c'est l'unité de bureau du Ge
a l e r ) . ( Donc on peut dire en un sens que tous les
Ensembles généralisations des propositions élémentaires sont . )
4:53 La forme propositionnelle générale est une variable .
5 La phrase est une fonction de vérité des propositions élémentaires .
( La proposition élémentaire est une fonction de vérité de lui-même)
5.01 propositions élémentaires sont les arguments de vérité de la phrase .
05h02 Il est évident que les arguments de fonctions avec les indices
confondu par son nom. Je reconnais que c'est à la fois l'argument
comme indice , l'importance de leur caractère contenant .
Dans " l' + c" de Russell par exemple , "c" est un indice qui indique
que l'ensemble du caractère de signe d'addition de nombres cardinaux
est . Mais cette désignation est fondée sur un accord arbitraire
et vous pouvez prendre " + c " même un simple signe
choisir ; dans " sp " mais "p" n'est pas un indice , mais un argument :
le sens de " sp " ka NNNI cht être compris sans
avait déjà été bien compris le sens de "p" . ( Dans le Nom
Jules César " Julius" un indice . L'indice est toujours une partie
une description de l'objet dont le nom nous attachons .
Par exemple , De César r de la famille des Jules . )
La confusion de l'argumentation et de l'indice est lorsque je
ne me trompe pas , la théorie de Frege de la signification des phrases
et les fonctions sont basées . Pour Frege les propositions de la logique étaient
Noms et leurs arguments les indices de ces noms .
5.1 Vérité - fonctions peuvent être commandées en rangées .
Ceci est la base de la théorie des probabilités .
5.101 la vérité, les fonctions peuvent être n'importe quel nombre de propositions élémentaires
être écrit dans un schéma du type suivant:
( HHHH ) ( p , q ) tautologie ( Si p , alors p , et si q , alors q . ) ( P p : q )
(F VMM) ( p, q) dans deux mots , et non pas de p et q . ( S ( p : q ) )
( W F WW) ( p , q ) "" Si q , alors p . (Q ? P )
(WW F W ) ( p , q ) "" Si p , alors q . (P ? Q)
(WWW F ) ( p , q ) "" p et q. ( P _ q )
( F F WW) ( p , q ) "" Non q . ( SQ )
( F W F W ) ( p , q ) "" Non p . (Sp )
( F WW F ) ( p , q ) "" p ou q , mais pas les deux . ( P : m² : _ : q : sp )
( W F F F ) ( p , q ) "" Si p , alors q ; et si q , alors p . (P ? Q)
( W F W F ) ( p , q ) "" p
(WW F F ) ( p , q ) "" q
( F F F F ) ( p , q ) "" Ni p ni q . (Sp : m² ) ou ( p j q )
( F F F F ) ( p , q ) "," p et q pas . ( P : m² )
(F W F F) ( p, q) "" q et pas p . ( Q : sp )
(W F F F) ( p, q) "" q et p . ( Q : p )
( FFFF ) ( p , q ) Contradiction ( p et non - p et q et non q . ) ( P : sp : q : m² )
Ces vérité - possibilités de ses arguments de vérité
qui matérialise l'ensemble , je veux son heure Wa -
h e i t s g r u n d e appel.
05:11 Si la vérité - terrain , qui conjointement un certain nombre d'ensembles
sont tous aussi de vérité motifs d'un ensemble particulier ,
nous disons que la vérité de cette proposition découle de la vérité
de ces peines .
05:12 En particulier , suit la vérité d'une proposition «p» de la vérité
d'un autre "q" quand tous les terrains de la vérité de la seconde
Vérité - terrain de la première sont .
5.121 La vérité - terrain de l' un sont inclus dans ceux de l'autre ;
p résulte de q .
5.122 Si p résulte de q , le sens de "p" dans le sens de "q" inclus .
5.123 Si un dieu crée un monde dans lequel certaines propositions vrai
sont , il crée ainsi également un monde dans lequel toute leur
Corollaires voter . Et de même qu'il n'a pas pu créer un monde
où la proposition «p» est vrai , sans l'ensemble de ses objets
à créer.
5124 La phrase a affirmé chaque phrase qui en découle .
5,1241 "p : q" est l'un des ensembles , qui "p" et affirmer en même temps un
les propositions qui affirment "q".
Deux propositions sont opposées les unes aux autres , s'il n'y a pas
sont phrase significative , qui ils ont affirmé les deux.
Chaque phrase contredit l'autre, lui refuse .
05:13 C'est la vérité d'un énoncé de la vérité d'autres peines
suit , nous voyons de la structure des phrases.
5131 Suit la vérité d'une proposition de la vérité des autres , de sorte
exprimé à travers cette relation , dans lequel les formulaires
ces propositions se tiennent les uns aux autres ; et bien que nous n'avons pas besoin d'eux
qu'à mettre dans ces relations en les mettant dans une phrase
connecter les uns aux autres , mais ces relations sont intérieurement
et il n'y a , une fois , et en ce que , il ya ces phrases.
5,1311 Quand nous déduisons p_q et sp q , alors voici l'
Notation, la relation de l'ensemble des formes de « p_q " et
" Sp" voilée . Mais si nous écrivons , par exemple , au lieu de " p_q " " p jq : j : p jq "
et au lieu de " sp " " PIS " ( = PJQ ni p ni q ) , puis l' intérieur
Contexte clairement .
(C'est l'une des ( x ) : peut déduire fx fa, ce qui montre que
le grand public dans le symbole " ( x ) : fx" est disponible ) .

5.132 Si p résulte de q , je peux conclure de q à p ; déduire p de q .
Le type de circuit est seule à partir des deux ensembles d'
supprimer .
Seulement ils peuvent justifier la conclusion .
«Fermeture de lois », qui - comme Frege et Russell , le
Pour justifier les conclusions n'ont pas de sens et serait superflu .
5133 Tout raisonnement se fait a priori .
De 5134 une proposition élémentaire , on peut conclure aucun autre .
5135 peut en aucun cas de l'existence d' un état de choses
l'existence d'un , de sa situation tout à fait différente
être fermé .
5136 un lien de causalité qui justifie une telle conclusion est ,
il n'est pas.
5,1361 Les événements de l'avenir kö nous ne pouvons pas partir du courant
ouvrir .
La croyance dans le lien de causalité soit l' ex erglaub e
5,1362 La liberté de la volonté est que les actions futures
ne peut maintenant être connu . C'est alors seulement que nous pourrions
savoir si la causalité était une nécessité intérieure ,
que la logique Schlusses. - La relation des connaissances
et Gewusstem , la nécessité logique .
( " A sait que p est le cas " n'a pas de sens si p est une tautologie
est ) .
5,1363 Si le fait qu'une proposition est évident pour nous , ne s'ensuit pas que
il est vrai, l'évidence est également aucune justification pour
notre croyance en sa vérité .
Un ensemble d'une autre Suit 05h14 , dit ce plus que cela ,
ceux qui sont moins que cela.
5.141 Si p résulte de q et q de p , de sorte qu'ils sont une seule et même phrase .
5.142 Une tautologie résulte de l'ensemble des jeux : il ne dit rien .
5.143 contradiction est la commune de taux , que ke dans la phrase
a en commun avec l'autre. Tautologie est la commune
toutes les condamnations qui n'ont rien en commun .
La contradiction disparaît comme il était à l'extérieur du
Tautologie dans toutes les phrases .
La contradiction est la limite extérieure des ensembles , la tautologie
son centre négligeable .
05:15 Est- Wr le nombre de terrains de vérité de la phrase "r", la Wrs
Nombre de ces motifs de vérité de la phrase "s" dans le même temps
Vérité - terrain de " r ", puis nous appelons le rapport
Wrs : WR la mesure de Wa heures ch ch einli ke , ce qui de l'
Régler "r" à l'ensemble "s" là-bas.
5151 Soyez dans un projet comme celui ci-dessus au n. 5101 Wr le nombre
"W" dans la proposition r ; Wrs le nombre de ceux "W" dans la phrase s ,
qui sont dans les mêmes colonnes avec "W" de l'ensemble r . l'ensemble
r alors la proposition de la probabilité : Wrs : Wr .
5,1511 Il n'existe aucun objet particulier , la probabilité d' ensembles
serait propriétaire .
5152 phrases , qui ne arguments de vérité en commun avec l'autre
encore , nous appelons indépendants les uns des autres.
De l'autre ensembles indépendants (par exemple tous les deux propositions élémentaires )
donner un autre la probabilité 1
Deuxième
Si p résulte de q , est la proposition « q » la phrase «p» est la probabilité
1 La certitude de l'inférence logique est une
Cas limite de la probabilité .
(Application de la tautologie et la contradiction . )
5.153 Une proposition n'est ni probable ni improbable en soi.
Un événement se produit , ou il n'arrive pas, c'est une chose de remède
il n'est pas.
5154 Dans une urne il ya un nombre égal de boules blanches et noires ( et
pas d'autres ) . Je dessine un ballon après l'autre et de mettre
les remettre dans l'urne . Alors je peux en essayant
remarquer que le nombre de solide noir et
boules blanches dans le dessin continue plus proches les uns des autres.
