Showing posts with label FJ. Show all posts
Showing posts with label FJ. Show all posts

Dec 27, 2017





Voltaire
Le Mondain
1736

Sommaire
†[masquer]†
1 Le Mondain
2 Lettre de M. de Melon
3 DÈfense du Mondain, ou LíApologie du luxe
4 Sur líusage de la vie
5 Notes
Le Mondain[modifier]

†††††Regrettera qui veut le bon vieux temps,
Et lí‚ge díor, et le rËgne díAstrÈe,
Et les beaux jours de Saturne et de RhÈe,
Et le jardin de nos premiers parents†;
Moi, je rends gr‚ce ‡ la nature sage
Qui, pour mon bien, mía fait naÓtre en cet ‚ge
Tant dÈcriÈ par nos tristes frondeurs†:
Ce temps profane est tout fait pour mes múurs.
Jíaime le luxe, et mÍme la mollesse,
Tous les plaisirs, les arts de toute espËce,
La propretÈ, le go˚t, les ornements†:
Tout honnÍte homme a de tels sentiments.
Il est bien doux pour mon cúur trËs immonde
De voir ici líabondance ‡ la ronde,
MËre des arts et des heureux travaux,
Nous apporter, de sa source fÈconde,
Et des besoins et des plaisirs nouveaux.
Líor de la terre et les trÈsors de líonde,
Leurs habitants et les peuples de líair,
Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde.
O le bon temps que ce siËcle de fer†!
Le superflu, chose trËs nÈcessaire,
A rÈuni líun et líautre hÈmisphËre.
Voyez-vous pas ces agiles vaisseaux
Qui, du Texel, de Londres, de Bordeaux,
Síen vont chercher, par un heureux Èchange,
De nouveaux biens, nÈs aux sources du Gange,
Tandis quíau loin, vainqueurs des musulmans,
Nos vins de France enivrent les sultans†?
Quand la nature Ètait dans son enfance,
Nos bons aÔeux vivaient dans líignorance,
Ne connaissant ni le tien ni le mien.
Quíauraient-ils pu connaÓtre†? ils níavaient rien,
Ils Ètaient nus†; et cíest chose trËs claire
Que qui nía rien nía nul partage ‡ faire.
Sobres Ètaient. Ah†! je le crois encor†:
Martialo níest point du siËcle díor.
Díun bon vin frais ou la mousse ou la sËve
Ne gratta point le triste gosier dí»ve†;
La soie et líor ne brillaient point chez eux,
Admirez-vous pour cela nos aÔeux†?
Il leur manquait líindustrie et líaisance†:
Est-ce vertu†? cíÈtait pure ignorance.
Quel idiot, síil avait eu pour lors
Quelque bon lit, aurait couchÈ dehors†?
Mon cher Adam, mon gourmand, mon bon pËre,
Que faisais-tu dans les jardins dí…den†?
Travaillais-tu pour ce sot genre humain†?
Caressais-tu madame »ve, ma mËre†?
Avouez-moi que vous aviez tous deux
Les ongles longs, un peu noirs et crasseux,
La chevelure un peu mal ordonnÈe,
Le teint bruni, la peau bise et tannÈe.
Sans propretÈ líamour le plus heureux
Níest plus amour, cíest un besoin honteux.
BientÙt lassÈs de leur belle aventure,
Dessous un chÍne ils soupent galamment
Avec de líeau, du millet, et du gland†;
Le repas fait, ils dorment sur la dure†:
Voil‡ líÈtat de la pure nature.
Or maintenant voulez-vous, mes amis,
Savoir un peu, dans nos jours tant maudits,
Soit ‡ Paris, soit dans Londre, ou dans Rome,
Quel est le train des jours díun honnÍte homme†?
Entrez chez lui†: la foule des beaux-arts,
Enfants du go˚t, se montre ‡ vos regards.
De mille mains líÈclatante industrie
De ces dehors orna la symÈtrie.
Líheureux pinceau, le superbe dessin
Du doux CorrËge et du savant Poussin
Sont encadrÈs dans líor díune bordure†;
Cíest Bouchardon qui fit cette figure,
Et cet argent fut poli par Germain.
Des Gobelins líaiguille et la teinture
Dans ces tapis surpassent la peinture.
Tous ces objets sont vingt fois rÈpÈtÈs
Dans des trumeaux tout brillants de clartÈs.
De ce salon je vois par la fenÍtre,
Dans des jardins, des myrtes en berceaux†;
Je vois jaillir les bondissantes eaux.
Mais du logis jíentends sortir le maÓtre†:
Un char commode, avec gr‚ces ornÈ,
Par deux chevaux rapidement traÓnÈ,
ParaÓt aux yeux une maison roulante,
MoitiÈ dorÈe, et moitiÈ transparente†:
Nonchalamment je líy vois promenȆ;
De deux ressorts la liante souplesse
Sur le pavÈ le porte avec mollesse.
Il court au bain†: les parfums les plus doux
Rendent sa peau plus fraÓche et plus polie.
Le plaisir presse†; il vole au rendez-vous
Chez Camargo, chez Gaussin, chez Julie†;
Il est comblÈ díamour et de faveurs.
Il faut se rendre ‡ ce palais magique
O˘ les beaux vers, la danse, la musique,
Líart de tromper les yeux par les couleurs,
Líart plus heureux de sÈduire les cúurs,
De cent plaisirs font un plaisir unique.
Il va siffler quelque opÈra nouveau,
Ou, malgrÈ lui, court admirer Rameau.
Allons souper. Que ces brillants services,
Que ces rago˚ts ont pour moi de dÈlices†!
Quíun cuisinier est un mortel divin†!
Chloris, …glÈ, me versent de leur main
Díun vin díAÔ dont la mousse pressÈe,
De la bouteille avec force ÈlancÈe,
Comme un Èclair fait voler le bouchon†;
Il part, on rit†; il frappe le plafond.
De ce vin frais líÈcume pÈtillante
De nos FranÁais est líimage brillante.
Le lendemain donne díautres dÈsirs,
Díautres soupers, et de nouveaux plaisirs.
††††Or maintenant, monsieur du TÈlÈmaque,
Vantez-nous bien votre petite Ithaque,
Votre Salente, et vos murs malheureux,
O˘ vos CrÈtois, tristement vertueux,
Pauvres díeffet, et riches díabstinence,
Manquent de tout pour avoir líabondance†:
Jíadmire fort votre style flatteur,
Et votre prose, encor quíun peu traÓnante†;
Mais, mon ami, je consens de grand cúur
DíÍtre fessÈ dans vos murs de Salente,
Si je vais l‡ pour chercher mon bonheur.
Et vous, jardin de ce premier bonhomme,
Jardin fameux par le diable et la pomme,
Cíest bien en vain que, par líorgueil sÈduits,
Huet, Calmet, dans leur savante audace,
Du paradis ont recherchÈ la place†:
Le paradis terrestre est o˘ je suis [1].