Ainsi , puisque l'art n'est pas un fait mathématique.
Si je le dis, il est également probable que j'ai un
blanc et une boule noire va tirer , alors cela signifie que :
Je sais que toutes les circonstances ( l' hypothétique
Lois de la nature mitinbegriffen ) donnent à la survenance d'un
Événement ne me h probabilité de la survenance de
autre . Cela dit, ils donnent -faire des explications ci-dessus
est facile à enlever , chaque probabilité 1
Deuxième
Qu'est-ce que je confirme par expérience que l'arrivée
des deux événements sur les circonstances , je ne suis pas plus proche
savoir , est indépendant .
5155 L'unité de la proposition de probabilité est : les circonstances -
Je sais - pas d'une autre à la survenance d'un
événement spécifique et un degré de probabilité .
5156 Ainsi, la probabilité est une généralisation .
Il s'agit d'une description générale d'une forme de consigne.
Seulement , faute de certitude que nous utilisons dieWahrscheinlichkeit . -
Si nous pas un fait complètement
savoir, mais probablement e twa s connaissent leur forme .
Bien que ( Une phrase peut qu'une image incomplète d'un certain
Sa situation , mais il est toujours une image complète . )
DerWahrscheinlichkeitssatz est , comme un extrait d'un autre
Ensembles .
5.2 Les structures des propositions se tiennent dans les relations internes les uns aux autres .
05h21 Nous pouvons les relations internes caractérisé dans notre expression
souligner que nous avons un dossier à la suite d'un
Représenter le fonctionnement de certaines autres séries ( les bases de la
Fonctionnement ) produit .
05:22 L'opération est l'expression d' une relation entre l'
Structures de son résultat et de ses bases .
05:23 L'opération est ce qui doit être fait avec un ensemble ,
à lui faire les autres .
5231 Et c'est bien sûr de leurs propriétés formelles de
dépendra de la similitude de leurs formes interne .
5.232 Le rapport interne , qui attribue un numéro , est équivalent à
chirurgie , par lequel un membre de l'autre est formée .
5233 L'opération ne peut se produire lorsqu'il ya un ensemble de logique
de façon significative d'un autre surgit . Alors là,
 où la structure logique de la phrase commence .
5.234 la vérité, les fonctions de propositions élémentaires sont les résultats de
Opérations qui ont les propositions élémentaires que les bases . (Je l'appelle
Ces opérations de vérité des opérations . )
5,2341 Le sens d'une fonction de vérité de p est une fonction de
Signification de p .
Négation , plus logique , la multiplication logique , etc ,
etc sont des opérations .
( La négation exploite le sens de la phrase . )
05:24 L'opération est affiché dans une variable; il montre comment
pour passer d' un moule à un autre des ensembles .
Vous apporte la différence entre les formes .
( Et le joint entre les bases et le résultat
la chirurgie ne sont que les bases . )
5241 L'opération ne désigne pas une forme , mais seulement la différence
de formes .
5,242 La même opération , le "q" fait "p" fait "q" , "r"
USF , ce qui ne peut être exprimée dans le fait que "p" , "q" , "r",
etc sont des variables que certaines relations formelles en général à
Apportez expression .
05:25 La survenance d' une opération caractérise le sens de la phrase
n'en ont pas.
L'opération n'affirme rien , que son résultat , et ce
dépend des bases de l'opération.
( Fonctionnement et fonction ne doivent pas être confondus avec les autres
être . )
5.251 Une fonction ne peut pas être son propre argument , mais plutôt
le résultat d'une opération peut être sa propre base .
5252 Tout comme la progression d'un membre à est une série formelle
( De type à l'autre dans la hiérarchie de Russell et Whitehead )
possible . ( Russell et Whitehead ont la possibilité
cette progression n'a pas été ajouté , mais encore et encore par
fait usage . )
5,2521 L'application continue d'une opération sur leur propre résultat
J'appelle leur application successive ( " O0O0O0a " est la
Résultat de la triple application successive de " O0 ? " Sur
"A") .
Dans le même sens , je parle de l'application successive
me hrerer opérations sur une pluralité d'ensembles .
5,2522 Le terme général d'une série formelle a, O0a , O0O0a , ::::
J'écris , donc comme suit: « [a; x ; O0x ] " . Cette expression entre crochets est
une variable. Le premier terme de l'expression entre crochets est la
La partie supérieure de l'ensemble de moule , et la seconde sous la forme d'une
X élément de la série et de la troisième forme de cette expression
la série qui suit immédiatement x .
5,2523 Le concept de l'application successive de l' opération est équivalente
avec l'expression " et ainsi de suite " .
5253 Une opération peut faire l'effet d' autres choses.
Les opérations peuvent s'annuler mutuellement .
5254 L'opération peut disparaître (par exemple la négation dans
«SSP» , ssp = p ) .
5.3 Toutes les propositions sont les résultats de la vérité, les opérations sur le
Propositions élémentaires .
La vérité coopération est la voie, à partir de la
Propositions élémentaires de la fonction de la vérité est créé .
Selon la nature de la vérité, des opérations , dans le même exemple ,
que de propositions élémentaires ihreWahrheitsfunktion ,
de vérité - fonctions d'un nouveau. Chaque opération - vérité
généré à partir de vérité fonctions de propositions élémentaires nouveau
une fonction de vérité des propositions élémentaires , un ensemble . la
Résultat de chaque opération de vérité avec des résultats de
Vérité - opérations sur des propositions élémentaires est la
Résultat œufs naires de vérité des opérations sur des propositions élémentaires .
Chaque phrase est le résultat de la vérité - opérations
Propositions élémentaires .
05:31 Schémas n ° 04h31 également de l'importance lorsque
"P" , "q" , "r" , etc sont pas phrases élémentaires .
Et il est facile de voir que la ponctuation dans le numéro 4442 ,
même si " p " et " q " de vérité fonctions de propositions élémentaires
sont , une fonction de vérité des propositions élémentaires
exprime .
05:32 Tous vérité - fonctions sont les résultats de l'application successive
un nombre fini d'opérations à la vérité
les propositions élémentaires .
5.4 Ici, il devient clair que ce sont les « objets logiques » ou « logique
Constantes " ( au sens de Frege et Russell ) .
05:41 Pour toutes ces résultats de vérité - opérations sur la vérité - fonctions
sont identiques , que l'une et la même fonction de vérité
sont des propositions élémentaires .
05:42 C'est _ , ? , Etc ne sont pas des relations dans le sens du bien et
à gauche , etc sont assez évidentes .
La possibilité de contre - sage définition de la logique
« Trigrammes » Frege et Russell montre déjà que ce n'est pas
Signes primitifs sont , et certainement plus encore qu'ils n'ont pas de relations
désigner .
Et il est évident que le " ? " Qui nous par "s"
et "_" définir , est identique à celui par lequel on
" _ " Définir " s" et que cette "_" d'abord avec la
est identique . U. c .
05:43 p Le fait qu'une infinité d'autres devraient suivre d'un fait
à savoir ssp , ssssp , etc , mais dès le début à peine
à croire . Et ce n'est pas moins remarquable que l'infini
Nombre de propositions de la logique (mathématiques ) à partir d'un
suivre une demi-douzaine de «lois fondamentales» .
Toutes les propositions de la logique disent, mais le même . À savoir rien.
05:44 Les fonctions de vérité ne sont pas des fonctions matérielles .
Si, par exemple , une affirmation par la double négation
peut générer est donc la négation dans un certain sens
Inclus dans l'affirmative? Annule sp " ssp " , ou positive
il p; ou les deux?
L'expression " ssp " n'est pas sur le déni comme
un article; mais est probablement la possibilité d'un refus
dans l'affirmative déjà préjugé .
Et c'était un objet de « s » signifierait , il faudrait
«SSP» dit quand "p" quelque chose d'autre . Parce que ce serait mettre un
puis juste agir sur s , l'autre pas .
5441 Cette disparition des constantes logiques apparentes produit
même si " s (9x) : sfx " dit la même chose que « ( x ) : fx" , ou
" ( 9x ) : fx : x = a " la même chose que " fa" .
5.442 Si on nous donne un ensemble , donc mi ti hm sont déjà
les résultats de toutes les opérations de vérité , ont comme leur base ,
donné.
05:45 Si il ya des signes primitifs logiques doit avoir une logique correcte de leur
Faire position claire à l'autre et justifier leur existence .
La construction de la logique de ses signes primitifs doit être clair .
5.451 Si la logique a des idées primitives ceux-ci doivent être indépendants les uns des autres
être . Est un concept fondamental introduit , il doit en
être mis en place à tous les composés dans lesquels il se produit à tous .
Donc vous ne pouvez pas lui d'abord pour une connexion ,
puis insérez à nouveau pour un autre . Par exemple : Est-ce la négation
introduit , nous devons donc maintenant dans des ensembles de la
Former " sp " ainsi comprendre comment, dans des phrases telles que " s ( p _ q) , "
" ( 9x ) : sfx " , etc Nous ne devons pas seulement pour une classe
des cas , alors pour la deuxième lancement , car il reste
alors se demander si leur importance dans les deux cas la même
et il serait serait pas de raison , dans les deux cas,
le même type de connexion de caractères à utiliser.