(1736)
Lettre de M. de Melon[modifier]

LETTRE DE M. DE MELON , CI-DEVANT SECR…TAIRE DU R…GENT DU ROYAUME, ¿ MADAME LA COMTESSE DE VERRUE SUR LíAPOLOGIE DU LUXE.[2]
Jíai lu, madame, líingÈnieuse Apologie du luxe†; je regarde ce petit ouvrage comme une excellente leÁon de politique, cachÈe sous un badinage agrÈable. Je me flatte díavoir dÈmontrÈ, dans mon Essai politique sur le commerce,combien ce go˚t des beaux-arts et cet emploi des richesses, cette ‚me díun grand …tat quíon nomme luxe, sont nÈcessaires pour la circulation de líespËce et pour le maintien de líindustrie†; je vous regarde, madame, comme un des grands exemples de cette vÈritÈ. Combien de familles de Paris subsistent uniquement par la protection que vous donnez aux arts†? Que líon cesse díaimer les tableaux, les estampes, les curiositÈs en toute sorte de genre, voil‡ vingt mille hommes, au moins, ruinÈs tout líun coup dans Paris, et qui sont forcÈs díaller chercher de líemploi chez líÈtranger. Il est bon que dans un canton suisse on fasse des lois somptuaires, par la raison quíil ne faut pas quíun pauvre vive comme un riche. Quand les Hollandais ont commencÈ leur commerce, ils avaient besoin díune extrÍme frugalitȆ; mais ‡ prÈsent que cíest la nation de líEurope qui a le plus díargent, elle a besoin de luxe, etc..