( Court , s'applique à l'introduction de signes primitifs , mutatis mutandis ,
le même que ce que Frege (« les lois fondamentales de l'arithmétique » )
dit pour l'introduction de caractères par des définitions . )
5.452 L'introduction d'un nouvel expédient dans le symbolisme de la
Logique doit toujours être un événement mémorable . Pas de nouveau
Le remède peut dans la logique , pour ainsi dire , avec tout innocent
Parenthèses en face- à sont insérés ou en dessous de la ligne .
( Ainsi, dans le " Principia Mathematica " par Russell
et Whitehead définitions et lois fondamentales de mots avant .
Pourquoi cette soudaine mots ? Cela exigerait une justification .
Elle est manquante et doit être absent parce que la procédure fait
est illicite . )
Toutefois, si l'introduction d'un nouvel expédient à un
Prouvé , selon les besoins , de sorte que vous devez demander immédiatement :
Où doit maintenant être appliquée r immédiate est ce moyen ? sa
Position dans la logique doit maintenant être expliqué .
5.453 Tous les nombres en logique doivent être capables de justification .
Ou plutôt : il doit prouver qu'il est dans le
Logic sont pas de chiffres .
Il n'y a pas de numéros pré- éminents .
5.454 Dans la logique il n'y a pas côte à côte , il ne peut classification
donner .
En toute logique , il ne peut être plus général et plus particulièrement
donner .
5,4541 Les solutions des problèmes logiques doivent être simples ,
parce qu'ils établissent la norme de la simplicité.
Les gens ont toujours soupçonné que il ya une zone de
Doit être des questions dont les réponses - a priori - symétrique ,
et sont unis à une structure régulière fermée .
Un domaine dans lequel le taux s'applique : sigillum veri simplex .
05:46 Si nous introduisons les signes logiques , il serait
vous avez déjà alors le sens de toutes ses combinaisons
introduit ; pas seulement " p _ q " mais " s ( p _ carrés) " même etc etc Nous aurions alors déjà l'effet de tout
seules les combinaisons possibles des supports introduits . et
de sorte qu'il serait devenu clair que le grand réelle
Trigrammes pas le " P _ q ", " ( 9x ) : fx ", etc , mais
forme générale de leurs combinaisons .
5.461 Il est également significatif fait apparemment sans importance que le
relations apparentes de _ et ? , les supports en exiger
en contraste avec les relations réelles .
L'utilisation de supports avec ces apparent primitif
indiqué a déjà été indiqué que ce n'est pas la vraie
Signes primitifs sont . Et personne ne va sûrement croire que
les supports ont une signification indépendante .
5,4611 Les signes d'opération logiques sont ponctuations .
05:47 Il est clair que rien du tout o f vo rnherein
peut être dit à propos de la forme de toutes les propositions de dire nma consécutive l
doit quitter .
Sont déjà dans la proposition élémentaire toutes les opérations logiques
inclus . Parce que « fa », dit la même chose que « ( 9x ) : fx : x = a " .
Où est la composition, il ya un argument et la fonction ,
et où ils sont, sont déjà toutes les constantes logiques .
On pourrait dire que la seule constante est logique que
toutes les peines , de par leur nature , les uns avec les autres ont en commun .
Mais c'est la forme générale .
5.471 La forme générale est l'essence même de la phrase .
5,4711 pour donner l' essence de la peine , c'est à dire , l'essence de toute description
indiquer , si la nature du monde .
5472 La description de la forme propositionnelle générale est la description
le seul et unique Urzeichens généraux de la logique .
5473 La logique doit prendre soin de lui-même.
Une ch gli Ch il doit être en mesure de décrire des personnages . tous
ce qui est possible dans la logique , est également autorisé. ( «Socrate est
identique " à dire sur quoi que ce soit , parce qu'il n'y a pas de propriété
les «identiques» moyen . La proposition est absurde parce que nous avons un hasard
Disposition n'ont pas rencontré , mais pas sur
serait parce que le symbole en soi sans autorisation . )
Nous pouvons , en un sens, pas dans une logique
tort .
5,4731 L'évidence dont Russell a parlé beaucoup, ne peut être
être indispensable dans la logique , que la langue elle-même
chaque erreur logique verhindert. - Le fait que la logique est a priori ,
faut-il penser que ce n'est pas illogique ka n n
5,4732 Nous ne pouvons pas donner le mauvais sens un signe .
5,47321 devise d'Occam n'est évidemment pas arbitraire , ou par leur
justifiée pratique succès , la règle : Il affirme que
unn unités de caractères terme de ö ne signifient rien .
Personnages , dans le but de NEN oeuf de rencontre sont logiquement équivalentes ,
Caractères qui répondent but de inen ke sont logiquement dénuée de sens.
5,4733 Frege dit : Chaque phrase légalement constitué doit avoir un sens
avoir ; et je dis : Chaque proposition possible est légitimement formée ,
et s'il n'a pas de sens , de sorte que le ne peut être que parce
être que nous importance de ses composants ne fonctionne pas
ont donné .
( Si nous pensons avoir fait. )
C'est ce que dit «Socrate est identique " à propos de quoi que ce soit parce que nous l'
Mot ine "identique" comme antigènes d'œufs ch arrière swo rt ke importance
ont donné . Parce que si elle se produit comme le signe ,
il symbolise d'une manière totalement différente - la caractéristique
Relation est différente , de sorte que le symbole est
les deux cas, tout à fait différent ; les deux symboles ont seulement
les caractères aléatoires en commun .
5474 Le nombre d'opérations de base nécessaires dépend nu r de notre
Notation de .
5475 Tout dépend , un système d'un particulier de signe
Nombre de dimensions - d'un certain mathématique
Collecteur pour former .
5.476 Il est clair que ce n'est pas un certain nombre ici sur o f
Gr. undbegriffen , qui devra être visé ,
mais l'expression d'une règle .
5.5 Toute fonction de vérité est le résultat de l'application successive
chirurgie ( ----- W ) ( ? :::: ) sur les propositions élémentaires .
Cette opération annule toutes les propositions dans le droit
CLIP et je l'appelle la négation de ces propositions .
5501 une expression entre crochets , dont les membres sont des ensembles , j'interprète
- Si l'ordre des termes dans les parenthèses indifférent
est par un personnage de la forme " ( ? ) " à . " ? " Est-
une variable dont les valeurs les termes de l'expression entre crochets
sont ; et la barre sur la variable indique qu'ils leur
toutes les valeurs entre parenthèses représentent .
( Donc pas? Environ 3 valeurs P, Q , R , puis ( ? ) = ( P , Q ,
R) . )
Les valeurs des variables sont fixes.
Le cadre est la description des peines , qui l'
Variable représente .
Comme la description des modalités de l'expression entre crochets
se produit est insignifiante .
Nous pouvons le faire peut distinguer trois types de description:
1 L'énumération directe . Dans ce cas, au lieu de l'
Variables définies simplement leurs valeurs constantes . 2 La spécification
une fonction fx , les valeurs pour toutes les valeurs de x à
phrases descriptives sont . 3 La spécification d'une loi formelle ,
selon laquelle ces phrases sont formées . Dans ce cas,
sont les membres de l' expression entre crochets , tous les membres d' un
Série formelle .
5502 si j'écris au lieu de « ( ----- W ) ( ? :::: ) " "N" ( ? ) .
N ( ? ) Est la négation de toutes les valeurs de l'ensemble des variables
? .
Depuis 5503 , il est facile à exprimer clairement la façon dont cette opération
Les jeux peuvent être formés et comment les phrases avec son pas
doivent être formés , il faut aussi trouver une expression exacte
possible.
05:51 Hat? une seule valeur , alors N est ( ? ) = sp (non p ) , il dispose de deux
Valeurs , N = sp ( ? ) : Sq ( ni p ni q ) .
5.511 Comment le embrasse tout , la logique spéculaire du monde si spécial
Utilisez le crochet et les manipulations ? Seulement parce que tout
ce à un réseau infiniment fin , au grand
Lien miroir .
5512 " sp " est vrai si "p" est fausse . Ainsi, dans la vraie phrase
" Sp" "p" est une fausse déclaration . Comment alors peut la course
"S" faire connaître la réalité de la voix ?
Mais ce qui la nie dans " sp " n'est pas le "s" , mais
ce qui tous les signes de cette notation , qui nient p ,
est commun .
Donc la règle commune selon laquelle " sp ", " SSSP "
"Sp. _ sp ", " sp : sp " , etc etc ( . Ad inf ) sont formés . et
Cela reflète la négation commun .
5513 On pourrait dire est commun à tous les symboles que les deux
p affirment que q , est la proposition « p : q " . Est commun à tous
Symboles , affirment p ou q , l'ensemble est " p _ q " .
Et si vous pouvez dire : Deux propositions sont opposées l'une à l'autre,
si elles n'ont rien en commun , et :
Chaque ensemble a un seul négatif , car il est une seule phrase ,
qui est complètement à l'extérieur de celui-ci .
Il montre ainsi que dans la notation de Russell que " q : P_SP "
dit la même chose que "q" ; que " p _ sp " ne dit rien .
5514 est un ensemble de notation , il n'y a donc en elle une règle qui
de tous les ensembles de p niant sont formés , une règle qui
de tous les p phrases affirmatives sont formés , une règle qui
de tous les p ou q phrases affirmatives sont formés , et c Cette
Les règles sont équivalentes aux symboles et reflété dans les
leur sens résister .
5.515 Il devrait apparaître dans nos symboles , que ce par
"_" , " : " , Etc est connecté , doit être ensembles .
Et ceci est également le cas pour le "p" et le symbole "q"
elle suppose des " _ " , "s" , etc . Si le caractère "p"
dans " P _ Q " n'est pas un signal complexe , il ne peut
pas de sens ; mais peut également utiliser le "p"
même panneau de direction " p _ p ' , ' p : p" , etc n'ont pas de sens.
Mais si " p _ p" n'a pas de sens , alors vous pouvez aussi " p _ q "
n'ont pas de sens .
5,5151 Must le signe de la phrase négative avec le signe de
positif sont formés ? Pourquoi le négatif
Phrase ne peut pas être exprimé par un fait négatif .
( Par exemple : Si " a" n'est pas dans un certain rapport de 'b'
supports qui expriment que aRb n'est pas le cas . )
Mais même ici, la proposition négative est en effet indirectement par l'
positive formée .
Le S atz positif besoin de l' existence du négatif S Atze
présupposer et vice versa .
05:52 Si les valeurs de ? toutes les valeurs d'une fonction fx pour
toutes les valeurs de x , donc N = S (9x) , ( ?) : fx .
5521 je séparer le terme Al l de la fonction de la vérité .
Frege et Russell ont le grand public dans le cadre
introduit avec le produit logique ou somme logique .
Il était donc difficile , les phrases " (9x) : fx" et " ( x ) : fx"
décidé dans laquelle les deux idées sont à comprendre.
5522 La particularité de généralité est , tout d'abord ,
ce qu 'il indique un prototype logique , et d'autre part , que
il souligne constante .
5.523 La généralité se produit comme un argument .
5.524 Si les articles sont donnés , nous sommes donc aussi
déjà a l e donnée articles .
Si les propositions élémentaires sont donnés , sont donc également
donné un l l e propositions élémentaires .
5.525 Il est incorrecte, la phrase " ( 9x ) : fx" comme Russell le fait en
Paroles de " fx est CH ressemblait à « jouer .
Certitude , la possibilité ou de l'impossibilité d'une situation
n'est pas exprimé par une phrase , mais le fait que
une expression est une tautologie , une phrase significative , ou une
La contradiction est .
Ce précédent , qu'il serait toujours faire appel ,
déjà doit être dans le symbole lui-même .
5526 Vous pouvez voir le monde complètement par complètement généralisé
Décrire des ensembles , de sorte que c'est , sans aucun nom de
attribuer a priori un sujet particulier .
Puis, afin de parvenir à l'expression d'usage ,
vous venez pour une phrase " il est seul et unique
un x , qui disent :::: " : Et ce x est un
5,5261 Une proposition totalement généralisée est , comme tout autre
Set composé . ( Ceci est illustré par le fait que nous sommes dans
" ( 9x ? ) : X " "" et "X" doit être mentionné séparément ? . Les deux sont
indépendamment dans signifiant relations avec le monde
dans la phrase non généralisée ).
Caractéristique d'un symbole composé: il a quelque chose
avec un n d e r e n symboles ensemble.
5,5262 Il change afin que la vérité ou la fausseté de toute proposition quelque chose
dans la structure générale du monde . Et la gamme , qui
quitté leur renforcement par l'ensemble des propositions élémentaires
est, est précisément celle qui définit plus générales
. limite
( Si une proposition élémentaire est vrai , il en est ainsi, en tout cas
Une proposition élémentaire me h r vrai . )
05:53 identité de l'objet j'exprime par l'égalité
Caractère , et non au moyen d'un signe égal .
Diversité des objets par différence de
Caractères .
5,5301 Le fait que l'identité n'est pas une relation entre les objets
alluma une . Cela devient très clair lorsque, par exemple, la phrase
" ( X ) : fx : ? : X = a " considéré . Que dit cette proposition est
simplement que nu ra des remplit la fonction f , et pas que
satisfaire seulement les choses de la fonction f qui d'une certaine
Avoir une relation avec .
Vous pourriez dire maintenant, bien sûr , que tout nu ra ce
Relation à un avoir, mais pour exprimer cela, nécessaire
nous le signe de l'identité elle-même.
5,5302 la définition de Russell de "=" n'est pas suffisant ; parce que, après son
ne peut pas dire que deux objets toutes les propriétés
ont en commun . ( Même si cette phrase n'est jamais droit , a
mais il i n S n )
5,5303 Grosso modo : De zwe i choses à dire qu'ils sont
identique est absurde , et lui oeuf n -à-dire qu'il est
identique à lui-même est de ne rien dire .
5531 Donc, je n'écris pas " f ( a, b ​​) : a = b " , mais " f (a, a ) ' ( ou
" F (B , B) " ) . Et pas " f ( a, b) : sa = b", mais " f ( a, b) » .
5.532 Et analogue : Non " ( 9x , y) : f ( x , y) : x = y" mais " ( 9x ) :
f (x, X ) "; et pas " ( 9x , y) : f ( x , y) : y = sx " , mais " ( 9x , y) :
f ( x , y) " .
( Ainsi, au lieu de Russell " ( 9x , y) : f ( x , y) " : " ( 9x , y) :
f ( x , y) _ ( 9x ) : f (x, X ) " ) .
5,5321 au lieu de " ( x ) : fx ? x = un «nous écrivons par exemple" ( 9x ) : fx : ? : Fa : s ( 9x , y) : fx : fy " .
Et l'expression « nu r A x satisfait f ( )" est " ( 9x ) : fx :
s ( 9x , y) : fx : fy " .
5.533 Le signe égal n'est donc pas un élément essentiel
symbolisme logique .
5534 Et maintenant, nous voyons que des pseudo- états que : " a = a", " b : a = b =
c : ? a = c "," (x) : x = x ',' ( 9x ) : x = a " , etc dans un
ne permettra pas d'écrire la notation conceptuelle correcte .
5535 Alors tous les problèmes à ces pseudo- propositions font
ont été mis en place .
Tous les problèmes que « l'axiome de l'infini " de Russell avec elle
apporte , doivent être résolus ici déjà .
Quel est l'axiome de l'infini dire serait dans l'
Exprimez langue qu'il existe une infinité de noms
exister avec des significations différentes .
5,5351 Il ya certains cas où vous pourriez être tenté , expressions
de la forme " a = a" ou " p ? p " à utiliser, et analogues.
Et ce qui se passe quand un de l'archétype , définissez
Chose , vouloir parler etc . Donc, Russell a été dans les «Principes de
Mathématiques " non-sens " p est à travers un ensemble de " en symboles
" P ? p " et reproduit comme une hypothèse avant certaines propositions
demandé de veiller à ce que leurs lieux d'arguments occupés que par des ensembles
pourrait être .
( Cela fait environ un non-sens , l'hypothèse p ? P avant un
Pour fournir kit pour s'assurer que ses arguments le formulaire adéquat ,
car l'hypothèse d'une non - phrase comme argument
pas faux, mais absurde est , et parce que la peine elle-même
par le mauvais type d'argument est absurde ,
Ainsi se aussi bon ou aussi mauvais , le mauvais
Arguments en conserve, tels que le joint à cet effet
hypothèse insensée . )
5,5352 voulaient aussi « Il n'ya pas de longueur Di » exprimée par
' S ( 9x ) : x = x " . Mais même si c'était un jeu , il serait -
pas vrai, sinon « les choses existent " , mais ceux-ci
identique à lui-même serait ?
05:54 Dans la forme propositionnelle générale , les propositions se produisent dans la proposition que comme
Base des opérations de la vérité .
5541 À première vue , il semble que si un ensemble dans un
l'autre se produit également dans d'autres manières.
En particulier dans certaines formes propositionnelles de la psychologie , comme « Un
croit que p est le cas , "ou" A pense p " , etc
Ici, il apparaît superficiellement comme si la proposition p
à l'objet A dans un type de relation .
( Et en épistémologie moderne ( Russell , Moore ,
etc ) ces peines ont également été interprétées de cette façon. )
5542 Il est clair , cependant, que « A croit que p ", " A pense p ", "A
dit p " de la forme" 'p' dit p " : et ici nous sommes
n'est pas une cession de fait et une
Objet , mais par l'ordination des faits
Affectation de leurs objets .
5,5421 Cela montre aussi que l' âme du sujet, etc , comme dans
psychologie superficielle d'aujourd'hui est conçue , un
Est absurde .
Une âme composite serait en effet pas d'âme
plus .
5,5422 L'explication correcte de la forme de la proposition « Un juges p" must
montrent qu'il est impossible de juger un non-sens . ( Russell
La théorie ne satisfait pas à cette condition. )
5,5423 un exercice complexe , c'est-à- percevoir que
ses composants ainsi et ainsi liées les unes aux autres .