DÈfense du Mondain, ou LíApologie du luxe[modifier]

†††¿ table hier, par un triste hasard,
JíÈtais assis prËs díun maÓtre cafard,
Lequel me dit†: ´†Vous avez bien la mine
Díaller un jour Èchauffer la cuisine
De Lucifer†; et moi, prÈdestinÈ,
Je rirai bien quand vous serez damnÈ.
? DamnȆ! comment†? pourquoi†? ? Pour vos folies.
Vous avez dit en vos úuvres non pies,
Dans certain conte en rimes barbouillÈ,
Quíau paradis Adam Ètait mouillÈ
Lorsquíil pleuvait sur notre premier pËre†;
Quí»ve avec lui buvait de belle eau claire†;
Quíils avaient mÍme, avant díÍtre dÈchus,
La peau tannÈe et les ongles crochus.
Vous avancez, dans votre folle ivresse,
PrÍchant le luxe, et vantant la mollesse,
Quíil vaut bien mieux (Ù blasphËmes maudits†!)
Vivre ‡ prÈsent quíavoir vÈcu jadis.
Par quoi, mon fils, votre muse pollue
Sera rÙtie, et cíest chose conclue.†ª
Disant ces mots, son gosier altÈrÈ
humait un vin qui, díambre colorÈ,
Sentait encor la grappe parfumÈe
Dont fut pour nous la liqueur exprimÈe.
Un rouge vif enluminait son teint.
Lors je lui dis†: ´†Pour Dieu, monsieur le saint,
Quel est ce vin†? dío˘ vient-il, je vous prie†?
Dío˘ líavez-vous†? ? Il vient de Canarie†;
Cíest un nectar, un breuvage díÈlu†:
Dieu nous le donne, et Dieu veut quíil soit bu.
? Et ce cafÈ, dont aprËs cinq services
Votre estomac go˚te encor les dÈlices†?
? Par le Seigneur il me fut destinÈ.
? Bon†: mais avant que Dieu vous líait donnÈ,
Ne faut-il pas que líhumaine industrie
Líaille ravir aux champs de líArabie†?
La porcelaine et la frÍle beautÈ
De cet Èmail ‡ la Chine emp‚tÈ,
Par mille mains fut pour vous prÈparÈe,
Cuite, recuite, et peinte, et diaprÈe†;
Cet argent fin, ciselÈ, godronnÈ,
En plat, en vase, en soucoupe tournÈ,
Fut arrachÈ de la terre profonde,
Dans le Potose, au soin díun nouveau monde.
Tout líunivers a travaillÈ pour vous,
Afin quíen paix, dans votre heureux courroux,
Vous insultiez, pieux atrabilaire,
Au monde entier, ÈpuisÈ pour vous plaire.
†††´†O faux dÈvot, vÈritable mondain,
Connaissez-vous†; et, dans votre prochain
Ne bl‚mez plus ce que votre indolence
Souffre chez vous avec tant díindulgence.
Sachez surtout que le luxe enrichit
Un grand …tat, síil en perd un petit.
Cette splendeur, cette pompe mondaine,
Díun rËgne heureux est la marque certaine.
Le riche est nÈ pour beaucoup dÈpenser†;
Le pauvre est fait pour beaucoup amasser.
Dans ces jardins regardez ces cascades,
LíÈtonnement et líamour des naÔades†;
Voyez ces flots, dont les nappes díargent
Vont inonder ce marbre blanchissant†;
Les humbles prÈs síabreuvent de cette onde†;
La terre en est plus belle et plus fÈconde.
Mais de ces eaux si la source tarit,
Líherbe est sÈchÈe, et la fleur se flÈtrit.
Ainsi líon voit en Angleterre, en France,
Par cent canaux circuler líabondance.
Le go˚t du luxe entre dans tous les rangs†:
Le pauvre y vit des vanitÈs des grands†;
Et le travail, gagÈ par la mollesse,
Síouvre ‡ pas lents la route ‡ la richesse.
†††´†Jíentends díici des pÈdants ‡ rabats,
Tristes censeurs des plaisirs quíils níont pas,
Qui, me citant Denys díHalicarnasse,
Dion, Plutarque, et mÍme un peu díHorace,
Vont criaillant quíun certain Curius,
Cincinnatus, et des consuls en us,
BÍchaient la terre au milieu des alarmes†;
Quíils maniaient la charrue et les armes†;
Et que les blÈs tenaient ‡ grand honneur
DíÍtre semÈs par la main díun vainqueur.
Cíest fort bien dit, mes maÓtres†; je veux croire
Des vieux Romains la chimÈrique histoire.
Mais, dites-moi, si les dieux, par hasard,
Faisaient combattre Auteuil et Vaugirard,
Faudrait-il pas, au retour de la guerre,
Que le vainqueur vÓnt labourer sa terre†?
Líauguste Rome, avec tout son orgueil,
Rome jadis Ètait ce quíest Auteuil.
Quand ces enfants de Mars et de Sylvie,
Pour quelque prÈ signalant leur furie,
De leur village allaient au champ de Mars,
Ils arboraient du foin[3] pour Ètendards.
Leur Jupiter, au temps du bon roi Tulle,
…tait de bois†; il fut díor sous Luculle.
Níallez donc pas, avec simplicitÈ,
Nommer vertu ce qui fut pauvretÈ.
†††´†Oh que Colbert Ètait un esprit sage†!
Certain butor conseillait, par mÈnage,
Quíon abolÓt ces travaux prÈcieux,
Des Lyonnais, ouvrage industrieux.
Du conseiller líabsurde prudíhomie
E˚t tout perdu par pure Èconomie†:
Mais le ministre, utile avec Èclat,
Sut par le luxe enrichir notre …tat.
De tous nos arts il agrandit la source†;
Et du midi, du levant, et de líOurse,
Nos fiers voisins, de nos progrËs jaloux,
Payaient líesprit quíils admiraient en nous.
Je veux ici vous parler díun autre homme,
Tel que níen vit Paris, PÈkin, ni Rome†:
Cíest Salomon, ce sage fortunÈ,
Roi philosophe†; et Platon couronnÈ,
Qui connut tout, du cËdre jusquí‡ líherbe†:
Vit-on jamais un luxe plus superbe†?
Il faisait naÓtre au grÈ de ses dÈsirs
Líargent et líor, mais surtout les plaisirs.
Mille beautÈs servaient ‡ son usage.
? Mille†? ? On le dit†; cíest beaucoup pour un sage.
Quíon míen donne une, et cíest assez pour moi,
Qui níai líhonneur díÍtre sage ni roi.†ª
Parlant ainsi, je vis que les convives
Aimaient assez mes peintures naÔves†;
Mon doux bÈat trËs peu me rÈpondait,
Riait beaucoup, et beaucoup plus buvait†;
Et tout chacun prÈsent ‡ cette fÍte
Fit son profit de mon discours honnÍte.