Cela explique sans doute aussi que l'on chiffre


on peut le voir de deux façons comme un cube ; et tous semblables
Phénomènes . Pour nous voyons vraiment deux différents
Faits .
( Ce que je ne regarde que l' un des coins et que fugitivement à b , un
un apparaît en face ; et vice versa. )
05:55 Maintenant, nous avons à la question de toutes les formes possibles de
Propositions élémentaires une réponse a priori .
La proposition élémentaire se compose de noms . Puisque nous considérons la
Ne pas préciser le nombre de noms avec des significations différentes
peut , si nous ne pouvons pas également la composition de la
Spécifiez proposition élémentaire .
5551 Notre principe est que toute question à tous par
peut décider la logique peut être décidé sans autre
besoins .
( Et si nous entrons dans une situation, un problème
avoir à répondre en regardant le monde , ce qui montre
que nous sommes sur la base de la piste de mal . )
5552 Le «expérience» que nous avons besoin de comprendre la logique ,
n'est-ce pas quelque chose de si et ainsi se comporte , mais que
quelque chose : mais c'est juste une expérience ine ke .
La logique est vo r chaque expérience qui est quelque chose comme ça .
C'est avant la Comment , pas avant le Quoi.
5,5521 Et si ce n'était pas le cas , comment pourrions-nous appliquer la logique ?
On pourrait dire : S'il y avait une logique , même si
il n'y aurait pas de monde , alors comment pourrait-il y avoir une logique , puisque
il ya un monde .
5553 Russell dit qu'il y avait des relations simples entre les différents
Nombre de choses ( les individus ). Mais entre ce
Chiffres ? Et comment décider ? - Par
Expérience ?
( N'existe pas Un excellent numéro . )
5554 Le spécifié une forme particulière serait complètement arbitraire .
5,5541 Il doit être a priori peut spécifier si I par exemple, dans la situation
peut venir , quelque chose avec le caractère d'un rapport 27 place
avoir à appeler .
5,5542 Pouvons-nous jamais demander , mais si ? Pouvons-nous une
Inscrivez-vous forme et ne savez pas si vous représentez un peu
pourrait ?
A le sens de la question: ce doit être pour quelque chose
le cas échéant ?
5.555 Il est clair que nous avons de jeu élémentaire un terme , sauf
de sa forme logique particulière .
Mais Où former des symboles d'un système
où ce système est important et pas la logique unique
Symboles .
Et comment il serait possible que je fais avec la logique
Aurait à faire des formes que je peux inventer ; mais avec l'
Je dois avoir à le faire , ce qui rend possible pour moi, ils
inventer .
5556 Une hiérarchie des formes de propositions élémentaires ne peuvent pas
donner . Seul ce qui nous nous construisons , nous pouvons prévoir .
5,5561 La réalité empirique est limitée par l' ensemble de
Articles . La frontière se présente à nouveau dans la totalité
les propositions élémentaires .
Les hiérarchies sont , et doivent être libres de la réalité
être .
5,5562 Si nous connaissons des raisons purement logiques qui propositions élémentaires
doit être , il faut toujours savoir qui les documents dans leur
forme non analysée comprend.
5,5563 Tous les tarifs de notre linguistiques familier sont en fait , tout comme
ils sont , logiquement complètement geordnet. - C'est chose simple
nous devons donner ici , n'est pas un modèle de la vérité
mais la vérité elle-même
( Nos problèmes ne sont pas abstrait , mais peut-être le
plus concrète qu'il ya . )
5557 Les applicatio ns de la logique décide quelles propositions élémentaires
il .
Quelle est l'application , la logique ne peut pas anticiper la prise .
Il est clair que la logique ne doit pas à leur demande
entrer en collision .
Mais la logique doit toucher les uns les autres avec leur application.
Par conséquent logique et son application ne devrait pas l'autre
se chevaucher.
5,5571 Si je ne peux pas spécifier a priori les propositions élémentaires , alors
elle doit conduire à un non-sens évident, essayer de leur donner .
5.6 Di e Gr rences moi iner S ch e pra signifier les limites de
mon monde .
5,61 logique remplit le monde ; les limites du monde sont aussi sa
Limites .
Donc, nous ne pouvons pas dire dans la logique : Ceci et qui donne
il dans le monde qui ne fonctionne pas.
Cela semble présupposer que nous sommes certains
Exclure possibilités et cela ne peut être le cas ,
sinon la logique au-delà des frontières du monde serait obligé ;
A savoir, lorsque ces limites aussi de l'autre côté
pourrait envisager .
Ce que nous ne pouvons pas penser que nous ne pouvons pas penser ;
nous pouvons dire ce que nous ne pensons pas non
possible.
5.62 Cette remarque fournit la clé pour résoudre la question de la
Dans quelle mesure le solipsisme est une vérité .
En fait ce qui me i nt solipsisme est tout à fait raison , que
qu'il ne soit pas dit, mais il se montre .
Que le monde est monde me ine qui se manifeste dans le fait que
les limites du langage ( le langage qui seul je comprends )
les limites de moi i n e r monde signifient .
5.621 Le monde et la vie ne font qu'un.
5.63 Je suis mon monde . ( Le microcosme . )
5.631 L'idée , idéelle , l'objet n'existe pas .
Si j'ai écrit un livre "Le monde , comme je l'ai trouvé "
il serait donc de rendre compte de mon corps , et
à-dire dont les membres obéissent à ma volonté et ce
Aucune etc , il s'agit en effet d'une méthode , le sujet à
isoler , ou plutôt de montrer qu'il est important dans un
Signification aucun sujet n'est : à savoir , de lui seul pourrait dans ce
Hêtre n i cht de la question . -
5.632 Le sujet n'appartient pas au monde , mais il ya une limite
le monde .
5633 Où dans le monde est un sujet métaphysique à noter ?
Vous dites que ce cas est tout à fait comme l'œil et sur ​​le terrain.
Mais l'œil vous voyez vraiment n i CHT .
Et rien sur Ge si cht sarray suggérant
qu'il est vu par un oeil.
5,6331 Le champ n'a pas ici d'une telle forme :


5634 Ceci est lié à ce qu'aucune partie de notre expérience
aussi a priori .
Tout ce que nous voyons pourrait également en être autrement .
Tout ce que nous pouvons décrire tout pourrait aussi
être différent .
Il n'ya pas d'ordre de choses a priori .
5,64 Ici, nous voyons que le solipsisme strictement réalisé avec
réalisme pur coïncide . I dans le solipsisme
rétrécit à un point sans extension ensemble, et
il reste la réalité coordonnée.
5641 Donc, il ya vraiment un sens dans lequel la philosophie
non psychologiquement je peux être de la parole .
Le I se produit en philosophie , un fait que le «monde
mon monde est . "
Le je philosophique n'est pas l'homme , pas l'
corps humain ou l'âme humaine , par le
La psychologie est , mais le sujet métaphysique , la
Limiter pas une partie du monde .
6 La forme générale de la vérité - fonction est [ p ; ? , N] ( ? ) .
Il s'agit de la forme générale de la phrase .
6.001 Ce dit rien de plus que ce que chaque jeu est le résultat de
application successive de la N0 de fonctionnement ( ? ) sur les propositions élémentaires
est .
6002 est la forme générale donnée comme un ensemble est construit, il est
de sorte que, même si la forme générale de la façon de
généré un ensemble par une opération autre
possible.
( ? ) 06h01 La forme générale de l'opération est 0 : , 0 [ N ? ( ? ) ] ( ? )
( = [ ? , N ( ? ) ] ) .
Il s'agit de la forme générale de la transition à partir d'un
Situé à l'autre.
06:02 Et si nous arrivons à les numéros : je définis
x = 00x et Def
0 ? = 0x ? 10 X Def
Donc, après ce signe règles , nous écrivons la série x ,
0x , 00x , 000x , :::::
donc : 00x ; 0 10 x , 0 +1 +10 x , 0 +1 +1 +10 x ; :::::
Alors j'écris au lieu de " [ x ; ? ; 0 ] " :
" [ 00x ; ? 0x ; ? 10 X ] " .
Et de définir :
0 + 1 = 1 def
0 + 1 + 1 = 2 def
0 + 1 + 1 + 1 = 3 Def
( F & C)
Le nombre 6021 correspond à l'exposant d'une opération.
6022 La notion de nombre n'est rien de plus que ce qui est commun à tous
Sont chargés , sous la forme générale du nombre .
La notion de nombre est le nombre variable.
Et le terme du nombre d'égalité , la forme générale
tout numéro spécial égalités .
6.03 La forme générale de l'entier est [ 0 ; ? ; ? + 1] .
6031 La théorie des classes est totalement superflu en mathématiques .
Cela est dû à ce que le grand public , qui
nous devons en mathématiques , pas le RND Une mature qui est .
6.1 Les propositions de la logique sont des tautologies .
06:11 Les propositions de la logique donc ne disent rien . ( Ils sont l' analyse
Sentences . )
6111 théories qui font une proposition de la logique semblent importants ,
sont toujours tort . On pourrait , par exemple , croire que les mots
«Vrai» et «faux» deux propriétés , entre autres propriétés
appeler , et depuis il est apparu comme un étrange
Fait que chaque ensemble a un de ces propriétés . la
semble maintenant être rien de moins que d'être soi , ni
Bien entendu , comme l'expression « toutes les roses sont
jaune ou rouge "sonne , même si elle était vraie. Oui ,
proposition reçoit maintenant tout à fait le caractère d'un scientifique
Définir et ce sont les signes que les
qu'il était le mauvais message .
6.112 L'explication correcte de propositions logiques doit bénéficier
donner la position unique parmi tous les ensembles .
6.113 C'est la particularité des propositions logiques que l'on
le symbole seul peut réaliser qu'elles sont vraies , et ce
Fait exclut toute la philosophie de la logique en soi. et
il est aussi l'un des faits les plus importants que l'
Vérité ou mensonge de phrases non - logiques ni cht sur
Seule phrase révèle .
06:12 Que les propositions de la logique sont des tautologies montre formel -
propriétés logiques de la langue du monde .
Que leurs électeurs comme une tautologie lié surgissent ,
caractérise la logique de ses composants.
Ainsi , les peines , liée à façon spécifique , un
Résultat tautologie ils doivent avoir certaines propriétés
avoir la structure . Qu'il s o connecté une tautologie
survenir , donc , montre que ils ces propriétés de la structure
posséder.
6,1201 par exemple que les expressions " p" et " SP " en connexion " s ( p sp ) "
donner une tautologie montre qu'ils se contredisent .
Que les expressions " p ? q " , " p " et " q " sous la forme " ( P q ? ) ( p ) : ? :
( Q ) " réunis donner une tautologie montre que
q de p et p ? q suit . Que « ( x ) : fx : ? : Fa " est une tautologie
est celui de fa ( x ) : fx suit . etc etc
6,1202 Il est clair que dans le même but au lieu de tautologies
les contradictions pourraient utiliser .
6,1203 Afin de détecter une tautologie , en tant que tels , on peut
lui-même , dans les cas dans lesquels le pas de tautologie
Généralité se produit , l' intuitive suivante
Utilisation de la méthode : j'écris au lieu de " p" , "q" , "r", etc " WPF "
" WqF ", " WRF ", etc Les combinaisons de vérité je presse
par des crochets . par exemple,

et l'affectation de la vérité ou de la fausseté de la phrase entière
et les combinaisons de vérité des arguments de vérité
par des lignes de la façon suivante :

Ce signe serait dire , par exemple , l'ensemble p ? q représentent . maintenant
Je veux , par exemple , de l'ensemble ( p : sp ) ( loi de la contradiction )
enquêter pour déterminer si elle est une tautologie . la forme
" S ? " Est dans notre notation

écrite ; la forme " ? : " Alors ? :

Par conséquent , la phrase est s ( p : carrés ) comme :


Si nous mettons ici à la place de "q" , "p" et explorons le lien
le plus à l'extérieur T et F avec le plus à l'intérieur , on obtient
que la vérité de la phrase entière toutes les combinaisons de vérité
son argument , son aucun mensonge de l'
Combinaisons de vérité est affecté.
6.121 Les propositions de la logique démontrent les propriétés logiques
les ensembles en les reliant à des peines insignifiantes .
Cette méthode pourrait aussi être appelé une méthode de zéro .
Dans une proposition logique phrases sont équilibrées avec l'autre
prise , et l'état d'équilibre affiche alors ,
comment ces taux doivent être conçus de manière logique.
6.122 Il s'ensuit que nous aussi sans propositions logiques
peuvent s'entendre , puisque nous dans une notation correspondant
les propriétés formelles des peines par la simple réputation
peut reconnaître ces phrases .
6,1221 pour donner , par exemple , deux ensembles de "p" et "q" dans le cadre " p ? q "
une tautologie , il est clair que q découle p .
Que , par exemple, "q" à partir de "p ? q : p " suit , nous voyons de ces
deux propositions elles-mêmes , mais nous pouvons aussi montrer que , par
nous à " p ? q : p : q " et puis en montrant que cette
est une tautologie .
6,1222 Cela jette la lumière sur la question de savoir pourquoi des propositions logiques
ne peut être confirmée par l'expérience , ainsi
peu , car ils peuvent être réfutées par l'expérience.
Il faut non seulement une proposition de la logique par l'expérience possible
peut être réfutée , mais il ne peut pas même
peut être confirmée par une .
6,1223 Maintenant, il devient clair pourquoi elle se sentait souvent comme si la logique "
Vérités " de nous " poser " : Nous pouvons savoir
demande dans la mesure où ce que nous pouvons demander une notation adéquate .
6,1224 Il est également clair maintenant pourquoi la logique de la doctrine de la
Formulaires et a été nommé par Fermer .
6.123 Il est clair que les lois de la logique ne peuvent même pas re-
lois logiques sont soumis .
( Il n'est pas, comme supposé Russell , pour chaque "Type" propre
Loi de la contradiction , mais on est suffisante car elle
ne sera pas appliqué à lui-même. )
6,1231 Les signes d'une proposition logique est ni cht la généralité .
Pour être général , c'est à dire oui que : coïncidence, pour toutes les choses
appliquer . Un ensemble de unverallgemeinerter peut en effet tout aussi bien tautologique
être , comme généralisée .
6,1232 La généralité logique pourrait être beaucoup appel,
contrairement à ceux hasard , sur l'expression "toute
Les hommes sont mortels " . Phrases , comme « l'axiome de réductibilité " de Russell
ne sont pas des propositions logiques , ce qui explique notre sentiment
Que , s'il est vrai, mais seulement par une favorable
Aléatoire pourrait être vrai .
6,1233 Il permet d'imaginer un monde dans lequel l'axiome de réductibilité
ne s'applique pas . Toutefois, il est clair que la logique sans rapport avec la question
doit établir si notre monde est réel ou non .
6.124 Les propositions logiques décrivent l'échafaudage du monde , ou plutôt ,
ils l'ont mis , ils « agissent » de quoi que ce soit . Set
exige que les noms signifiant et propositions élémentaires ont le sens :
Et c'est leur lien avec le monde . Il est clair ,
qu'il doit montrer quelque chose sur le monde que certains composés
de symboles , qui essentiellement un particulier
En caractères sont des tautologies . C'est là que réside le facteur décisif .
Nous avons dit que dans les symboles que nous utilisons ,
serait arbitraire , d'autres non . Dans la logique seulement presses
ce : Mais c'est dans la logique pas wi appuyez sur r
en utilisant les caractères de ce que nous voulons , mais dans la logique
la nature des signes essentiellement nécessaires lui-même dit: Si
nous savons que certains la langue des signes , la syntaxe logique ,
alors toutes les propositions de la logique sont déjà donnés .
6125 Il est possible , et après l' ancien point de vue de l'
Logique , un «vrai» une description priori de tout logique
D'imposer des peines .
6,1251 C'est pourquoi il ne peut jamais y avoir des surprises dans la logique .
6.126 Que ce soit une proposition de la logique appartient peut être calculée par
les propriétés logiques de la S ymb ol calculé .
C'est ce que nous faisons lorsque nous «prouver» un ensemble logique .
Parce que sans nous soucier un sens et une signification ,
nous faisons la proposition logique sur les autres par simple
Ze i ch e n e r g e n l
La preuve de propositions logiques , c'est que nous
d'autres propositions logiques par application successive de certains
Les opérations peuvent se produire , qui se compose toujours de la première
générer à nouveau des tautologies . ( A savoir , f l o g e n à partir d'un
Tautologie que des tautologies . )
Bien sûr, ce type est de montrer que leurs peines sont tautologies
sont , la logique tout à fait insignifiante . Pour cette seule raison , parce
ensembles , dont la preuve commence , oui sans preuve
besoin de montrer qu'ils sont des tautologies .
En 6,1261 processus logique et le résultat sont équivalents. ( c'est pourquoi
pas de surprise. )
6,1262 preuve en logique n'est qu'un expédient mécanique
pour faciliter leur identification d'une tautologie , où il est compliqué .
6,1263 Il serait trop étrange si vous avez un sens
Ch logistique Réglez pourrait s'avérer des autres , et une logique
Réglez h auc Il est clair dès le départ que la logique
Preuve d'une proposition importante et la preuve dans la logique
doit être deux choses très différentes .
6,1264 La phrase significative dit quelque chose, et son témoignage montre que
il est donc ; chaque jeu dans la logique est sous la forme d'une preuve .
Toute proposition de la logique est affiché en mode caractère
ponent . ( Et les modus ponens ne peuvent pas être obtenus par un
Exprimer la proposition . )
6,1265 est toujours possible de comprendre la logique de sorte que chaque sa peine
propre preuve .
6.127 Toutes les propositions de la logique sont égaux , il ya parmi eux
pas indispensable lois fondamentales et des phrases dérivés .
Chaque tautologie se montre qu'il est une tautologie .