(1737)

Sur líusage de la vie[modifier]

Sur líusage de la vie, pour rÈpondre aux critiques quíon avait faites du Mondain

††††Sachez, mes trËs chers amis,
Quíen parlant de líabondance,
Jíai chantÈ la jouissance
Des plaisirs purs et permis,
Et jamais líintempÈrance.
Gens de bien voluptueux,
Je ne veux que vous apprendre
Líart peu connu díÍtre heureux†:
Cet art, qui doit tout comprendre,
Est de modÈrer ses vúux.
Gardez de vous y mÈprendre.
Les plaisirs, dans lí‚ge tendre,
Síempressent ‡ vous flatter†:
Sachez que, pour les go˚ter,
Il faut savoir les quitter,
Les quitter pour les reprendre.
Passez du fracas des cours
A la douce solitude†;
Quittez les jeux pour líÈtude†:
Changez tout, hors vos amours.
Díune recherche importune
Que vos cúurs embarrassÈs
Ne volent point, empressÈs,
Vers les biens que la fortune
Trop loin de vous a placÈs†:
Laissez la fleur ÈtrangËre
Embellir díautres climats†;
Cueillez díune main lÈgËre
Celle qui naÓt sous vos pas.
Tout rang, tout sexe, tout ‚ge,
ReconnaÓt la mÍme loi†;
Chaque mortel en partage
A son bonheur prËs de soi.
LíinÈpuisable nature
Prend soin de la nourriture
Des tigres et des lions,
Sans que sa main abandonne
Le moucheron qui bourdonne
Sur les feuilles des buissons†;
Et tandis que líaigle altiËre
Síapplaudit de sa carriËre
Dans le vaste champ des airs,
La tranquille PhilomËle
A sa compagne fidËle
Module ses doux concerts.
Jouissez donc de la vie,
Soit que dans líadversitÈ
Elle paraisse avilie,
Soit que sa prospÈritÈ
Irrite líúil de líenvie.
Tout est Ègal, croyez-moi†:
On voit souvent plus díun roi
Que la tristesse environne†;
Les brillants de la couronne
Ne sauvent point de líennui†:
Ses mousquetaires, ses pages,
Jeunes, indiscrets, volages,
Sont plus fortunÈs que lui.
La princesse et la bergËre
Soupirent Ègalement†;
Et si leur ‚me diffËre,
Cíest en un point seulement†:
Philis a plus de tendresse,
Philis aime constamment,
Et bien mieux que Son Altesse...
Ah†! madame la princesse,
Comme je sacrifierais
Tous vos augustes attraits
Aux larmes de ma maÓtresse†!
Un destin trop rigoureux
A mes transports amoureux
Ravit cet objet aimable†;
Mais, dans líennui qui míaccable,
Si mes amis sont heureux,
Je serai moins misÈrable.