6,1271 Il est clair que le nombre de « lois logiques de base " arbitraire
c'est parce que vous pourriez être le oui de la logique d'une loi fondamentale
dérivé simplement , par exemple , de lois fondamentales de Frege
forme le produit logique . ( Frege dirait peut-être
que cette loi fondamentale maintenant einleuchte plus directement .
Mais il est étrange qu'un tel penseur précis comme
Frege sur le degré de preuve que le critère de
a demandé une proposition logique . )
6,13 logique n'est pas une théorie , mais une image de miroir du monde .
La logique est transcendantale .
6.2 Les mathématiques sont une méthode logique .
Les propositions des mathématiques sont des équations et donc des pseudo -propositions .
06:21 La proposition de mathématiques n'exprime pas une pensée .
6211 Dans la vie , il n'est jamais une proposition mathématique dont nous avons besoin ,
mais nous utilisons la mathématique ensemble nu r ,
ordre des phrases , qui n'appartiennent pas aux mathématiques à
proche des autres qui font également pas les mathématiques
appartenir .
( Dans la philosophie la question «pourquoi nous utilisons fils
fait que le mot " valeur cette phrase encore et encore
Insights. )
06:22 La logique du monde que les propositions de la logique sont des tautologies dans le
spectacle mathématiques montre dans les équations .
06:23 Si deux expressions reliés par le signe égal
, donc cela veut dire qu'ils sont substituables entre elles . si
mais c'est le cas , les deux expressions
se montrer .
Il caractérise la forme logique des deux expressions qui
ils sont substitués à une autre .
6.231 C'est une propriété de l'affirmation qu'elles doublent comme
Négation peut comprendre .
Il s'agit d'une propriété de " 1 +1 +1 +1 " qui est un
" ( 1 + 1 ) + ( 1 + 1 ) " peut comprendre .
6.232 Frege dit que deux expressions ont la même signification ,
mais sens différent .
L'essence de l'équation , c'est que ce n'est pas le
est nécessaire de montrer que les deux expressions
le signe égal connecte , ont la même signification ,
étant donné que ceci peut être vu à partir des deux expressions elles-mêmes.
6,2321 et que des théorèmes mathématiques peuvent être prouvées
ne signifie rien d'autre que leur précision est apprécié
sans que ce qu'ils s'expriment avec les faits
doit être comparé à son exactitude .
6,2322 L'identité de sens de deux expressions ne peut pas être
dire n , car une partie de son importance pour maintenir
puis , j'ai besoin de savoir leur signification : et comme je l'ai
leur importance sais, je sais , qu'ils soient identiques ou différents
. impliquerait
6,2323 L'équation identifie uniquement la position à partir de laquelle
Je considère que les deux expressions , à savoir , du point de vue
leur égalité de signification .
6.233 La question de savoir s'il faut résoudre les problèmes mathématiques
le point de vue il faut répondre à l'effet que
seulement la langue ici fournit l'intuition nécessaire .
6,2331 Le processus de re nens ch transmet précisément ce point de vue .
Le projet de loi n'est pas une expérience.
6.234 mathématiques est une méthode de logique .
6,2341 L'essence de la méthode mathématique est de commencer avec des équations
de travailler . Dans ce procédé, il est basé , à savoir ,
que toute proposition des mathématiques doit aller de soi.
6.24 Méthode de mathématiques pour arriver à ses équations ,
est la méthode de substitution .
Pour les équations expriment la substituabilité des deux
Expressions , et nous procédons à un certain nombre de
Equations aux nouvelles équations avant , par la
Correspondant équations , remplacer des expressions par d'autres.
6241 C'est la preuve du théorème 2 ? 2 = 4:
( ? ) ? = 0x ? 0x Def
2 ? 20x = ( 2 ) = 20x ( 2 ) 1 10 x = 2020x = 1 101 x 10
= (0) 0 (0) = 0000x 0x = 1 1 +1 = 10 x 40x :
6.3 L'exploration des moyens logiques de l'exploration de tous
E t s les s de Ge i g zmÄ t ke i . Et en dehors de la logique tout est accident .
06:31 La loi dite d'induction peut en tout cas pas une logique
Sa loi , car il est évidemment une lourde peine . -
Et par conséquent, il ne peut pas être une loi a priori .
06:32 La loi de causalité n'est pas une loi, mais sous la forme d' un
Droit .
6321 " loi de causalité " , qui est un nom générique . Et comme dans l'
le mécanisme , par exemple, sont des lois minimales, telles que l'
moins une action , de sorte qu'il est dans les lois de la physique de la causalité ,
Lois de la forme de la causalité .
6,3211 On a également eu un pressentiment que c'est un " droit
de moindre action " doit donner avant que nous savions exactement
comment il a couru . ( Ici, comme toujours, il est a priori
Certains comme quelque chose de purement logique . )
06:33 Nous ne croient pas a priori à une loi de conservation , mais
nous wi ssena priori la possibilité d'une forme logique .
06:34 Toutes ces phrases, tels que le principe de raison suffisante , par la continuité
dans la nature , de la plus petite des dépenses en nature , etc , etc ,
tous ces éléments sont un aperçu priori sur la forme possible
les propositions de la science .
6.341 mécanique newtonienne , par exemple , apporte la description du monde
à une forme unifiée . Imaginons une surface blanche ,
serait sur ​​les taches noires irrégulières . nous disons
Maintenant : Quel genre d'image est toujours ce qui crée , toujours
Je peux venir arbitrairement proche de sa description par
Je surface d'un carré suffisamment fine l'
Couverture réseau informatique et maintenant dire de chaque carré qu'il
blanc ou noir . Je vais dans cette façon la description
la région ont apporté une forme unifiée .
Cette forme est arbitraire , parce que je voudrais avoir le même succès
utiliser un réseau de maillage triangulaire ou hexagonale
possible. Il se peut que la description à l'aide d'
un maillage triangulaire aurait été plus facile ; Autrement dit,
que l'on précise la surface avec un maillage triangulaire grossière
pourrait décrire , comme un carré plus fine
(ou vice versa) , etc correspondent aux différents réseaux
divers systèmes de la description de monde . Mécanique déterminés
une forme de la description en disant : Tout
Définit la description du monde ont donné un certain nombre de
Ensembles - les axiomes mécaniques à un type donné
trajectoire peut être obtenue . Ceci permet d'obtenir des briques
pour construire la structure de la science et dit: Quel que soit le
Bâtiment veulent toujours que vous effectuez, vous avez en quelque sorte chaque
réunir ces seuls ces blocs et .
( Comment traiter avec le système de nombre , un certain nombre , de sorte
vous avez avec la mécanique de tout système de jeu
peut écrire la physique . )
6342 Et maintenant nous voyons la position relative de la logique et
Mécanique . ( Vous pouvez également en réseau de différents types de
Peut être fait sur ​​les chiffres de triangles et d'hexagones . )
Le fait qu'une image telle que l' avons déjà mentionné, par l'intermédiaire d'un réseau de
peut être décrit en bonne et due forme , dit de l'image ni cht s
de . ( Parce que cela est vrai pour chaque image de ce genre ) Depuis s mais
caractérise l'image que c'est grâce à un réseau particulier
meilleur de lui finesse y aussi déterminé peut vo LLST A décrivent constamment .
De même , il ne dit rien sur le monde qu'ils
peut être décrit par la mécanique newtonienne ; mais cela ne signifie
qu'ils peuvent être décrits comme par ceux-ci, comme on vient de
le cas . En outre, qui dit quelque chose sur le monde qu'ils
à travers les feuilles décrire un mécanisme simple que par
l'autre .
6343 La mécanique est une tentative de mener toutes les phrases wa que nous utilisons pour
Besoin description du monde à construire selon un plan unique .
6,3431 travers tout l'appareil logique à travers le discours
mais à partir de lois physiques des objets du monde .
6,3432 Nous ne devons pas oublier que la description du monde par
le mécanisme qui est toujours très général. Il est en cela , par exemple,
jamais y tel que déterminé par les points matériels de la meilleur de la parole , mais
seulement de r i g e n d e nous l ch n
06:35 Bien que les taches de notre image sont des figures géométriques ,
peut, bien sûr, mais rien sur la géométrie
leur forme réelle et l'emplacement disent . Cependant, le réseau est r e i n
géométrique , toutes ses propriétés peuvent a priori spécifiée
être .
Lois, telles que le principe de raison suffisante , etc , traitent avec le réseau ,
pas par ce que le réseau décrit .
06:36 S'il y avait une loi de causalité , ce serait : " Il
sont des lois naturelles . "
Mais bien sûr, vous ne pouvez pas dire : elle se montre .
6.361 Dans la terminologie de Hertz de pourrait dire : Seulement ge -
fixés zmÄ relations SSIGE sont r envisageable .
6,3611 Nous ne pouvons pas traiter le « passage du temps » compare-
Cette n'existe pas, mais seulement avec un autre
Le procédé ( par exemple avec le passage du chronomètre ) .
Par conséquent, la description de l' évolution dans le temps est aussi
possible que nous nous appuyons sur une autre opération .
Il est tout à fait analogue s'applique à l'espace . Lorsque, par exemple , dit qu'il
ne pouvait ni de deux événements ( qui s'excluent mutuellement )
se produire parce ke Ur ine SA est présente e ch ,
C'est pourquoi on devrait se produire plutôt que l'autre , parce
elle est en fait à ce sujet qu'il n'est pas un
peut décrire deux événements , sinon tout
L'asymétrie est présente . Et nous n n telle asymétrie
existe , afin que nous puissions l'utiliser comme Ur sa ch e de l'arrivée
d'une part, et la non- arrivée de l'autre comprennent.
6,36111 Le problème kantien du droit et de la main gauche ,
vous ne pouvez pas être apportées à la couverture est déjà dans l'avion,
oui dans l'espace à une dimension, où les deux congruent
Chiffres a et b aussi ne peuvent pas être faites à l'occasion
sans être déplacés hors de cet espace . droits
et la main gauche sont en fait complètement en harmonie . et
qu'ils ne peuvent pas être réalisés à l'occasion , si cela n'a rien
faire .

Le gant de la main droite pourrait être sur la main gauche
dessiner si vous lui mettez dans l'espace à quatre dimensions
pouvait.
6.362 Ce qui peut être décrit , ce qui peut également se produire , et ce
d'exclure la loi de causalité , qui peut également être
pas décrire .
6363 L'opération de l'induction , c'est que nous avons une la -
assumer droit de ste ch de fa, qui dans notre expérience
Line est à apporter.
6,3631 Ce processus a toutefois pas logique , mais seulement psychologique
Avis .
Il est clair qu'il n'y a aucune raison de croire qu'il
' ll maintenant vraiment le cas le plus simple se produit .
6,36311 Que le soleil se lèvera demain , est une hypothèse ; et
c'est à dire : nous n'avons pas besoin d'une connexion Wi savoir si il va augmenter.
06:37 une contrainte après On aurait pu se produire parce que
un autre s'est produit n'existe pas . Il n'ya qu'une seule l o g i -
s ch e nécessité .
6.371 L'ensemble vision moderne du monde est fondée sur la tromperie ,
que les soi-disant lois de la nature les déclarations de la
Les phénomènes naturels sont .
6372 Alors ils restent avec les lois de la nature que quelque chose inviolable
sont, comme l'ancienne avec Dieu et le destin .
Et oui, ils ont à la fois raison et tort. les anciens
cependant brouiller la claire, car ils ont une conclusion claire
reconnaître, comme il devrait apparaître dans le nouveau système ,
comme si un l l e s expliqué .
6.373 Le monde est indépendant de ma volonté .
6.374 Même si tout ce que nous voulons geschähe , donc ce serait
mais seulement , pour ainsi dire , un merci du destin , car il est
pas de logistique , il ch relation entre la volonté et dans le monde ,
la garantie cela, et la connexion physique assumé
nous pourrions décider de ne pas égaliser à nouveau .
6375 Comment c'est juste une ch logistique sont e besoin , alors il ya aussi des
ch e l' impossibilité de seulement l o g i .
6,3751 que , par exemple, deux couleurs en même temps à un emplacement du champ
sont , est impossible , et même logiquement impossible, car il
est exclue par la structure logique de la couleur .
Nous nous rappelons comment cette contradiction en physique
représente : Environ sorte qu'une particule n'est pas à la même
Le temps peut avoir deux vitesses ; Autrement dit, il
ne peut pas être à deux endroits en même temps ; Autrement dit,
Particules à différents endroits en même temps pas identiques
peut être .
( On notera que le produit logique de deux phrases élémentaires
ni une tautologie ne peut pas être une contradiction .
L'affirmation selon laquelle un point dans le champ visuel , en même temps
a deux couleurs différentes, une contradiction . )
6.4 Toutes les propositions sont d'égale valeur .
06:41 Le sens du monde doit se situer en dehors de leur . Dans le monde
tout est comme il est et tout se passe comme il arrive ; là
en elle aucune valeur existe et s'il y avait , il n'aurait pas
Valeur .
Si il est une valeur qui a une valeur , il doit se trouver à l'extérieur
tout se passe et se -être mensonge. Pour tout se passe
et est accidentelle être- si .
Ce qui le rend non - accidentelle ne peut pas se situer dans le monde ,
parce que sinon ce serait au hasard .
Il doit se situer en dehors du monde .
06:42 C'est pourquoi il ne peut y avoir de propositions éthiques .
Les peines ne peuvent pas exprimer plus élevé.
6.421 Il est clair que l'éthique ne peuvent être articulés .
L'éthique est transcendantale .
( Éthique et esthétique ne font qu'un. )
6422 La première pensée dans la mise en place d'une loi éthique
de la forme " tu :::: " est : Et si je
ne pas le faire ? Mais il est clair que l'éthique n'a rien à voir avec la punition
a à faire et récompenser dans le sens habituel . Donc, il doit
Question de la Fo Lgén une action sans conséquence sein. à
Au moins ces conséquences ne devraient pas être des événements . pour certaines
se doit d'être à droite sur cette question . il faut
en effet une sorte de récompense et de punition éthique éthique ,
mais ils doivent résider dans l'action elle-même.
( Et il est également clair que la récompense quelque chose d'agréable ,
la punition doit être quelque chose de désagréable . )
6.423 De la volonté en tant que porteur de l' éthique ne peut pas parler
être .
Et la volonté comme un phénomène uniquement intéressé par la psychologie .
06:43 Si bonnes ou mauvaises changements disposés dans le monde , alors il peut
seulement modifier les limites du monde , pas les faits ; pas
ce qui peut être exprimé par la langue .
En bref , le monde a besoin d'être caractérisé à tous les autres
être . Il doit , pour ainsi dire , en tout ou diminuer augmentation .
Le monde de l' heureux est tout à fait différente de celle de la malheureuse .
6.431 Comme dans la mort , le monde ne change pas , mais cesse .
6,4311 La mort n'est pas un événement de la vie . La mort peut éprouver
n'en ont pas.
Si vous n'avez pas l'éternité infinie de temps , mais
Comprend intemporalité , puis il vit éternellement qui, dans le
Vie actuelle .
Notre vie est aussi interminable que notre champ d' illimité
est .
6,4312 L'immortalité temporelle de l'âme humaine , qui est ,
Donc sa survie éternelle après la mort , n'est pas seulement de
aucun moyen garanti , mais aussi rend cette hypothèse
pas du tout ce que vous avez toujours voulu réaliser avec elle . doit
parce résolu un mystère que je survis à jamais ? est
parce que la vie éternelle ne aussi énigmatique que la
courant ? La solution de l' énigme de la vie dans l'espace et
Le temps est un u s s e r h un l b de l'espace et du temps.
(Non problèmes des sciences naturelles sont en effet à résoudre. )
6432 Wireless e est le monde est complètement indifférent à ce qui est plus élevé .
Dieu se révèle pas i n du monde .
6,4321 Les faits appartiennent tous uniquement à la tâche , pas la solution .
06:44 Pas wi e est le monde , la mystique, mais qu'il est
est .
06:45 La contemplation de la sub specie aeterni du monde est leur perception
- tout comme limitée .
Le sentiment du monde entier limité est le mystique.
6.5 Pour une réponse que vous ne pouvez pas prononcer , vous pouvez
pas prononcer la question .
Depuis roues s t s e de l n'y est pas.
Si vous pouvez poser une question à tous , afin qu'ils ka nn
réponse.
06:51 scepticisme est ni cht irréfutable , mais de toute évidence absurde ,
s'il veut douter , où ne peut pas être demandé .
Pour le doute ne peut exister que lorsqu'une question existe ;
une question que si une réponse existe , et ce uniquement lorsque
certains g e s t a g sont n ka n
06:52 Nous pensons que même si tous les scientifiques gli Ch ch en
Sont répondu aux questions , les problèmes de la vie encore
ne sont pas affectés . Bien sûr, il n'est alors question
de plus ; et cela même est la réponse .
6,521 La solution du problème de la vie est vu dans la disparition
ce problème .
( N'est-ce pas la raison pour laquelle les hommes pour qui le sens
de la vie après une longue douter , il est devenu clair pourquoi ce alors
ne pouvait pas dire ce que cet effet était . )
6.522 Il est en effet l'inexprimable . Ce z e l e t , il est
la mystique.
6.53 La méthode correcte en philosophie serait vraiment ceci:
Rien à dire de plus que ce qui peut être dit, à savoir les propositions de
Donc, la science - chose avec rien Philosophie
a à faire, et puis toujours quand une autre chose
Voulu dire métaphysique, lui démontrer qu'il
donné à certains signes dans ses propositions aucun sens
a . Cette méthode serait insatisfaisante pour l'autre, il -
n'aurait pas le sentiment que nous lui enseignons la philosophie , mais
s i s seraient les seuls à fait correct .
06:54 Mes propositions servent explications en ce qu'ils sont l' un qui me comprend
les reconnaît enfin comme insensée , quand il leur en -
les - est au-delà augmenté . ( Il doit , pour ainsi dire , la
Tête à jeter après il a grimpé sur elle . )
Il doit surmonter ces propositions , puis il voit le monde
correctement.
7 dont on ne peut parler, il faut le taire