Notes[modifier]
1. Aller ? Les curieux díanecdotes seront bien aises de savoir que ce badinage, non seulement trËs innocent, mais dans le fond trËs utile, fut composÈ dans líannÈe 1736, immÈdiatement aprËs le succËs de la tragÈdie díAlzire. ce succËs anima tellement les ennemis littÈraires de líauteur, que líabbÈ Desfontaines alla dÈnoncer la petite plaisanterie du Mondain ‡ un prÍtre nommÈ Couturier, qui avait du crÈdit sur líesprit du cardinal de Fleury. Desfontaines falsifia líouvrage, y mit des vers de sa faÁon, comme il avait fait ‡ la Henriade. Líouvrage fut traitÈ de scandaleux, et líauteur de la Henriade, de MÈrope, de ZaÔre, fut obligÈ de síenfuir de sa patrie. Le roi de Prusse lui offrit alors le mÍme asile quíil lui a donnÈ depuis; mais líauteur aima mieux aller retrouver ses amis dans sa patrie. Nous tenons cette anecdote de la bouche mÍme de M. de Voltaire. (Note de Voltaire, 1752.)
2. Aller ? Cette lettre fut Ècrite dans le temps que la piËce du Mondain parut, en 1736. (Note de Voltaire, 1752.) Mme la comtesse de Verrue, mËre de Mme la princesse de Carignan, dÈpensait 100,000 francs par an en curiositÈs†: elle síÈtait formÈ un des beaux cabinets de líEurope en raretÈs et en tableaux. Elle rassemblait chez elle une sociÈtÈ de philosophes, auxquels elle fit des legs par son testament. Elle mourut avec la fermetÈ et la simplicitÈ de la philosophie la plus intrÈpide. (Note de Voltaire, 1752.)
3. Aller ? Une poignÈe de foin au bout díun b‚ton, nommÈe manipulus, Ètait le premier Ètendard des Romains. (Note de Voltaire, 1748.)


Dec 17, 2013


Oui, l’œuvre sort plus belle
D’une forme au travail
        Rebelle,
Vers, marbre, onyx, émail.

Point de contraintes fausses !
Mais que pour marcher droit
        Tu chausses,
Muse, un cothurne étroit !

Fi du rhythme commode,
Comme un soulier trop grand,
        Du mode
Que tout pied quitte et prend !

Statuaire, repousse
L’argile que pétrit
        Le pouce
Quand flotte ailleurs l’esprit :

Lutte avec le carrare,
Avec le paros dur
        Et rare,
Gardiens du contour pur ;

Emprunte à Syracuse
Son bronze où fermement
        S’accuse
Le trait fier et charmant ;

D’une main délicate
Poursuis dans un filon
        D’agate
Le profil d’Apollon.

Peintre, fuis l’aquarelle,
Et fixe la couleur
        Trop frêle
Au four de l’émailleur ;

Fais les sirènes bleues,
Tordant de cent façons
        Leurs queues,
Les monstres des blasons ;

Dans son nimbe trilobe
La Vierge et son Jésus,
        Le globe
Avec la croix dessus.

Tout passe. — L’art robuste
Seul a l’éternité :
        Le buste
Survit à la cité,

Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
        Sous terre
Révèle un empereur.

Les dieux eux-mêmes meurent.
Mais les vers souverains
        Demeurent
Plus forts que les airains.

Sculpte, lime, cisèle ;
Que ton rêve flottant
        Se scelle
Dans le bloc résistant !




L'Art
Théophile Gautier